Revenir à la rubrique : Société

Faut-il finir la Nouvelle route du littoral avec des roches ou en viaduc ?

Le chantier de la Nouvelle route du littoral nous a livré ce mercredi un rebondissement dont il a le secret. Une surprise finalement à la hauteur de ses dimensions titanesques.

Ecrit par Zinfos974 – le mercredi 09 février 2022 à 20H56

Alors que le projet de BTP du siècle à La Réunion est modélisé en configuration mixte viaduc et digue depuis dix ans déjà, la nouvelle présidence régionale annonce aujourd’hui que les arguments en faveur d’un tout viaduc sont plus favorables. 

Avec prudence tout de même, Huguette Bello ne parle pour l’heure que d’une préconisation. Il faudra donc une nouvelle bataille d’experts et autres ingénieurs pour arrêter la configuration définitive du futur tracé en mer. 

Entre préservation des espaces naturels où auraient pu s’ouvrir des carrières et des délais supplémentaires pour étudier la faisabilité technique du raccordement du futur viaduc aux ouvrages existants à la Possession et à la Grande chaloupe, les automobilistes n’ont pas fini de patienter.

Faut-il finir la Nouvelle route du littoral avec des roches ou en viaduc ? C’est le #DebatDuCouvreFeu 

Vos avis en commentaires !

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Ouverture de l’accès aux essais cliniques des cancers digestifs, pour les patients à La Réunion

La Fédération Francophone de Cancérologie Digestive (FFCD) et le Pôle Recherche Clinique et Innovation du Groupe de Santé CLINIFUTUR, membre du GCS Recherche SCERI, ont annoncé la signature en 2024 d’une convention de collaboration inédite. Cette collaboration permettra, pour la première fois, à des patients situés à La Réunion et Mayotte, d’être inclus dans les essais thérapeutiques académiques conduits par la FFCD.