Revenir à la rubrique : Politique

?? Emmanuel Macron : Une déception attendue pour les gilets jaunes peï

Hier soir le président de la République a pris la parole pour annoncer les mesures retenues à l’issue du Grand Débat National. Ce Grand Débat devait apporter des réponses au mouvement des "gilets jaunes" qui se poursuit en métropole depuis maintenant cinq mois. Le chef de l’Etat n’a même pas évoqué les territoires ultramarins, une véritable déception pour les gilets jaunes peï, qui voient leurs principales revendications ignorées.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 26 avril 2019 à 18H12

« Ce n’était pas une réponse au mouvement des gilets jaunes. J’ai plutôt eu l’impression d’assister à sa campagne pour les prochaines élections européennes… » ironise Sergine Chan Weng Yen secrétaire de l’association « Tous unis pour La Réunion ».
 
Pour ces gilets jaunes de Saint-André, la déception est bien là, mais ils s’y attendaient : « Je garde le sentiment que ce président ne nous apportera rien de bon » explique la mère de famille.
 
« On s’est d’abord et avant tout mobilisé contre la vie chère, pour que les gens puissent manger et se loger correctement. S’il ne nous entend pas là dessus, que peut-il bien faire pour nous ? », demande la Saint-Andréenne.
 
La proposition d’un référendum d’initiative citoyenne (RIC) a notamment été rejetée par Emmanuel Macron alors qu’elle fait partie des premières demandes des manifestants.
 
« Il ne nous entend pas, selon Jimmy Matiti, il dit qu’il veut rester sur son cap, pour lui c’est ce chemin qui est le bon, à nous de nous mobiliser maintenant. »
 
Sergine note tout de même un point positif à cette prise de parole : « Emmanuel Macron s’est excusé d’avoir pu paraître quelque peu brutal dans sa façon de faire. Monsieur le président vous ne paraissez pas brutal, vous l’êtes. »
 
Même déception du côté des gilets jaunes de Saint-Denis : « On n’a rien obtenu » explique Jean-Marie Motte du collectif « Pour le changement », « Je pense que jusqu’à la fin de son quinquennat ce sera comme ça, on sera obligé de subir puisqu’il ne nous écoute pas ».
 
« Je suis particulièrement déçu pour les gens concernés par les minimaux sociaux, pour les classes sociales les plus défavorisées, qui n’ont vraiment rien obtenu », explique le Dionysien.
 
Dans le nord comme dans l’est, le gilets jaunes espèrent que cette déception viendra donner un nouveau souffle au mouvement.
« l faut qu’on soit encore plus solidaire si on veut obtenir des résultats », selon Jean-Marie.

« On espère que l’intervention du président poussera ceux qui ne faisaient pas encore partie du mouvement des gilets jaunes à nous rejoindre. Il y a de vrais problèmes dans ce pays, à tous les niveaux. Nous ne faisons pas tout ça pour rien« , explique Sergine.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sylvie Gustave Dit Duflo, candidate sur la liste de Valérie Hayer : « Travailler de manière transversale pour défendre les spécificités de chaque territoire »

Sylvie Gustave Dit Duflo, vice-présidente de la région Guadeloupe et présidente du conseil d’administration de l’Office français de la biodiversité, est en visite à La Réunion en tant que candidate sur la liste « Besoin d’Europe » conduite par Valérie Hayer, dans le cadre des élections européennes. Elle nous explique les actions menées par son groupe et les enjeux pour les territoires ultramarins.

Bouteille de gaz à 15 euros : La Région va prolonger le dispositif jusqu’à la fin de l’année

Les élus de la commission permanente de la Région ont voté ce vendredi une enveloppe supplémentaire de 1,5 million d’euros afin de garantir le dispositif de plafonnement du prix la bonbonne de gaz à 15 euros jusqu’au mois prochain. Si Huguette Bello appelle les pétroliers à une participation à cet effort de solidarité, la présidente de la Région va proposer le vote d’un budget supplémentaire afin de garantir le dispositif jusqu’à fin 2024.