Revenir à la rubrique : Faits divers | International

Disparition du vol MH370 : La Réunion de nouveau au cœur des recherches ?

Avec le triste anniversaire de la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines, la Malaisie annonce la reprise des recherches du Boeing MH370, disparu il y a dix ans. Le plus grand mystère de l'aviation civile avait connu son premier rebondissement du côté de Saint-André, et La Réunion pourrait de nouveau se retrouver au cœur de l'enquête.

Ecrit par G.D. – le mardi 05 mars 2024 à 10H05

À l’occasion du dixième anniversaire de la disparition mystérieuse du vol MH370 de la Malaysia Airlines, le ministre malaisien des Transports, Anthony Loke, a promis aux familles des victimes la reprise imminente des recherches. L’annonce a été faite dimanche 3 mars 2024 lors d’une cérémonie à Kuala Lumpur, où 239 bougies ont été allumées en mémoire des passagers et de l’équipage disparus.

La disparition du Boeing, qui effectuait le trajet Kuala Lumpur-Pékin le 8 mars 2014, reste une énigme après que l’avion a cessé de transmettre sa position au-dessus du golfe de Thaïlande. Malgré une opération de recherche internationale coûteuse et exhaustive, qui a pris fin en janvier 2017 après avoir exploré près de 120.000 km² du sud de l’océan Indien, l’épave de l’avion reste introuvable.

La Malaisie a signé un nouveau contrat avec Ocean Infinity, une entreprise spécialisée dans la recherche sous-marine avec des robots, basé sur un accord de « no find, no fee ». Cela signifie qu’aucune rémunération ne sera versée si l’entreprise ne trouve pas l’avion. Un précédent contrat similaire en 2018 n’avait malheureusement abouti à aucun résultat.

Les robots autour de La Réunion ?

L’intérêt pourrait à nouveau se porter autour de l’île de La Réunion, où le premier débris confirmé du MH370 a été découvert en juillet 2015. Cette trouvaille, bien que minime, a marqué un tournant dans l’enquête, prouvant que l’avion s’est effectivement écrasé quelque part dans l’océan Indien. La découverte a été faite par Johnny Bègue et d’autres membres des emplois verts de Saint-André, qui ont trouvé un bout d’aile sur le littoral.

Mais neuf ans après cette découverte, les familles des victimes restent sans réponses définitives sur ce qui s’est passé ce jour fatidique. La reprise des recherches suscite un nouvel espoir. La journée internationale de commémoration a également vu des proches des victimes chinoises déposer une plainte collective contre Malaysia Airlines et Boeing à Pékin, soulignant l’impact mondial et continu de cette disparition.

Avec la reprise des recherches, tous les yeux seront à nouveau tournés vers l’océan Indien et, peut-être, les eaux entourant La Réunion, dans l’espoir que de nouveaux éléments de réponse émergent enfin de l’abîme.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mort de Dimitri Saugrin : Retournement de situation lors du procès en appel des accusés

Deux cousins sont rejugés pour la mort de Dimitri Saugrin survenue en mai 2019. L’homme avait été abattu devant chez ses parents dans la Cité Cotur au Port. Florent Pomeng avait été condamné à 30 ans de prison alors que John Fruteau de Laclos avait été acquitté des faits d’assassinat. Les accusés ont cette fois-ci été tous les deux reconnus coupables.

Fraude aux municipales à l’Etang-Salé : « Cette manipulation électorale a atteint son objectif »

Le volet pénal des élections municipales de 2020 à l’Etang-Salé s’est à nouveau joué devant la justice ce jeudi. Lors du premier procès à St-Pierre, les cinq personnes poursuivies avaient été relaxées. Le ministère public a requis des peines amende à l’encontre de trois d’entre eux, ceux qui avaient des responsabilités administratives et électorales le jour des faits. La décision de la cour d’appel est tombée ce jeudi 11 avril, les prévenus sont, comme en première instance, relaxés.