Revenir à la rubrique : Faits divers

Deux gendarmes accusés de violences défendus par… le parquet

Deux gendarmes accusés de violences sur deux jeunes de Saint-Benoît en 2013 ont été jugés devant la cour d'appel ce jeudi. Ils nient avoir utilisé une force excessive tandis que les jeunes évoquent de violents coups.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 25 mars 2021 à 23H31

Si les faits remontent à 2013, la problématique refait surface de temps en temps au niveau national. Deux gendarmes étaient accusés à l’époque de violences sur deux jeunes à Saint-Benoît. Jugés coupables cinq ans plus tard, ils avaient été condamnés à 2000 euros d’amende et leur condamnation n’avait pas été inscrite à leur casier judiciaire.

Le jugement date maintenant d’il y a près de 3 ans mais les prévenus ont tenu à faire appel. « Par honneur », précise leur avocat, Me Laurent Patrick Lienard, ce jeudi devant la cour d’appel. Car leur version diffère bien de celles des jeunes qu’ils ont interpellés. 
 
Selon ces derniers, ils marchaient tranquillement dans la rue lorsqu’une dizaine de gendarmes ont couru en leur direction. Placés de force dans un seul fourgon – ce qui n’est pas réglementaire mais le deuxième fourgon se trouvait 100 mètres plus loin – ils se seraient allongés sur les banquettes alors que trois gendarmes étaient assis sur eux. De petite taille, l’un des jeunes aurait déclaré ne pas pouvoir respirer et aurait reçu des coups de poing. Une fois arrivés à la gendarmerie, ils auraient été projetés au sol et auraient reçu d’autres coups. « On n’a jamais résisté et jamais injurié », assuraient-ils. Relâchés le soir-même, ils ont par la suite porté plainte pour violences. 
 
Ce soir-là, une cinquantaine de gendarmes fêtait le départ d’un collègue dans un restaurant. La rue étant éclairée par les lumières d’un parking, certains affirment avoir vu deux jeunes jeter des cannettes contre le véhicule de la gendarmerie.

Selon un témoin dans la rue, ils n’étaient pas une dizaine mais trois à interpeller les jeunes et ces derniers résistaient. D’où l’impossibilité de placer l’un des interpellés dans le deuxième fourgon « trop loin et surtout sur la voie publique », explique l’un des prévenus. Etant en tenue de cérémonie et sans menottes évidemment, ils ont dû procéder à une technique de maîtrise en « les maintenant avec le poids du corps ». Ce malgré le poids des gendarmes deux fois supérieur à ceux des jeunes hommes, comme le rappellent les avocats de la partie civile.

Arrivés à la brigade territoriale, les gendarmes les auraient plaqués au sol à cause de la « tension » et parce que « c’est plus confortable pour les surveiller ». « Moins confortable pour eux », remarque le président d’audience. Concernant les coups portés, les certificats médicaux révèlent des blessures pouvant provenir de violences des gendarmes mais pas exclusivement. 
 
Deux versions différentes donc, mais l’avocat général – et cela est rarissime – n’accuse pas les prévenus. Le ministère public défend les gendarmes et met en cause les parties civiles, évoquant les « exagérations » des jeunes qui disent avoir été « tabassés ». Il se base sur le témoignage « objectif » de celui qui a vu la scène se dérouler sur la voie publique et juge les moyens de contrainte des militaires « adaptés », avant de demander la relaxe des militaires. 
 
Le délibéré de la cour d’appel est prévu le 22 avril. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aux assises, le procès du ti-père accusé de la mort de Gabriel : « Frapper, c’est une méthode d’éducation »

Ce mardi, au deuxième jour du procès d’Haymerick Gonfo, la mère de Gabriel n’est pas venue témoigner, malgré l’importance de sa déposition. La cour a décidé de poursuivre l’audience – alors que la défense avait plaidé un renvoi de l’affaire – dévoilant des détails poignants sur les maltraitances subies par l’enfant. Haymerick Gonfo risque 30 ans de réclusion criminelle et ne reconnaît pas les faits.

Etang-Salé : Un adolescent emporté par les vagues, mais retrouvé sain et sauf

Un adolescent a été emporté par les vagues à l’Etang-Salé au cours de la nuit, ont rapporté nos confrères de Linfo.re ce mardi matin. Un dispositif de recherches a été déployé par les pompiers et les forces de l’ordre.
L’adolescent a finalement réussi à regagner le rivage et à retrouver ses proches. Les pompiers n’en ayant pas été immédiatement informés, les recherches se sont poursuivies alors que l’adolescent était sain et sauf.

Violences en milieu carcéral : 34 points de suture en un coup de fish-fish

Un homme de 38 ans comparaissait ce vendredi devant le tribunal judiciaire pour des faits de violences, d’outrage et de menaces de mort. Incarcéré au centre de détention du Port, il s’en est pris à un détenu dans la cour de promenade en lui assénant un coup de fish-fish, couteau artisanal fabriqué par les détenus à partir d’une brosse à dent.