Revenir à la rubrique : Economie

Des langoustes ramenées vivantes après plus de 3000 km: une première mondiale!

En janvier dernier, la SAPMER a réalisé un véritable exploit. Elle a réussi, pour la première fois, à ramener des langoustes vivantes pêchées à 8 jours de mer des côtes réunionnaises.

Ecrit par – le jeudi 01 mars 2018 à 10H48

Les conditions pour pêcher la langouste australe, dite la petite langouste rouge, sont extrêmement difficiles. Mais en décembre 2017, la SAPMER a embarqué à bord de son bateau, avec un nouveau dispositif innovant et nécessaire pour ramener sur les terres réunionnaise cette pépite d’Austral… vivante.
 
Les langoustes pêchées à plus de 3000 kilomètres ont ainsi traversé les eaux des Terres Australes et Antarctique françaises, pour arriver en vie sur le littoral réunionnais. C’est une première mondiale dans le secteur de la pêche. Elle a été réalisée par la SAPMER, pionnier dans ce domaine depuis plus de 70 ans. Mais cette prouesse humaine et technique n’aurait pas été possible sans la société française EMYG, spécialisée dans le traitement et la purification de l’eau en circuit fermé. Elle a créé « la chaine du vivant », un substitut, d’autant plus innovant, de la chaine du froid.
 
La SAPMER pêche également la langouste de Saint-Paul, dont elle est la seule société mondiale à le faire, la légine australe, le thon albacore et le thon bonite. Elle se développe également pour devenir une « entreprise seafood ». Autrement dit, la SAPMER veut assurer le suivi de sa récolte de la mer à l’assiette.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Prix à la consommation : +16,7 % pour les produits frais en janvier

En janvier, l’indice des prix à la consommation s’est stabilisé à La Réunion après trois mois consécutifs de hausse. Conséquence du passage du cyclone Belal, les prix de l’alimentation repartent à la hausse. Une hausse principalement portée par celle des produits frais.

Au Royaume-Uni, la semaine de 4 jours séduit salariés et patrons

Un an après le terme d’une expérience grandeur nature, de nombreuses entreprises britanniques ont choisi de maintenir la semaine de 4 jours à 32 heures de travail. L’efficacité du dispositif semble aussi bien convaincre les employeurs que les salariés.