Revenir à la rubrique : Faits divers

Cyrille Hamilcaro et Patrick Malet condamnés à 5 ans d’inéligibilité

Cyrille Hamilcaro, ancien maire de Saint-Louis, et Patrick Malet, son successeur, ont été condamnés à 5 ans d’inéligibilité pour "poursuite irrégulière de l'exercice de maire". Ils ont en revanche été relaxés des faits de prise illégale d'intérêts.

Ecrit par PB – le jeudi 28 avril 2022 à 13H25

Entre 2014 et 2016, qui exerçait de fait la fonction de maire ? La question a occupé longuement les débats lors du procès des deux anciens élus à la mairie de Saint-Louis.

Finalement, le tribunal correctionnel a tranché, condamnant Cyrille Hamilcaro. Il écope de 5 ans d’inéligibilité. Il est aussi placé sous surveillance électronique pendant 12 mois.

L’ancien premier magistrat de la ville, déjà inéligible, avait cédé les clés de la ville à Patrick Malet tout en continuant à « se présenter comme le maire aux Saint-Louisiens et à exercer un pouvoir de direction », avait noté le parquet qui avait requis 10 ans d’inéligibilité, 18 mois de prison dont 8 mois avec sursis et 5 ans d’interdiction d’occuper une fonction publique à son encontre.

Pour le bâtonnier Norman Omarjee, un des conseils de l’ancien édile, « aucun élu n’a été entendu pour confirmer que Cyrille Hamilcaro avait toujours le pouvoir ».

À cela s’ajoutait également l’embauche de son épouse comme directrice du CCAS.  Nathalie Hamilcaro a été relaxée des faits de recels de biens provenant de prise illégale d’intérêts. Les deux anciens maires ont également été relaxés pour ces faits. La Chambre régionale des comptes avait épinglé des recrutements en nombre important à la direction avec des salaires qui pesaient sur le budget du CCAS. 

 

5 ans d’inéligibilité, une peine de 8 mois de prison avec sursis et 5 ans d’interdiction d’occuper une fonction publique avaient été requis à l’encontre de Patrick Malet.

Son avocat avait plaidé une « erreur d’analyse juridique ».

Les arguments de la défense n’ont pas été entendus. Patrick Malet, retiré de la vie politique depuis, écope de 5 ans d’inéligibilité et de 20.000 euros d’amende pour des faits de complicité de poursuite irrégulière de l’exercice de maire.

Les deux anciens maire de Saint-Louis devront également payer solidairement la somme de 5.000 euros de préjudice moral à la mairie pour l’atteinte à son image. 

Le bâtonnier Georges-André Hoarau, conseil de Patrick Malet a annoncé faire appel. 
 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Non renouvellement d’emplois à la Région : Le rapporteur public conclut à la réintégration des agents « brutalement » remplacés

Les conclusions rendues ce jeudi matin par le rapporteur public sonnent comme un revers pour la Région Réunion. Dix-neuf requérants, dont les contrats n’ont pas été renouvelés malgré leur expérience dans le poste qu’ils occupaient depuis plusieurs années, demandaient leur réintégration et l’annulation des contrats des remplaçants. Prise illégale d’intérêts par l’actuelle majorité et silence assourdissant du parquet de Saint-Denis ont également été dénoncés par les avocats des agents concernés.

Accident à la Plaine des Cafres : Route fermée

Sur la RN3 au Tampon, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur du 22ème kilomètre à la Plaine des Cafres, la route est fermée à la circulation. Une déviation est mise en place par les voies adjacentes.

Incendie dans une résidence à Sainte-Marie

Un feu s’est déclaré jeudi à la mi-journée du côté de La Réserve à Sainte-Marie. Les habitants d’une résidence ont dû être évacués le temps de l’intervention des secours.

Un sexagénaire jugé pour agression sexuelle sur mineure

Un homme de 60 ans comparaissait ce mardi 20 février devant le tribunal correctionnel pour des faits d’agression sexuelle sur une fillette de 9 ans. Les faits se sont déroulés à Saint-Paul le 7 mai 2023 lors d’une soirée organisée sur la propriété du prévenu.

Thierry Robert condamné en appel pour diffamation

Thierry Robert a été condamné en appel pour diffamation sur les réseaux sociaux. Il écope d’une peine moins lourde qu’en première instance, 2.500 euros d’amende et un euro symbolique de dédommagement à verser à Bruno Domen.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial