Revenir à la rubrique : Océan Indien | Outremer | Société

[Communiqué] Face à la pénurie d’eau à Mayotte : pourquoi voter pour le RN est dangereux ?

Racha Mousdikoudine, la présidente de l'association Mayotte a Soif, publie une tribune pour expliquer son refus du vote pour le Rassemblement national aux législatives du 30 juin et 7 juillet.

Ecrit par N.P. – le mardi 25 juin 2024 à 10H12
Racha Mousdikoudine, porte-parole du collectif Mayotte a soif. (Photo Gazeti)

En ma qualité de présidente de l’association Mayotte A Soif, je me dois de rassurer nos partenaires, qu’ils soient français ou internationaux. Nous rejetons fermement l’idéologie raciste, xénophobe et antidémocratique du programme du Rassemblement National (RN).

Nous tenons à réaffirmer notre engagement envers les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, principes constitutionnels de la France, en dépit des inégalités exacerbées par la crise de l’eau à Mayotte.

Ces principes ont été bafoués aux époques de l’esclavage et du colonialisme et sont aujourd’hui menacés par les inégalités renforcées à Mayotte. Lorsque le RN affirme que « la France revient », rappelons-nous des périodes sombres de notre histoire, car elles font partie de notre identité collective.

Au sein de notre association, nous prônons la protection de la vie sous toutes ses formes à Mayotte : la vie humaine, la vie animale et la vie de notre écosystème. Chaque vie présente sur notre île a droit à de l’eau potable. Nous condamnons fermement les pratiques discriminatoires observées lors de la distribution des bouteilles d’eau, qui réservaient cette ressource vitale à une certaine catégorie de personnes, ne permettant pas un accès effectif à l’eau aux foyers des minorités, notamment les personnes âgées, les personnes en situation de handicap, les femmes enceintes et les personnes malades.

Mayotte compte 300 000 habitants, soit 0,46 % de la population française. Nous devons retrousser nos manches et mobiliser notre savoir-faire pour monter des projets et les défendre main dans la main à l’Élysée, à l’Assemblée nationale et devant la justice. Les divisions politiques et les ambitions individualistes nuisent au développement de notre territoire. Nous avons besoin d’un programme politique réaliste pour répondre aux enjeux vitaux de notre département. Le programme du RN ne prend pas en compte les besoins des minorités, particulièrement dans les Outre-Mer.

Les chiffres sont alarmants :

● Illettrisme : 58 % des adultes sont illettrés ou analphabètes. Le programme du RN manque de clarté et pourrait aggraver la situation sans l’avis d’experts.

● Pauvreté : 77 % des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté. Il est crucial de favoriser l’emploi et de soutenir les entreprises locales face à la pénurie d’eau.

● Accès à l’eau : Seulement 30 % des ménages ont accès à l’eau potable. Le RN n’a pas de solution viable pour cette crise structurelle nécessitant des ressources humaines suffisantes, une modernisation des infrastructures et une meilleure gestion des deniers publics.

● Jeunes sans emploi ni formation : 39 % des jeunes ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en études. Le RN n’offre pas de solutions pour intégrer ces jeunes dans le marché du travail ou les systèmes éducatifs.

● Enfants non scolarisés : Entre 5 379 et 9 575 enfants ne sont pas scolarisés. Le programme du RN ignore cette urgence éducative.

● Santé : Les infrastructures sanitaires sont insuffisantes, et la crise de l’eau a accentué les difficultés. Le RN ignore ces besoins vitaux.

● Immigration : 48 % de la population est d’origine étrangère, travaillant principalement dans le BTP, la restauration et l’agriculture. Nos entreprises peinent à recruter dans ces secteurs. Le RN ne propose pas de solutions efficaces pour nos entreprises.

● Éducation : Les écoles sont surpeuplées, mal équipées et parfois sans eau. Le RN ne propose aucun plan pour améliorer l’éducation.

● Logement : Il manque plus de 20 000 logements. Le RN ne prend pas en compte cette problématique exacerbée par la pénurie d’eau.

Pourquoi le programme du RN est-il dangereux pour Mayotte ? En deux ans et demi de mandat, il est impossible de nous apporter rapidement des solutions pour toutes nos problématiques de façon démocratique, surtout que le rôle d’un député est de voter des lois. Le pouvoir de police relève du gouvernement et des communes.

Mayotte dépend des importations pour de nombreux produits essentiels. Les politiques du RN, en limitant ces importations, augmenteraient les prix, réduisant notre pouvoir d’achat et mettant en danger la sécurité alimentaire des familles.

Par exemple :

● Produits alimentaires : Mayotte dépend des importations alimentaires à hauteur de 76 % à 98 %. Si le RN limite ces importations, le coût des aliments de base augmenterait.

● Produits électroniques et vêtements : La majorité de ces produits proviennent de l’étranger. Les restrictions du RN rendraient ces produits inaccessibles pour de nombreuses familles.

● Matériaux de construction : Les prix des matériaux de construction s’envoleraient, rendant la construction de logements inaccessibles pour la majorité des Mahorais.

Le RN veut également couper les liens avec l’Europe, mettant en péril les financements nécessaires pour améliorer nos infrastructures. Par exemple, les fonds européens ont récemment financé des projets essentiels à Mayotte, comme les transports en commun.

Nous appelons à la responsabilité citoyenne : demandons des comptes à nos élus sur leurs actions contre la pénurie d’eau, la crise sanitaire et l’insécurité. Refusons les candidatures opportunistes dépourvues de solutions concrètes et réalistes. Si vous ne connaissez pas les intentions réelles de Marine Le Pen pour Mayotte, je vous invite à lire « Le vrai visage de Marine Le Pen » de Caroline Fourest.

Racha Mousdikoudine

Présidente de l’association Mayotte A Soif

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Chambre verte dans le rouge

La Chambre d’Agriculture de La Réunion est dans une situation financière difficile. Dans son rapport rendu public ce vendredi, la Cour des Comptes pointe notamment le sureffectif et a émis quatre rappels au droit. La Chambre consulaire pourrait être placée sous tutelle renforcée si elle ne redresse pas la barre.

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.