Revenir à la rubrique : Faits divers

Assises : Elle se rétracte et demande pardon à son père

Les assises ont démarré avec le viol incestueux d’un père sur ses deux filles. En huis clos, le procès sur deux jours a révélé de multiples incertitudes. Un procès riche en rebondissements qui a mis les jurés dans une position très inconfortable. Finalement, le père est condamné à 10 ans de prison.

Ecrit par Melanie Roddier – le mercredi 03 décembre 2008 à 07H00

Ce devait être une « banale » affaire de viol incestueux mais le procès s’est révélé plus corsé.
Le premier jour, alors que le père n’a jamais cessé de clamer son innocence, deux thèses se sont rapidement opposé.
Le 11 janvier 2007, l’affaire a éclaté lorsque la fille cadette arrive chez le petit ami de sa sœur et révèle que son père l’a violé à plusieurs reprises depuis l’âge de dix ans. Sa sœur dénonce la même chose.
Le 29 janvier 2007, ce dernier est interpellé. Les nièces accusent également l’homme d’avoir tenté de les agresser sexuellement.
Il est dit que la mère, au courant des faits, n’a pas répondu aux appels.
Avant-hier, la fille aînée se rétractait et affirmait à la cour avoir menti. Hier, c’est la fille cadette représentée par l’ARAJUFA qui atteste avoir menti et demande pardon à son père.
Un revirement de situation qui amène de nouvelles incertitudes à cette affaire, la tâche des jurés devient très périlleuse.
SI le Procureur général en demandait au minimum 8, le père est finalement condamné à 10 ans de prison. La maman repart avec deux ans de prison avec sursis pour non-dénonciation et non assistance à personne en danger.
A la fin de procès, l’accusé éclate en sanglots, la famille aussi. Comment tirer le vrai du faux dans cette affaire ? Une certitude, l’avocat de la défense, Me Rambhu-Jun Salish a considéré la peine extrêmement sévère.
Il a affirmé vouloir se concerter avec la famille pour prendre la décision de faire appel ou non. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.