Revenir à la rubrique : Faits divers

Arnaque aux voitures de luxe : L’escroc présumé interdit de retourner travailler dans un garage

Poursuivi pour 19 faits d'escroquerie et 7 faits de travail dissimulé présumés, Christopher L. devra expliquer bientôt devant un tribunal comment il a vendu des voitures en provenance des Emirats sans respect de la réglementation et en trompant ses clients sur la marchandise.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 29 avril 2021 à 17H52

19 faits d’escroquerie sont reprochés à Christopher L. entre 2016 et 2020 ainsi que 7 faits de travail dissimulé. À cela viennent s’ajouter un fait de blanchiment présumé provenant d’une fraude fiscale et un abus de bien social concernant la SARL dirigée par le trentenaire.

Pendant quatre années, le détenu se serait adonné à la vente de voitures en provenance des Emirats sous différentes enseignes. Une activité que la justice estime menée dans des conditions irrégulières et sans respect de la réglementation en vigueur. [Des annonces trompeuses auraient attirées le client mettant par exemple en avant de faux kilométrage]urlblank:https://www.zinfos974.com/Ventes-de-vehicules-de-luxe-et-de-sport-Les-gendarmes-a-la-recherche-des-victimes_a160911.html .

De faux kilométrages pour allécher le client

Poursuivi pour ces faits, Christopher J. avait fait l’objet d’un placement sous contrôle judiciaire. Mais un mois plus tard, ce dernier avait été révoqué pour deux raisons. Le mis en cause n’avait, d’une part, pas réglé en temps et en heure les 20.000 euros de consignation imposés par la justice et, d’autre part, avait continué à exercer en intervenant dans les livraisons des voitures.

Le juge des libertés et de la détention avait prononcé son incarcération.

Depuis, Christopher J. multiplie les recours pour retrouver la liberté en attendant son procès devant le tribunal correctionnel de St-Denis, le 18 mai prochain.

Ce jeudi, devant les magistrats de la cour d’appel, il a évoqué sa compagne n’arrivant pas à s’en sortir entre son travail d’esthéticienne et leurs enfants. « Et il faut que je prépare mon procès« , a indiqué le prévenu.

« Mais si vous sortez, vous ferez quoi? » a demandé le président de l’audience. « Je vais travailler dans un garage ». « Mais vous allez vendre des voitures ? » a questionné le président interloqué. « Non, que de la réparation », a indiqué Christopher J. sans pour autant fournir des justificatifs.

L’entreprise du prévenu a depuis été frappée par une fermeture administrative.

Après en avoir délibéré, la cour a décidé de le maintenir en détention jusqu’à son jugement.
 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.

Elle tente de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans les bagages

Un couple était jugé jeudi 18 avril 2024 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour blanchiment d’argent, abus de biens sociaux et transfert d’argent non déclaré entre pays. La femme a tenté de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans ses bagages. Un couple atypique dont la gestion du magasin et des finances étonne. Le jugement a été mis en délibéré.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : Un procès au goût amer dont l’épilogue est attendu le 21 mai

Le procès de Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, s’est conclu après d’intenses débats judiciaires sur des accusations d’emplois fictifs et de détournement de fonds. Le délibéré de cette affaire politico-judiciaire, très attendu, sera rendu le 21 mai, en pleine période électorale. Les avocats des 11 prévenus, vent debout contre l’enquête préliminaire menée par des policiers spécialisés en la matière, ont unanimement plaidé la relaxe.