Revenir à la rubrique : Société

Après le passage de Belal, attention à la leptospirose

L'Agence régionale de santé lance à un appel à la prudence. Après le passage de Belal, le risque de recrudescence de cas de leptospirose est important.

Ecrit par N.P. – le lundi 22 janvier 2024 à 13H07

Le communiqué de l’ARS : 

En 2023, 171 signalements de leptospirose ont été déclarés à l’ARS La Réunion. La leptospirose est une maladie grave : si elle n’est pas traitée à temps, elle peut mener à une hospitalisation voire un décès. En début d’été austral, une recrudescence de cas est habituellement observée. La bactérie à l’origine de la leptospirose se développe plus particulièrement lors de la saison des pluies et encore plus après un cyclone.

L’homme peut être contaminé par contact avec un environnement humide souillé (boue, flaques d’eau…) ou directement avec les urines contaminées d’animaux infectés, notamment le rat. Les activités de nettoyage des cours et des jardins sans protections suffisantes (bottes, gants…) ou de baignades en eau douce après de fortes pluies sont donc particulièrement à risque. Une vigilance toute particulière est donc recommandée après le passage d’un cyclone.
Les travailleurs agricoles (agriculteurs, éleveurs) sont aussi particulièrement exposés du fait de leur activité professionnelle.

L’ARS La Réunion et Santé Publique France recommandent à la population de renforcer la vigilance durant l’été austral et de se protéger par la mise en œuvre de gestes simples pour ne pas contracter la leptospirose.

Situation épidémiologique:

La saison des pluies est la période la plus à risque, car elle présente des conditions de température et de pluviométrie favorables à la survie dans l’environnement des bactéries responsables de cette maladie.

Les épisodes de fortes pluies favorisent le lessivage des sols et la contamination des milieux et sont donc des périodes particulièrement à risque.

Au cours de l’année 2023, 171 signalements de leptospirose ont été déclarés à l’ARS de la Réunion, dont plus de 70% survenus entre janvier et juin 2023 :

– Les hommes étaient plus touchés que les femmes (plus de 9 cas sur 10) ;
– Les cas étaient âgés de 10 à 81 ans et la classe d’âge 50 à 69 ans représentait presque la moitié des cas ;
– L’ensemble de l’île était concerné même si le secteur sud a été le plus touché en 2023 (avec plus de la moitié des cas déclarés) ;
– Près de 7 cas sur 10 ont dû être hospitalisés.

Qu’est-ce que la leptospirose et quels sont les symptômes ?

Le réservoir animal est très diversifié, et outre les rongeurs (principalement le rat), il comprend certains carnivores, certains animaux d’élevage (bovins, caprins, ovins, chevaux, porcs) et des animaux de compagnie (chiens).

Les bactéries se maintiennent assez facilement dans le milieu extérieur (eau douce, sols boueux). Ils survivent plusieurs semaines dans l’eau douce, le sol ou un environnement humide, ce qui favorise la contamination.

Chez l’homme, la contamination directe (contact animal) est peu fréquente par rapport à la contamination indirecte (contact avec le sol ou l’eau contaminée, boues, flaques d’eau, eaux stagnantes en bord de ravines).

La bactérie entre dans l’organisme par la peau en cas de coupures ou de plaies (même petites) ou par les muqueuses (œil, bouche, nez). Après quelques jours d’incubation (de 4 à 19 jours en moyenne), la leptospirose se manifeste par les symptômes suivants (qui peuvent être facilement confondus avec d’autres infections telles que la dengue, la Covid-19, etc) :

• fièvre élevée d’apparition brutale (souvent > 39 °C),
• douleurs musculaires, articulaires, abdominales,
• nausées, vomissements,
• forts maux de tête.

La maladie peut s’aggraver 4 à 5 jours après les premiers signes et s’étendre au foie, aux reins, aux poumons, aux méninges, et peut être mortelle.

Administrée précocement, l’antibiothérapie diminue le risque de complications et atténue les symptômes.

Thèmes : ARS | Leptospirose
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Cétacés : Vers un renforcement des règles d’observation ?

Si 2023 a été une année exceptionnelle pour l’observation des baleines, la tendance pour 2024 montre que les cétacés risquent d’être moins nombreux sur nos côtes. Cela signifie donc une pression aiguë sur les animaux, dont la protection reste la priorité. L’Etat appelle donc les usagers de la mer à bien respecter les règles pour éviter aux autorités d’avoir à renforcer la législation à la fin de la saison. La préfecture promet au moins huit contrôles par semaine.