Revenir à la rubrique : Politique

Après le drame de la résidence Marina : « St-Denis a joué la solidarité sur les logements sociaux »

"Nous voulons que cette solidarité (NDLR : sur les logements sociaux à La Réunion) soit partagée et que toutes les communes respectent les obligations légales". Ericka Bareigts tape du poing sur la table. La maire de Saint-Denis, qui faisait un point ce mercredi sur le relogement des familles sinistrées après le terrible drame de la résidence Marina à Montgaillard, appelle aussi bien l'Etat, les bailleurs sociaux mais aussi les communes de l'île "à prendre également leurs responsabilités" concernant la construction de logements sociaux dans l'île.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 22 décembre 2021 à 14H34

Le chiffre : environ 30% de logements sociaux à St-Denis attribués à des personnes non-originaires de la ville.

« Nous avons un taux de 38% de logement social à La Réunion. Nous respectons avec la ville du Port les obligations légales, nous recevons des gens de toute La Réunion sur les logements sociaux de Saint-Denis à hauteur de 30% de logements sociaux qui sont garantis par la ville, construits par la ville, sur des terrains de la ville. Aujourd’hui, quand ça brûle, Saint-Denis qui a construit des logements sociaux accueille malgré tout les sinistrés sur son territoire », constate Ericka Bareigts.

Pour rappel, alors que la densité moyenne de population à La Réunion est de 353 habitants/km2, celle ci est de plus de 1000 habitants/km2 dans le chef-lieu, où le foncier manque cruellement par rapport aux autres communes de La Réunion.

Pour la maire de Saint-Denis, il n’est pas normal que le chef-lieu fasse de la « solidarité réunionnaise » alors que dans le même temps, de nombreuses communes paient chaque année des amendes pour ne pas construire assez de logements sociaux. « Cela ne peut plus aller que dans un seul sens », plaide Ericka Bareigts qui appelle au lancement à la rentrée de janvier d’une rencontre « avec l’ensemble des communes et des autorités » pour parler de ce sujet particulièrement sensible dans l’île.

 

 

Détruire la partie sinistrée

« Sur le bâtiment incendié, il y aura des travaux à faire, des accès à aménager. Nous mettons en œuvre tous les moyens. Il y aura une intervention nettoyage« , explique la maire de Saint-Denis, qui ajoute : « À un moment donné se posera la question de la sécurité, de l’hygiène et de l’ordre public. »

La mairie va accompagner les familles : « Les travailleurs sociaux s’allieront aux bailleurs pour compléter la mobilisation du Département et des autres organismes. »

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?