Revenir à la rubrique : Social

AP RUN: La préformation pour les jeunes défavorisés récompensée au niveau national

AP RUN vient de lancer la formule 100% féminine de sa préformation "coach sportif numérique". Cet apprentissage vise à réinsérer les jeunes des quartiers prioritaires au travers d’une préformation qui offre la double casquette "sport et animation" et "médiateur numérique". Une étape vers une formation diplômante pour permettre de retrouver le chemin de l’emploi aux jeunes qui peuvent en être exclus. Un projet qui a valu au centre de formation d’apprentis (CFA) d’être le lauréat outremer 2020 de la fondation "La France s’engage".

Ecrit par – le mercredi 02 décembre 2020 à 15H17

« C’est pour moi un honneur, une reconnaissance », déclare Morgane Orrière encore surprise par la nouvelle. La directrice d’AP RUN Formation a appris la semaine dernière que la préformation de coach sportif numérique d’AP RUN Formation est la lauréate outre-mer 2020 de la Fondation « La France s’engage », qui récompense les projets dans l’innovation sociale. En plus d’un chèque de 100.000€, AP RUN formation va bénéficier d’une promotion durant trois ans par la fondation. Un beau succès puisque 600 projets étaient en course.

Ben Amar Zeghadi, le délégué national ESS France à l’outre-mer, l’Europe et à l’international était présent pour cette journée de lancement. « Je tiens à saluer cette initiative qui est pionnière en outremer, parce qu’elle concilie dans les savoirs transmis dans la formation à la fois du secourisme, une formation d’animateur et une formation sur le numérique. C’est pas mal comme melting-pot pour vivre dans le 21e siècle », souligne-t-il.

Réinsérer par le sport, l’animation et le numérique

La préformation de coach sportif numérique s’adresse aux jeunes de moins de 30 ans en situation de décrochage et issus des quartiers prioritaires. Pendant près de 3 mois, les apprentis vont pouvoir profiter d’une remise à niveau ainsi que de deux certifications. En plus de la formation aux premiers secours et de la certification Cléanumérique, la version 100% féminine va permettre aux jeunes femmes d’obtenir leur BAFA. Des apprentissages qui offriront la possibilité de s’orienter vers les métiers du sport, de l’animation ou du numérique. 

« C’est vraiment une première qui n’existe pas et qui pourtant répond aux besoins du territoire », assure la directrice du CFA. Car concernant les débouchés, le BAFA permettra aux jeunes femmes de se lancer dans l’animation. « Mais on va les encourager à aller plus loin, on va essayer de les faire monter en compétence. On sait qu’un jeune sur deux est chômage et il y a un vrai besoin de qualifications. On les encouragera à poursuivre sur d’autres formations », poursuit-elle. 

Le choix de la formation 100% féminine 

S’il existe une préformation féminine séparée de celle des hommes, le choix est clairement assumé par AP RUN. « On a fait de la discrimination positive parce que les jeunes femmes de La Réunion ou même d’autres territoires sont souvent pénalisées sur des arrêts de parcours, ou des grossesses précoces ou des problèmes de mobilité. On s’est dit qu’il fallait vraiment pouvoir leur donner leur chance », indique la directrice d’AP RUN.

 

Des accompagnateurs d’exception

Pour offrir aux jeunes les meilleurs outils possible pour leur future insertion professionnelle, AP RUN Formation s’est tournée vers des formateurs et accompagnateurs reconnus. Concernant la partie numérique, les cours sont préparés avec Simplon Réunion, organisme de formation numérique inclusif dont l’objectif est de rendre le numérique abordable pour tous publics. 

Simplon a accompagné AP RUN sur la partie pédagogique du volet numérique de la formation menant à la certification Cléanumérique. « Aujourd’hui, les jeunes savent tous utiliser un smartphone avec Facebook ou autres, mais très peu savent envoyer un e-mail avec une pièce jointe », souligne Vincent Omarjee, directeur de Simplon Réunion.

 

Côté sport, les apprentis vont avoir droit à une marraine de choix avec Nelly Ramassamy. L’ancienne gymnaste olympique a accepté d’accompagner les jeunes pour transmettre les valeurs du sport. « Je sais combien le sport est vecteur de plein de choses, de cohésion sociale, de réussite, et je crois que cette préformation est un tremplin énormissime pour ces jeunes femmes », explique celle qui a atteint les sommets du monde sportif. 

« Déjà il y a une certaine confiance en soi qu’elles vont pouvoir développer à travers à cette préformation et c’est vraiment important pour ces femmes. De croire que tout est possible si elles ont décidé d’aller dans ce domaine-là et d’être épanouies dans le milieu professionnel. C’est important d’être épanouie professionnellement », explique la marraine de la préformation.

 

Des projets et des rêves

Du côté des apprenties, c’est avec les étoiles plein les yeux que démarre cette préformation. Si chacune a un projet différent, toutes ont un espoir pour la suite de leur vie professionnelle.

Émilie a longtemps cherché un emploi dans l’administration avant de réaliser que le domaine était bouché dans son secteur géographique. À l’inverse, il existait des opportunités dans l’animation pour les enfants et la préformation permettait d’acquérir le BAFA, nécessaire pour son projet.

Pour Amélie, 20 ans, c’est la passion du sport qui l’a amenée à intégrer cette préformation. La jeune femme a un objectif bien précis : devenir coach sportif spécialisée en musculation et haltérophilie. Elle compte donc sur cette préformation pour compléter sa pratique. « De nos jours, on voit de plus en plus que les coachs sportifs utilisent les plateformes numériques comme Instagram, Facebook ou autres pour montrer ce qu’ils savent faire. Cela leur permet de promouvoir leur entreprise ou salle de sport. C’est donc intéressant de garder ce côté à l’esprit », explique-t-elle.

Des projets personnels et professionnels que Véronique Lagourgue, la présidente d’AP RUN formation, se fait un devoir d’accompagner. « Je voudrais vraiment dire à tout à chacun de ne jamais oublier ses rêves. Le rêve c’est notre moteur. Qu’on rêve notre vie. Après qu’on mette en place les moyens de les réaliser. D’arrêter de se plaindre, d’arrêter de penser que notre vie dépend de l’autre et des autres. Notre vie ne dépend pas de l’autre et des autres, notre vie est dans notre main. Soyez les acteurs de votre vie. Arrêtez de compter sur les autres et agissez », conclut-elle en guise d’encouragement pour ceux que cette formation pourrait intéresser.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.