Revenir à la rubrique : Faits divers

Agression d’un co-détenu handicapé en prison : « Je ne suis pas son aide soignant »

Audience lunaire ce jeudi rue Juliette Dodu en visioconférence avec Domenjod. Un détenu ingérable a semé le chaos dans le prétoire et remis en question les installations audio pourtant neuves à la cour. Sept ans de prison ont été requis contre le colérique sans qu'il ne comprenne rien de ce qu'il se passait.

Ecrit par I.S – le samedi 10 février 2024 à 14H30

C’est dans une salle d’audience surchauffée suite à une panne du système de climatisation que l’audience des appels correctionnels a débuté jeudi à la cour d’appel. Mais pas seulement. Steven L., 24 ans, était jugé en visioconférence de la prison de Domenjod où il est incarcéré pour quatre ans. L’individu n’a pas été escorté rue Juliette Dodu. Dans la salle des pas perdus, il se murmurait qu’il s’agissait d’un détenu « un peu particulier ». Dès ses premières déclarations qui ont interrompu le résumé des faits effectué par le président Jacques Rousseau, la chaleur est encore montée d’un cran.

Intolérant à la frustration et doté d’une personnalité antisociale selon les experts, Steven L., neuf mentions au compteur judiciaire, a montré en quelques minutes l’ampleur de la colère qui l’habite au quotidien. Mais son comportement n’a pas été du goût des magistrats qui, de plus en plus fermement, l’ont rappelé à l’ordre en lui ordonnant de se taire. La pression n’a cessé de monter chez le détenu renvoyé dans ses buts comme un gamin. Dans le même temps, sur le banc des victimes, un autre détenu se faisait plutôt discret. Bras en écharpe, sa béquille posée à côté de lui, Yanis* n’a pas semblé surpris par toute la haine déversée par son agresseur. En décembre 2023, alors qu’il partageait sa cellule, le quadragénaire handicapé a subi une nuit d’enfer. Frappé à de multiples reprises par l’autre qui s’était emparé de sa béquille, il avait ensuite été forcé de se coucher face au mur sans dire un mot s’il ne voulait pas « mourir ». Tout ça pour une histoire de tabac volé ou bien de programme télé sur lequel leurs choix divergeaient. « Je me suis acharné », a reconnu le mis en cause.

« Ben, je ne suis pas un aide-soignant », beugle Steven L. à qui le président de la cour vient de rappeler les faits. Et au motif que, plusieurs fois, il avait demandé à changer de cellule sans obtenir de réponse de la part de l’administration pénitentiaire, il a « vu rouge » et a martyrisé son voisin de détention vulnérable. Sans vergogne, il a indiqué qu’il recommencerait si c’était à refaire. S’en sont suivis des propos inaudibles puisque la cour a décidé de couper le micro de Steven L. qui lorsqu’il s’emporte tourne en boucle et profère des menaces.

Le doigt pointé vers la cour, le prévenu a déversé une cascade de propos incohérents. Voyant que plus personne ne faisait attention à lui, il a bondi hors de la salle où se déroulait la visioconférence. De retour en compagnie d’un surveillant, Steven L. a compris que s’il n’y avait plus de communication avec la salle d’audience, c’est parce qu’on lui avait coupé le sifflet. D’autant plus furieux, il a alors jeté son dévolu sur son avocat commis d’office qui avait commencé à plaider pour le défendre. Entre-temps, la procureure générale avait requis 7 ans de prison contre l’ingérable.

Aucun micro ne fonctionnant à la cour malgré une installation récente et flambant neuve, Steven L. n’entendait pas les arguments développés par Me Julien Barraco. Récusant la robe noire comme il l’avait d’ailleurs fait en première instance avec un autre conseil, Steven L. a hurlé vouloir assurer seul sa défense. Mais trop tard. L’intéressé était toujours en train de vociférer lorsque la vidéo a été coupée et l’audience levée avec une décision qui sera rendue le 14 mars prochain.

*Prénom d’emprunt

 

Thèmes : Faits-divers | Justice
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
polo974
21 jours il y a

Gros dysfonctionnement de la justice.
Même si le mec est condamnable, il lui sera facile de faire casser le « jugement » qui sortira de cette « audience » de sourds…

Pierrot974
21 jours il y a

À espérer qu’on ne croisera jamais ce gusse le jour où il sera dehors…

jean
20 jours il y a

un billet direct pour l Ukraine,ou il devient mouton parrmi les vrais loups ou alors il sera la ou il doit etre

Aze
20 jours il y a

Est-ce bien légal de conduire une audience de la sorte? 🙃

???
19 jours il y a

Il a clairement besoin de soin ce jeune… La prison n’est pas sa place…

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.