Revenir à la rubrique : Faits divers

Affaire Miss Earth ou comment bâillonner de potentielles victimes

L'affaire Miss Earth rebondit au tribunal de St-Denis : Frédéric Rousset, président du CEVIF, est poursuivi en diffamation par William Madarassou, le président du comité du concours de beauté. Les témoignages de jeunes femmes dénonçant des abus de la part de celui-ci sont au cœur des débats. En défense, les avocats ont plaidé la relaxe et des propos d'intérêt général alors que du côté du plaignant, présent au fond de la salle d'audience, on parle de "lynchage" et de volonté de nuire.

Ecrit par Isabelle SERRE – le samedi 08 juin 2024 à 07H20

L’affaire avait commencé dans nos colonnes. Plusieurs jeunes femmes avaient brisé le silence entourant le concours de beauté Miss Earth. Zinfos974 n’a jamais été poursuivi pour diffamation en relatant ces propos mais Frédéric Rousset, le président du CEVIF, le Collectif pour l’élimination des violences intrafamiliales, oui.

William Madarassou, le président du comité Miss Earth, a poursuivi ce dernier en diffamation. Après de multiples renvois, le dossier a enfin été examiné lors de l’audience correctionnelle de ce jeudi au palais de justice de St-Denis. Pour mémoire, les plaintes pour agression sexuelle contre celui-ci font actuellement l’objet d’une enquête pénale en préliminaire. Une enquête qui n’a pas connu d’avancées depuis de longs mois. De quoi décourager toutes celles qui ont eu le courage de donner l’alerte, « quatre plaintes et cinq attestations », a indiqué Me Guillaume Motos qui défend les intérêts de certaines d’entre elles.

 

Propositions sexuelles : Elles témoignent contre le directeur du comité Miss Earth Réunion et Maurice

 

Ce jeudi, l’audience s’est concentrée sur les propos tenus par Frédéric Rousset lors d’une émission radiophonique sur RTL, « du lynchage », pour la bâtonnière Me Léopoldine Settama. « Quelques minutes sur une intervention d’une heure », selon Me Jérôme Maillot en défense des intérêts du prévenu et « des réponses à des questions d’un journaliste intervieweur dans le cadre d’une émission consacrée aux violences intrafamiliales », le combat défendu par Frédéric Rousset au sein du CEVIF.

Pour William Madarassou, les déclarations des candidates, l’une déçue de ne pas avoir été élue, l’autre vexée de ne pas avoir obtenu le poste de directrice du comité Miss Earth, avaient eu lieu la veille du Forum du mariage, dont il est l’organisateur, afin de lui porter tort.
« Il se positionne en sauveur de toutes les femmes et multiplie les interventions en considérant mon client comme coupable », ose Léopoldine Settama réclamant 7.500 € de frais et 10.000 € de préjudice pour son client et la même somme pour sa société.

Un élément pointé du doigt par la défense de Frédéric Rousset qui s’est étonnée qu’une entreprise verse pour le compte de William Madarassou la consignation demandée par le tribunal alors qu’il n’en serait pas le gérant. « Une procédure bâillon », pour faire taire les victimes, a tonné Me Sébastien Navarro. « Frédéric Rousset, mais aussi les plaignantes, ont fait valoir des propos d’intérêt général dans un contexte de libération de la parole des femmes victimes », a abondé Me Guillaume Motos, conseil des lanceuses d’alerte, une ancienne Miss et une candidate, également poursuivies en diffamation. D’une seule voix, la défense a réclamé au tribunal de condamner William Madarassou et sa société à verser des indemnités pour abus de constitution de partie civile.

Délibéré le 5 septembre prochain.

 

Propositions sexuelles à Miss Earth : Williams Madarassou va-t-il confirmer l’aveu qu’il nous a fait ?

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aux assises, le procès du ti-père accusé de la mort de Gabriel : « Frapper, c’est une méthode d’éducation »

Ce mardi, au deuxième jour du procès d’Haymerick Gonfo, la mère de Gabriel n’est pas venue témoigner, malgré l’importance de sa déposition. La cour a décidé de poursuivre l’audience – alors que la défense avait plaidé un renvoi de l’affaire – dévoilant des détails poignants sur les maltraitances subies par l’enfant. Haymerick Gonfo risque 30 ans de réclusion criminelle et ne reconnaît pas les faits.

Etang-Salé : Un adolescent emporté par les vagues, mais retrouvé sain et sauf

Un adolescent a été emporté par les vagues à l’Etang-Salé au cours de la nuit, ont rapporté nos confrères de Linfo.re ce mardi matin. Un dispositif de recherches a été déployé par les pompiers et les forces de l’ordre.
L’adolescent a finalement réussi à regagner le rivage et à retrouver ses proches. Les pompiers n’en ayant pas été immédiatement informés, les recherches se sont poursuivies alors que l’adolescent était sain et sauf.

Violences en milieu carcéral : 34 points de suture en un coup de fish-fish

Un homme de 38 ans comparaissait ce vendredi devant le tribunal judiciaire pour des faits de violences, d’outrage et de menaces de mort. Incarcéré au centre de détention du Port, il s’en est pris à un détenu dans la cour de promenade en lui assénant un coup de fish-fish, couteau artisanal fabriqué par les détenus à partir d’une brosse à dent.