Revenir à la rubrique : Faits divers

Absent à l’audience, l’escroc aux 27 victimes se retrouve avec un mandat d’arrêt

Un sexagénaire était jugé ce mardi pour abus de confiance et travail dissimulé. Il percevait des acomptes pour effectuer des travaux qui n'étaient jamais réalisés et lorsqu'un chantier débutait, l'ouvrier engagé finissait toujours par découvrir qu'il n'était pas déclaré. Le tribunal l'a condamné à trois ans de prison, dont un an avec sursis, et a délivré à son encontre un mandat d'arrêt.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le mardi 05 décembre 2023 à 16H04

Avec 21 victimes inscrites sur le rôle d’audience et l’URSSAF, qui s’est constituée partie civile, Jean-Yves O était particulièrement attendu au tribunal ce mardi. Malheureusement, l’homme de 64 ans n’était pas présent et avait demandé un renvoi de son procès. Le motif : son collègue a fait un AVC et son patron avait besoin de lui.

Si l’excuse semble raisonnable, c’est le profil de celui qui l’a prononcée qui permet d’avoir des difficultés à y croire. Car les excuses et les promesses paraissent être la spécialité de Jean-Yves si l’on en croit le contrôleur judiciaire qui lui court après depuis des mois pour récupérer les sommes qu’il doit provisionner.

Bien que ne s’y connaissant pas dans les métiers du bâtiment, Jean-Yves avait ouvert une entreprise de construction-rénovation. Mais si Jean-Yves ne connaît rien dans le bâtiment, il s’y connaît par contre très bien pour escroquer les gens. Sa première condamnation remonte à 1981 et il a passé plusieurs années en prison.

Une arnaque simple et malheureusement efficace

Jean-Yves allait sur le Marketplace de Facebook afin de proposer ses services. Après avoir effectué un devis, il prenait un acompte et, le plus souvent, disparaissait avec l’argent. Certains ont eu droit à un début de travaux effectués par des ouvriers, sans outils fournis, qui pensaient avoir été embauchés en bonne et due forme. Les plus chanceux ont pu récupérer leur argent, mais payé par le chèque de la victime suivante.

Au total, 28 personnes ont été arnaquées, mais quelques-uns n’ont pas porté plainte, pour un total de près de 30 000 euros. Bien évidemment, il n’a pas déclaré les sommes perçues à l’URSSAF, environ 14 000 euros, et aux impôts.

« C’est un habitué de ce genre d’agissement. Il lance une activité pour laquelle il n’a aucune formation ni compétences. En voyant son passé et son comportement, il n’y a plus aucun doute sur l’élément intentionnel », argue le procureur qui requiert une peine de 2 ans de prison, dont un an avec un sursis probatoire de deux ans, ainsi que l’interdiction de gérer pendant 5 ans.

Le tribunal va au-delà des réquisitions et le condamne à 3 ans de prison, dont un an avec un sursis probatoire de deux ans, et délivre un mandat d’arrêt à son encontre. Il doit rembourser les victimes et verser près de 34 000 euros de dédommagements à toutes les parties civiles, à l’exception du dédommagement de l’URSSAF, qui sera décidé lors du renvoi sur intérêt civil.

Thèmes : Arnaque
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
bob
2 mois il y a

Des escrocs comme lui il y en a beaucoup a la Réunion dans le batiment et l’automobile !!! il faut aller le chercher a Maurice ou Madagascar car c’est la bas qu’il méne la belle vie avec l’argent des clients !!!

Marie
2 mois il y a

Eh oui il n’est pas tout seul. Mais hélas il s’avère que certains ne se font pas attraper et qu’ils continuent à avancer pendant que leurs victimes sont dans de la détresse totale. Injustice à haut niveau.

Rene
Répondre à  Marie
1 mois il y a

I gagne envoie vidéo la dessus n’a rigole un peut mètre le rituel a madame en live et explique créole laisse pas zote faire tes la zole ou mange ou entretien out santé ou dort ou travail même ci ou veux maintenant un question out frère out papa ou batailles avec zetranger i rente out case et i dit aou casse toie et fermé ta guelle out police plie la que baisse la tête et malheureusement triste vérité alor écouté et pose a zote la question quand zote va ferme zote yeux zote enfants n’aura koi rsa et puit las tout les drogue dure i circule un réunionnais i ramène sa or un claque li la perd donner attention la police et li fait voyage se passe dans la nuit demande denizot 👥 Louvre rivotril tout le monde dessend amin

Rene
1 mois il y a

Demande de subventions a un maire ou mairie c pour lile ou un citoyen de l’île Huguette belo i accorde subventions a canne et a deux ressortissant malgache 🤔🤔🤔🤔 n’as le droit accorde convention 2022 pourquoi ne pas le faire pour les réunionnais qui galère mes des chose en place afin que les réunionnais face des formations cette les a nous reste ches nous point c tout ci ou kite l’île de la reunion ou revient àvec truc nouveau pour pouvoir retrouve out place et ou innove ou amelior laisse un héritage a la dessendence après sinon quand ou arrive devant la boutique batailles avec out frère parceque hier ou la payé aujourd’hui li paye pou un nôtre les connais pu ou

Dans la même rubrique

William porté disparu depuis le 25 novembre

William Mardémoutou a été vu pour la dernière fois le 25 novembre dernier à Saint-Benoît. Il est âgé de 45 ans, il mesure entre 1,70 et 1,75m, il est de type Indopakistanais, de corpulence normale et a les cheveux courts, noirs et épais. Si vous disposez d’informations, appelez la gendarmerie de Saint-Benoît au 0262 50 33 82 ou en dehors des heures ouvrables, composez le 17.

Trafic de cocaïne Dubaï-Réunion et blanchiment : La tête de réseau présumée et sa compagne influenceuse confrontés

Il y a un an, Karim B., soupçonné d’être à la tête d’un réseau de trafic de cocaïne et de blanchiment d’argent en lien avec ce trafic, était placé en détention provisoire. Sa compagne, influenceuse et chroniqueuse TV, était également inquiétée, soupçonnée d’avoir été complice en tant que prête-nom d’une société d’import-export de véhicule qui aurait permis d’écouler une partie des sommes provenant du trafic. Tous deux vont se retrouver ce mardi après-midi dans le cabinet du juge d’instruction qui devrait confronter leurs déclarations.

Saint-Joseph : À 71 ans, elle va en prison pour violences conjugales

Une Saint-Joséphoise était jugée hier par le tribunal de Saint-Pierre pour des violences sur son conjoint en récidive. La septuagénaire souffre de problèmes psychiatriques qui lui causent une jalousie obsessionnelle avec une dangerosité avérée. Elle a été condamnée à sept mois de prison ferme.

Le Tampon : Elle le quitte, donc il tue ses poules

Un Tamponnais va passer 11 mois derrière les barreaux pour avoir commis en récidive des violences conjugales. Après avoir craché sur son ex qui tenait leur bébé dans les bras, il est allé tuer ses poules, car il affirme ne pas avoir eu d’autres solutions.

St-Louis : Une gentille voisine jugée pour abus de faiblesse

Entre avril 2017 et septembre 2019, Marie-Fabienne R. est soupçonnée d’avoir abusé de la vulnérabilité d’un homme handicapé dont elle s’occupait. Ce dernier souffre d’un handicap visuel et a rencontré la prévenue, jugée ce jeudi devant la cour d’appel, par l’intermédiaire de voisins.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial