MENU ZINFOS
Patrimoine

Le Chaudron, Première Usine sucrière


Le Chaudron est par sa mécanisation avancée, la première usine sucrière de l’île, plusieurs autres lui succèderont. Charles Panon Desbassayns fait figure de précurseur dans l’industrie sucrière du XIXe siècle.

Par Sabine Thirel - Publié le Samedi 20 Juin 2009 à 08:00 | Lu 6463 fois

Huile sur toile -  S. Thirel
Huile sur toile - S. Thirel
Les premières tentatives de production de sucre  à l’île Bourbon commencent entre 1785 et 1793 de à Saint-Benoît chez M. Laisné de Beaulieu, soit une quarantaine d’années après  l’île de France (Maurice) mais son moulin est balayé par un cyclone. La plupart des motrices de l’époque, sont alimentées par des moulins à eau ou à vent, ou encore les manèges qui pressent la canne à la force des mulets. L’eau y est amenée par des canaux construits depuis le cours d’eau le plus proche, le débit est en rapport avec la déclinaison du terrain jusqu’au moulin.

lithographie de JB Debret 1834
lithographie de JB Debret 1834
Les colons passent la canne dans le fangourin, entre deux rouleaux de bois. Mais le vesou récolté nommé fangourin également ne se conserve pas.  Alors dans tous les coins de l’île, les guidiveries (distilleries) font leur apparition. Au début du XIXe siècle, les alcools de Bourbon sont lourdement taxés, sur décision du général Decaen nommé dans l’île par Napoléon Bonaparte qui préfère favoriser l’île sœur. Les planteurs Bourbonnais qui ont beaucoup investi dans la plantation de la canne décident de fabriquer du sucre. D’ailleurs en 1804 la France perd Saint-Domingue et en 1810 l’île de France, ses plus gros producteurs de sucre.

Charles-André Desbassyns
Charles-André Desbassyns
Grand propriétaire, fils de Mme Desbassayns, Charles Panon Desbassayns  fait figure de précurseur dans l’industrie sucrière. Il teste plusieurs procédés pour écraser la canne :   un moulin à bras, un moulin à vent dont il reste des vestiges. Après avoir couvert le quartier du Chaudron de champs de canne à sucre, en 1815, il y monte une nouvelle usine et commande en Angleterre un moulin mécanique en fer à engrenages. En 1817, très en avance sur son temps, il l’équipe d’une « pompe à feu » d’une puissance de 6 Chevaux.  Le Chaudron est donc par sa mécanisation avancée, la première usine sucrière de l’île, plusieurs autres lui succèderont. Ainsi, il apprend à bon nombre de colons la manière de produire du sucre plus rapidement et avec un besoin de main-d’œuvre moindre.

Machine Wetzell
Machine Wetzell
L’exploitation et la production du sucre devient une des premières mondiales grâce à la chaudière à basse température et à rotateur de Wetzell. Pionnier et novateur, Charles  Desbassayns travaille avec des chercheurs, sa mère propriétaire à Saint-Paul, et son frère Joseph propriétaire de l’usine de la Rivière des Pluies et du Grand Hazier à Sainte Suzanne. La production sucrière augmente, les machines nouvelles font leur apparition comme celle inventée par Stanislas Gimart, une batterie à foyer unique pour plusieurs chaudières révolutionnant les méthodes anciennes d’un foyer pour une chaudière. La production de canne à sucre augmente à son tour grâce aux méthodes de culture à 12 pouces  et de rotation triennale de plantation de la canne instaurée par l’agronome Joseph Desbassayns. Les nouveaux procédés d’exploitation font le tour des sucriers et propulsent près de 100 usines sur le territoire Bourbonnais.

Huile sur toile - S. Thirel
Huile sur toile - S. Thirel
La crise du café est effacée, l’exploitation et la production du sucre deviennent un modèle mondial.
Napoléon 1er est oublié, les moulins des planteurs bourbonnais fabriquent aussi bien le rhum que le sucre. La première distillerie à vapeur vient se greffer à la sucrerie de Charles Panon Desbassayns. L’usine de son frère Joseph le suivra de près. En 1834, de nombreuses usines à vapeur (plus de 150), sont en activité dans l’île. Les moyens humains utilisés varient entre 20 et 200 esclaves. Les propriétaires sont aussi bien des exploitants agricoles, des commerçants ou des notaires qui récupèrent les exploitations des petits colons qui n’arrivent pas à sortir leur épingle du jeu. L’exploitation de Bel Air St-Louis est tenue par des affranchis. Des producteurs puissants possèdent de grosses exploitations, des débarcadères personnels et parfois même leurs propres bateaux de côtes ou de haute mer.

Le Chaudron, Première Usine sucrière
La révolution industrielle est en avance à Bourbon. Seule ombre au tableau, le transport. Les cannes doivent être véhiculées entre les champs et les usines. Puis, une fois fabriqué,  le sucre doit à son tour, être amené jusqu’au débarcadère par des hommes ou des bêtes de trait. Les moyens de locomotion sont encore arriérés et les chemins caillouteux. L'emploi de la charrette est indispensable, dans les champs, sur les chemins, aux abords des ponts embarcadères pour l'exportation. Pour amener sa production de sucre de son Habitation jusqu’au débarcadère de Saint-Denis, dans les meilleures conditions, Charles Panon Desbassyns engage les travaux sur la voie publique à ses frais. Depuis la fin du XIXe siècle plusieurs fabriques ferment, les planteurs se regroupent et les bénéfices sont répartis.

Maison du Chaudron- Photo immobilier-reunion-974.re/images/l'architecture
Maison du Chaudron- Photo immobilier-reunion-974.re/images/l'architecture
Les cannes sont transportées vers des usines de plus en plus importantes et cela jusqu’à ce jour où il ne reste plus en activité que celle du Gol à Saint-Louis et de Bois Rouge à Saint-André.   
Depuis sa construction, la propriété et la maison du domaine du Chaudron, ont subi de nombreux aménagements  suivant les goûts de ses occupants Lory, Sicre de Fontbrune, Bellier de Villentroy et Moreau. Une allée de cocotiers débouchant sur une fontaine mène à l’Habitation qui comprend la maison principale de style néo-classique, les cuisines extérieures, les dépendances, les hangars, les magasins, l’usine, la guildiverie et les cases des travailleurs (esclaves puis engagés). Le domaine du Chaudron est classé monument historique depuis 1981.

Sources : - Jean-François Géraud , Wetzell : une révolution sucrière oubliée à la Réunion, Revue historique des Mascareignes n° 1 p,113-156 AHOI/ Archives départementales de la Réunion 1998 .
- Sudel   FUMA , Une colonie île à sucre-économie de La Réunion au XIXème siècle, La Réunion, Océan éditions,1989. 
Album de la Réunion- Dictionnaire biographique de la Réunion- L'histoire de la Réunion




1.Posté par thierry le 20/06/2009 09:45

malheureusement depuis le classement en 81 il ne se passe pas grand chose...seul poussent des cases destinées à la location, nouveau gagne pain des moreau/ vergoz...la réhabilitation de la demeure coloniale en bardeaux n'avance pas.

2.Posté par Charpentier Dominiuqe le 28/06/2009 20:59

toujours bravo et j'aurai les mêmes propos que pour l'article " Wetzell,méthode scientifique et rigueur mathématique"

Article très intéressant que nous aimerions bien partager avec les lecteurs de notre revue "Le Monde des Moulins" si vous le voulez bien.
Les colonnes de cette revue vous sont ouvertes.
Merci et Bravo

Madame Dominique CHARPENTIER
secrétariat
Fédération Des Moulins de France
14, l'Escale
33580 Monségur
09 63 27 96 90
06 21 68 41 07
www.fdmf.fr

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes