Revenir à la rubrique : Faits divers

3 dents arrachées et une incision inutile: Pauline, victime d’une erreur de radio inversée

Pauline, une étudiante de l'université de Saint-Denis, reproche à une stomatologue de la clinique de Sainte-Clotilde de lui avoir arraché trois dents de sagesse "pour rien" et pratiqué une incision inutile sur la 4ème dent. Motif de l'erreur: les côtés gauche et droit étaient inversés sur la radiographie. Pour le spécialiste, il n'y a pas eu de faute professionnelle.

Ecrit par GG – le jeudi 12 février 2015 à 11H04

Les faits remontent au mois de novembre dernier. Pauline B., une étudiante de l’université de Saint-Denis reçoit dans sa boîte à lettres une invitation pour une consultation gratuite chez un dentiste. La jeune femme de 18 ans se rend donc chez le professionnel de santé qui la renvoie vers un stomatologue de la clinique de Sainte-Clotilde. Ce dernier lui annonce que « sa dentition est en parfait état mais qu’une dent de sagesse doit être arrachée« .

« A aucun moment il ne m’a précisé qu’il s’agissait de plusieurs dents en tout cas« , assure Pauline. Car ce sont finalement trois dents de sagesse qui sont extraites. Le praticien opère également une incision inutile sur la gencive où aurait dû se trouver une 4ème dent.

Pauline est alors sous anesthésie locale. « J’ai eu vraiment très peur quand  il m’a fraisé la dent et vuqu’il y avait un problème parce qu’il n’arriver pas à la sortir, confie-t-elle. Et quand il m’a dit qu’il s’était trompé, et qu’il m’avait arraché la mauvaise dent, j’ai eu encore plus peur« .

Elle poursuit: « En réalisant son erreur, le Dr… a plaisanté : ‘Si on était aux Etats-Unis, il y aurait déjà un avocat à la porte !’ Je me suis dit que c’était sûrement grave ». L’étudiante confie également avoir eu « très mal après l’opération ».

Des panorex inversés pendant un mois

De son côté, le stomatologue reconnaît que « l’erreur a pu être corrigée après une exploration minimale invasive et qui ne laissera aucune séquelle du côté où il n’y avait pas de dent de sagesse », mais se justifie dans un mail adressé au père de la jeune femme : « La manipulatrice du cabinet de radiologie avait par erreur positionné le repaire signifiant le côté droit à gauche (la radio était inversée de ce fait), ce dont j’ai informé le radiologue (…) qui admet l’entière responsabilité de leur cabinet dans ce cas »

Une version corroborée par le conseil de l’ordre national des médecins dans un courriel: « En effet, et après discussion avec le radiologue, il apparaît qu’il y a eu une erreur droite–gauche. (…) Ce qui fait qu’il y a eu en réalité 3 extractions dentaires et une ouverture de gencive qui s’est avérée inutile par erreur du cabinet de radiologie« . Le radiologue n’a quant à lui n’a pas souhaité communiquer, précisant que la patiente « ne l’avait jamais contacté pour exprimer une doléance« .  

Le stomatologue confie même au père de la jeune Dionysienne que « des panorex inversés ont été délivrés pendant un mois » en raison d’une erreur de maintenance du logiciel informatique. « Aucune faute professionnelle n’a été commise de ma part, continue-t-il d’affirmer. La société de maintenance a pris toutes les dispositions utiles auprès de son avocat au cas où une action serait intentée contre elle« .

Ce que ne souhaite pas la patiente: « Je veux juste éviter que cette mauvaise expérience n’arrive à d’autres personnes« .

 

3 dents arrachées et une incision inutile: Pauline, victime d'une erreur de radio inversée

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sniffy : Une poudre blanche énergisante à inhaler par le nez inquiète

Encore peu connue du grand public, Sniffy, poudre blanche énergisante, vient de débarquer sur le marché dans l’Hexagone, mais fait déjà l’objet de controverses et pourrait bientôt être interdite par la loi. Cette poudre blanche, qui s’inhale par le nez, suscite l’indignation des spécialistes de l’addictologie, qui y voient une incitation à consommer de la cocaïne.

Il tente de tuer son fils de trois ans : L’accusé aura-t-il droit à un procès ?

Un homme de 37 ans, accusé de tentative de meurtre sur son fils de trois ans, a comparu devant les magistrats de la chambre de l’instruction, les experts-psychiatres ayant conclu à une abolition de son discernement au moment des faits en raison de troubles psychotiques sévères. La représentante de la société a proposé à la cour de constater son irresponsabilité pénale et une interdiction de contact avec l’enfant jusqu’à sa majorité.