Revenir à la rubrique : Economie

Voyages vers Maurice : Les indépendants du tourisme interpellent le préfet

L’AITL (Association des Indépendants du Tourisme et des Loisirs) interpelle le Préfet de la Réunion. "Le maintien de l’Ile Maurice en zone rouge écarlate par le Préfet de la Réunion, pour les seuls Réunionnais, crée une situation inédite et insupportable pour les agences de voyages réunionnaises, alors que les agences du monde entier peuvent vendre la destination aux clients vaccinés sans problème", exprime Thierry Prengère, secrétaire général adjoint.

Ecrit par N.P – le jeudi 09 décembre 2021 à 09H43

Le courrier :

1. CONSTATIONS

Nous faisons face à une situation sans précèdent dans l’exercice de notre profession d’agent de voyages à la Réunion. Les dernières mesures qui viennent d’être prises par le Monsieur le Préfet de la Réunion, rétablissant conjointement pour les personnes disposant d’un schéma vaccinal complet, l’obligation des motifs impérieux pour se déplacer vers Maurice, la mise en quarantaine des voyageurs au retour de Maurice et le rétablissement des tests au départ de la Réunion vers Paris, constituent des mesures qui nous semblent Injustifiés dans le contexte sanitaire des territoires concernés et qui nous mettent dans l’incapacité d’exercer notre profession.

Depuis Mars 2020, la crise du coronavirus a très fortement affecté l’activité des agences de voyages. Si cette crise a touché l’ensemble du secteur touristique, les agences de voyages de la Réunion ont subi la double peine, celle de ne plus pouvoir exercer leur métier de conception de voyages faute de destinations à promouvoir, et celle de ne pouvoir vendre des prestations en local, car capté directement par les autres professionnels du tourisme avec des offres spécifiques. Le cœur de nos activités se situe dans l’océan Indien avec la promotion de Maurice, de l’Afrique Australe et de la Thaïlande qui constituent les trois destinations phares des réunionnais. Or vous n’êtes pas sans ignorer que ces trois destinations sont, à ce jour, inaccessibles. 

Les agences de voyages à la Réunion Les agences de voyages à la Réunion sont le groupe d’entreprises les plus impactées, tout secteur confondu, depuis mars 2020. Maurice a été classée destination rouge « écarlate » puis rouge, l’Afrique du sud rouge « écarlate ». Quant à la Thaïlande, le simple fait de ne pas disposer de proposition en termes de transport aérien la disqualifie d’office. Nous avons eu la bonne surprise ce matin d’apprendre que le classement de l’ile Maurice en destination rouge et non plus rouge « écarlate » permet à nouveau aux personnes vaccinées de voyager pour tourisme vers cette destination. Nouvelle doublée d’un ascenseur émotionnel immédiat en apprenant qu’à contrario, les réunionnais ne bénéficieraient pas de cette mesure, celle-ci étant exclusivement réservée aux seuls français de métropole. 

Nous ne pouvons éviter de vous poser la question, Monsieur le préfet, existe-t-il plusieurs types de français ? L’insularité et la situation toute particulière de notre département ayant connu une recrudescence des cas de COVID 19 Permettez-nous d’être dubitatifs sur ces points lorsque nous constatons un taux d’incidence à la Réunion aux alentours de 300 pour 100000 alors que dans un même temps nous frôlons un taux d’incidence supérieur à 500 pour 100000 dans 21 départements de la France métropolitaine. Le taux à Maurice n’est pas supérieur à ce jour.

Pour bien comprendre l’importance de Maurice pour les agences de voyages réunionnaises il faut tout d’abord intégrer que sur les 70 enseignes de l’ile, réparties en une centaine de points de vente, la destination représente 60 à 80% de part de marché des ventes en agences. Il faut avoir à l’esprit que nous sommes le deuxième marché pourvoyeur de touristes avec près de 150000 passagers en 2019, juste derrière la France métropolitaine et avant l’Afrique du Sud, et que les ventes représentent entre 1 million et 2 millions d’euro de chiffres d’affaires annuels chez nos adhérents.

Vous comprendrez donc l’importance stratégique de cette destination pour nous.

Nos chiffres d’affaires ne cessent de baisser, de jour en jour. Ainsi, vous constaterez la réalité des pertes au sein de nos entreprises à travers les trois exemples suivants : (nous les nommerons entreprises A, B et C afin de préserver leur anonymat)

– L’entreprise A, accuse une perte de 76,6% en passant de 2 463 532 € de chiffre d’affaires en 2019 à 576 562 € en 2020 et à plus de 80% de perte estimée en 2021.

– L’entreprise B, accuse une perte de 61,3% en passant de 4 476 000 € de chiffre d’affaires en 2019 à 2 748 000 € en 2021.

– L’entreprise C, avait un chiffre d’affaires mensuel de 220 000 € par mois en 2019 et annonce un chiffre d’affaires annuel avoisinant les 200 000 € en 2021 soit une perte proche des 90% de chiffre d’affaires

A cela s’ajoutent un mois de Décembre quasiment à vide en terme de chiffre d’affaires, le manque de perspectives sur les ventes pour les mois à venir et la diminution de la trésorerie due au remboursement des avoirs de nos clients qui, si pour certains avaient accepté de reporter leur voyage, perdent patience au vu de la situation.

La fin du fonds de solidarité en Septembre et l’arrêt du dispositif lié au chômage partiel n’arrangent pas notre situation déjà extrêmement fragilisée par toutes ces difficultés. Les aides sont restées inaccessibles pour nombre d’entreprises ayant été créées juste avant ou pendant le Covid. Les services de l’état étant toujours incapables d’identifiés ces cas, il est important que les prochaines aides ne les excluent pas.

Nous allons par ailleurs, pour ceux qui sont concernés et qui ont demandé un différé supplémentaire, devoir commencer à rembourser le Prêt garanti par l’état. Or pour rembourser ce prêt nos entreprises doivent dégager de la marge brute supplémentaire afin de faire face à cette charge exceptionnelle, entre 10 et 25 % de marge en plus. Mais avec 0% de chiffre d’affaires nous ne sommes pas près de produire cet excédent.

Afin de percevoir la difficulté des agences de voyages il convient tout d’abord d’en comprendre le fonctionnement interne. En moyenne les charges fixes des entreprises de nos adhérents s’échelonnent en 10 et 15000 € par mois. Elles se composent de charges fixes (Garantie financière & RC Pro, loyers, redevances de logiciels, de consommations Edf, eau, de taxes, de fournitures et d’amortissements).

Enfin, nous devons également intégrer le cout de la masse salariale et des charges sociales qui représentent une part non négligeable variant d’un adhérent à l’autre entre 30 et 40% des charges de fonctionnement de nos entreprises.

Vous comprendrez bien l’ensemble des contraintes qui pèsent sur nos exploitations et qu’à ce titre nous ne pouvons que nous alarmer de la situation si en toute occasion on nous enlève la capacité d’exercer notre profession tout en n’ayant aucun garde-fou ou protection à actionner. 

2. LES DEMANDE DE MESURES SPECIFIQUES DES AGENCES DE VOYAGES DE LA REUNION:

Pour toutes les Agences de Voyages de la Réunion :

a. Maintien du dispositif d’activité partielle à 100 % : Le salarié bénéficie d’une indemnité de 84 % de son salaire net (et de 100 % au niveau du SMIC) et le reste à charge est nul pour l’employeur. Ceci sans aucune contrainte d’activité.

b. Reconnaissance du statut de Fermeture Administrative pour les agences de voyages et un accès à un FSN automatique, sans conditions de chiffre d’affaires et de manière rétroactive au 1 janvier 2021, pour celles n’ayant pas ou partiellement, obtenu le FSN sur la période.

c. Fonds de solidarité FSN Exclusif Réunion :
i. Pour les agences de voyages ayant clôturé un bilan en 2019 : Aide mensuelle égale à 20 % du chiffre d’affaires de référence de 2019 pour toutes les entreprises ayant subi une perte d’au moins 50%. 
L’indemnisation peut aller jusqu’à 20% du CA, dans la limite de 200 000 euros.

ii. Pour les agences de voyages n’ayant jamais clôturé de bilan avant le 31/12/ 2019 :
1. Aide de prise en charge des coûts fixes à hauteur de 90% sans seuil d’activité.
2. Effet rétroactif au 1er janvier 2021, pour celles n’ayant pas obtenu d’aides certains mois depuis cette date.

d. Aides supplémentaires au paiement de la rémunération des mandataires sociaux : la base serait forfaitaire au SMIC mensuel.

e. Exonération des charges patronales :
i. Exonération totale des cotisations et contributions de charges patronales depuis le mois d’octobre 2021 jusqu’au mois de Février 2022 au minimum, pour les entreprises qui dans le mois de référence ont subi une perte de plus de 50%.
ii. Pour les entreprises créées à partir de 2020, Exonération totale des charges patronales, de juin jusqu’au mois de décembre 2021 au minimum, pour ces entreprises qui dans le mois de référence ont subi une perte sans plafond.

f. Aide au paiement des cotisations sociales : Aide au paiement des cotisations sociales correspondant à 20 % du montant des rémunérations brutes des salariés et des mandataires (base forfaitaire du smic mensuel). Le critère de seuil minimum de perte de chiffre d’affaires sera supprimé

g. Prise en charge de 10 jours de congés payés : Cela concerne les salariés ayant accumulé des congés payés alors qu’ils étaient en activité partielle.

Nous comprenons que des mesures doivent être prises pour maintenir une politique sanitaire sécuritaire dans un contexte de pandémie mondiale sur lequel nous n’avons aucune prise. Nous remercions le gouvernement d’avoir pris des mesures d’urgence afin de nous permettre de maintenir certaines de nos entreprises en vie jusqu’à ce jour. 

Il serait donc dommageable de ne pas prolonger cette action en nous accompagnant sur les mois qui suivent et qui pourraient conduire nos entreprises à la faillite pure et simple. Les difficultés vont encore se présenter et nous ne pouvons y faire faire face seuls.

A ce titre nous aimerions la mise en place de mesures d’accompagnement exceptionnelles pour les agences de voyage de la Réunion présentées ci-avant.

Nous aimerions, Monsieur Le Préfet, obtenir une audience dans les plus brefs délais, et échanger avec vous et votre équipe lors d’une réunion de travail permettant de lister les mesures à mettre à soumettre au gouvernement en urgence. 

Le président
M Stephane Trape

Le secrétaire général adjoint
M Thierry PRENGERE

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.

Henri Nijdam : “Le Quotidien ne sera pas un journal low-cost”

Propriétaires depuis ce mercredi à minuit du Quotidien, Henri Nijdam et Jean-Jacques Dijoux ont livré quelques éléments sur le futur du journal. Aux lecteurs, les nouveaux hommes forts de ce pilier de la presse locale assurent que Le Quotidien nouvelle formule sera de qualité.