Revenir à la rubrique : Faits divers

Vol avec violences et cambriolages : Un SDF trahi par ses empreintes

Un vingtenaire a été confondu par ses empreintes. Des traces qui ont permis à la police de remonter jusqu’à cet homme déjà incarcéré depuis fin avril dernier.

Ecrit par PB – le jeudi 27 mai 2021 à 20H33

Son ADN mais aussi ses empreintes ont été retrouvés pour un vol à la roulotte en août 2019 mais aussi pour le cambriolage d’un restaurant en janvier 2020 et d’un appartement fin décembre dernier. Ce SDF de 28 ans est également accusé d’avoir commis un vol avec violences, à domicile cette fois-ci, début avril 2021. 

La police technique et scientifique est remontée jusqu’à cet homme finalement incarcéré quelques jours après son dernier méfait. Extrait de sa cellule mardi, il a reconnu l’ensemble des faits durant son audition mais a nié les violences. 

Avant de réintégrer sa cellule, il a reçu une convocation pour s’expliquer devant la justice le 22 juillet. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.