Revenir à la rubrique : Société

Vindemia : ‘Nous sommes confiants’

Le blocage des marchandises au Port et les barrages filtrants de demain posent la question de la réception des produits par les grandes surfaces. Contacté cet après-midi, Vindemia a souhaité rassurer sa clientèle affirmant qu’il n’y a aucune inquiétude à avoir.

Ecrit par Melanie Roddier – le mercredi 05 novembre 2008 à 17H34

« Pas d’alarmisme, pas d’inquiétude particulière, nous sommes confiants« , a insisté Laurent Saget, chargé de communication du groupe Vindemia.
Les stocks dans les entrepôts et dans les magasins permettent, selon le groupe, de pallier le problème de transfert des marchandises lié aux barrages filtrants, demain.
Les transporteurs de la route vont mettre en place dès demain matin, cinq heures, des barrages filtrants pour forcer les pouvoirs publics à leur accorder une ristourne de 20 centimes d’euros sur le prix des carburants. De même du côté des transitaires qui empêcheront la circulation des marchandises du Port vers les entreprises de l’île.
Donc production locale ou exportée, il sera difficile demain d’être approvisionné. Les grandes surfaces ne sont pour le moment pas inquiètes même si une telle situation ne doit pas s’étendre dans la durée, avouent les supermarchés…

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.