Revenir à la rubrique : Communiqué

Urgence vitale au CHU – L’IGAS attendue de toute urgence !

Découvrez le communiqué de la Fédération autonome de la fonction publique hospitalière au lendemain du point presse tenu par la présidente de Région en présence des représentants syndicaux du CHU, des praticiens du ''Collectif Santé Hôpital Réunion'', du Département, de l'Association des Maires et des parlementaires :

Ecrit par N.P. – le mercredi 21 février 2024 à 12H14

Chers collègues du CHU de La Réunion,

Chers collègues syndicalistes,

Chers élus de La République,

En novembre 2023, très inquiet quant à la gestion financière et managériale du CHU de La Réunion, notre syndicat, la FAFPHR, a sollicité du Ministre de la Santé une MISSION IGAS (inspection générale des affaires sociales) pour que toute la lumière soit objectivement faite sur les réelles causes du déficit de 50 millions€ annoncé par le directeur général en poste depuis 2016.

Notre demande a été ENTENDUE et nous sommes très satisfaits que l’IGAS vienne prochainement auditer et contrôler en détails le CHU. Il est vraiment urgent que cette mission débute.

Nous accueillerons ces experts avec respect et nous vous invitons à le faire et à répondre sincèrement pour ceux d’entre vous qui seront questionnés.
La mission IGAS 2016-2017 a été efficace ; grâce à ces experts nous avons pu lire un rapport cinglant de vérité, sur la base duquel la FAFPHR a porté plainte d’ailleurs (procédure en cours devant la justice).

Les fonds publics hospitaliers doivent être bien gérés, au profit des patients, dans le respect des hospitaliers qui donnent leur vie professionnelle pour sauver des vies.

Tout comme nous, vous aurez entendu dans les médias le directeur général, le président de la CME s’envoyer des fleurs quant à leurs capacités à gérer notre CHU!

Malgré leur « propre » plan d’efficience de 15 millions€, ils annoncent un déficit sur 2023 de 50 millions € auxquels doivent selon eux, se rajouter 37 millions € de dettes sociales, 10 millions €de créances Mayotte, un retard d’augmentation du coefficient géographique…etc

Passer de 50 millions€ à 100 millions€ de déficit en un an, de 2022 à 2023, tout en ayant fait soit-disant 15 millions € d’économie, et tout en n’ayant toujours adopté le Budget 2024, (alors qu’il aurait dû l’être fin 2023 au moins), ça s’appelle « être bien géré « ?

Et bien entendu ils ne sont responsables de rien dans cette situation catastrophique, c’est la seule faute de l’Etat… ça nous semble un peu trop simplistes comme explications.

La FAFPHR s’interrogeait déjà en novembre 2023 sur la réalité du chiffre de 50 millions € de déficit 2022 annoncé par le directeur général …alors la FAFPHR se demande aujourd’hui si le déficit n’est pas en réalité très supérieur à 100 millions€ sur 2023 !?? That is the question.

Savez-vous qu’il existe un principe de permanence des méthodes comptables? Si celui-ci n’est pas correctement appliqué, vos résultats peuvent être minimisés, et le déficit aussi.

Vous comprenez l’importance d’une mission d’audit et de contrôle, totalement indépendante de la direction du CHU, conduite par des experts, pour analyser objectivement par exemple :

-les stratégies, les méthodes comptables, les provisions, les immobilisations, la gestion et la valorisation des stocks, l’état de la trésorerie,
-le pilotage des ressources humaines et les raisons d’un taux d’absentéisme de 11% (mal-être certain et non des professionnels fainéants partis à la plage),
-les avantages accordés à certains,
-les choix d’un parc automobile plein de voitures neuves électriques,
-la non mobilisation des financements reçus depuis 3,4 années pour la santé mentale mais toujours aucun projet sorti de terre au CHU alors que le nombre de patients explose,
-le choix prioritaire au PPI d’un projet à plus de 130 millions€ pour un nouveau pôle mère enfant au nord sans augmentation d’activité possible, qui aura pour effet inévitable de vampiriser l’ensemble des fonds d’investissements, et même au-delà, au détriment de tous les autres projets médicaux du CHU nécessaires pour répondre à tous les besoins de la population notamment au sud (40% de la population vit dans le grand sud) … etc

Tous les agents hospitaliers ont le droit de connaître la vérité et de s’opposer à des choix absurdes et suicidaires.

Les élus de territoires doivent être également dûment éclairés pour pouvoir prendre leurs responsabilités.

Notre CHU de La Réunion doit être piloté par des dirigeants sérieux, compétents, intègres et respectueux.

Il en va de la qualité des soins, il en va de notre santé à tous !

Très attachée au respect des patients et des professionnels, au développement d’un vrai CHU à La Réunion répondant aux besoins des populations, à l’intégrité, à la bonne gestion des fonds publics, à un discours et à un dialogue de vérité, la FAFPHR continuera à agir, même si la direction et la présidente du conseil de surveillance continuent à l’écarter des réunions… peut-être que regarder et dire la vérité en face dérangent certains.

Le sens des Responsabilités, nous le gardons à la FAFPHR.

Isaline TRONC, Secrétaire générale FAFPHR

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Circulation rétablie à Saint-Gilles-Les-Bains suite à l’incendie de Chez Loulou

Suite à l’incendie survenu « Chez Loulou » le mercredi 10 avril 2024, entraînant la destruction de la boutique et des perturbations de la circulation routière, nous sommes heureux de vous informer que la situation a été résolue et que la circulation a été rétablie. Les autorités compétentes ainsi que les propriétaires ont agi rapidement pour sécuriser les lieux et entreprendre les travaux de démolition nécessaires. La circulation routière est à nouveau normale et la route est ouverte.