Revenir à la rubrique : Faits divers

Un patient décédé au GHER : La famille obtient gain de cause devant la justice

Un homme est décédé au sein du GHER en 2017, suite à ce que sa famille considère comme de la négligence.

Ecrit par – le jeudi 10 juin 2021 à 10H46

La famille d’un homme décédé au centre hospitalier de Saint-Benoît le 18 octobre 2017 a eu gain de cause devant le tribunal administratif. Ses neuf frères et sœurs dénonçaient un manque de prise en charge par le personnel soignant, entrainant la mort du sexagénaire. 
 
En effet, il était arrivé aux urgences avec de la fièvre, des frissons et une gêne respiratoire. Il est décédé six heures plus tard. Leur avocat, le bâtonnier Georges-André Hoarau, affirme que le patient était arrivé à 17h31 et n’avait été vu par un médecin qu’à 18h42. Ce dernier avait conclu à un pronostic vital engagé mais l’absence de lit n’aurait pas permis de l’hospitaliser en unité de soins continus. Sa fiche de santé aurait aussi été mal remplie, n’attestant pas que monsieur souffrait de difficultés respiratoires, ni que c’était un gros fumeur. 

C’est à 23h49 qu’il est décédé, suite à un arrêt cardio-respiratoire. Et ce décès, la famille n’en a été informée que cinq jours plus tard. 
 
Le 26 avril dernier, le tribunal administratif a condamné le GHER (Groupe hospitalier Est Réunion) à verser la somme de 2000 euros à chacun des frères et sœurs de la victime. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.