Revenir à la rubrique : Société

Total fait sa com’ dans les écoles de l’île

Le programme Via, qui vise à faire de la prévention sur la sécurité routière, est proposé pour la deuxième année consécutive aux écoles de l’île. Si l’initiative est bien sûr louable, le rectorat semble bien mal à l’aise avec sa décision de faire participer les élèves. Et pour cause : c’est la fondation de Total Energies qui organise ce concours.

Ecrit par 2572106 – le vendredi 20 janvier 2023 à 17H16

Une situation inquiétante, une opération qui « vise à s’acheter une bonne conscience au cœur de nos écoles« , l’ONG Greenpeace Réunion ne mâche pas ses mots devant l’annonce de la participation pour la deuxième année consécutive au projet Via Creative. Avec des syndicats (CGTR, SAIPER, SNE CSEN, SNUIPP-FSU, SNUDI-FO, SUD Education) et les députés Karine Lebon, Philippe Naillet, Frédéric Maillot, EELV Réunion et les associations Alliance Ecologique et Sociale- Plus Jamais Ca ! La Réunion Association Citoyenne de Saint-Pierre- Réunion Attac Réunion Citoyen pour le Climat La Réunion Extinction Rebellion, l’ONG a lancé une pétition demandant l’arrêt de ce projet éducatif. 

Au premier abord, on peut se demander pourquoi une cause aussi consensuelle que la sécurité routière déclenche une telle levée de boucliers .Il s’agit d’un concours international visant à encourager les élèves volontaires à créer une affiche sur le thème de la sécurité routière. “Les enfants et les jeunes sont les personnes les plus touchées par cette crise : les accidents de la route sont la première cause de mortalité pour les 5 – 29 ans. Pour réduire de façon durable l’ampleur de cette tragédie, il faut créer une synergie entre les nombreuses interventions de sécurité routière visant à prévenir ces blessures et à réduire les risques. L’éducation des jeunes à des comportements sécurisés sur la route fait partie de ces initiatives. C’est l’objectif du programme VIA”, explique le site du programme. Financé par les fondations Total Energies et Michelin. Près de 100.000 jeunes y participent chaque année. 

“Ils veulent s’acheter une image de philanthropie et de générosité”

C’est par le témoignage d’une enseignante de l’île, choquée de voir ce partenariat, que l’affaire a éclaté au grand jour à la mi-décembre. Ce qui interroge encore plus, c’est pourquoi l’Académie de l’île est la seule de France à avoir accepté de participer. 

Les militants dénoncent également une publicité insidieuse au sein de l’école publique. Même s’il n’est pas question de “greenwashing” au sens strict du terme, il s’agit bien tout de même d’une campagne de communication financée par l’extraction des énergies fossiles. De plus, au moment où la major pétrolière s’est retrouvée au cœur des polémiques au moment des débats sur les superprofits liés à l’inflation, le choix de maintenir ce partenariat interroge d’autant plus. 

“Ils veulent s’acheter une image de philanthropie et de générosité, et cela auprès des plus jeunes. Pourtant, leur bilan social et écologique est catastrophique”, avance Greenpeace. 

Un partenariat « transparent et sur la base du volontariat”

Interrogée, la rectrice, Chantal Manès-Bonnisseau, réfute les accusations de liens “privilégiés » avec Total, avant d’ajouter : « L’Académie n’est pas la main de Total ou d’autres choses que j’ai pu lire”. “

“C’est la deuxième année consécutive que ce concours est proposé aux enseignants volontaires. Je peux comprendre ce débat, mais cela ne me semble pas contraire à nos valeurs. Ce partenariat fait l’objet d’une convention claire et transparente, comme avec d’autres acteurs qui peuvent intervenir à l’école. Enfin, il n’y a pas de lien financier avec Total, le rectorat ne gagne pas d’argent. Les seules sommes qui sont en jeu sont les 200 euros proposés aux cinq vainqueurs du concours, soit 1000 euros en tout, cette somme reste largement raisonnable”, précise la rectrice. 

“La question de la sécurité routière est un sujet consensuel, et la prévention auprès des élèves ne doit pas être négligée. Cette démarche est conforme à nos priorités en la matière”, se défend également Chantal Manès-Bonnisseau. 

Ce concours sera-t-il à nouveau proposé aux élèves l’année prochaine ? “Rien n’est décidé encore, cette décision dépendra du succès de l’édition de cette année”, confirme la rectrice. De son côté, Greenpeace Réunion, et les autres signataires, se dit déçu de la décision de la rectrice et affirme vouloir continuer à lutter contre ce partenariat. Des actions sont envisagées pour le courant de la semaine prochaine. 

Interrogée, la fondation Total Energies n’a pas répondu à nos sollicitations. 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Plus Fashion Week fait son show à l’hôtel Créolia

La première édition de La Plus Fashion Week océan Indien organisé par l’association Ô Cœur des Femmes, s’est tenu hier soir à l’hôtel Excel Créolia à Saint-Denis. Un show de trois heures, mélange de catwalk de collections et de tableaux artistiques qui ont ravi un public nombreux venu apprécier la diversité des mannequins et le professionnalisme des organisateurs.

Après vingt ans de conflit, l’élevage bovin de la famille Bègue pourrait être régularisé

Entre nécessité de préservation de l’environnement d’un côté, et appel à la défense d’une activité pastorale de l’autre, le débat sur l’élevage bovin de la famille Bègue, dans le fond de la rivière de l’Est, symbolise les fortes tensions entre autorités de tutelle et agriculteurs installés dans le cœur du Parc national. Après un an de médiation avec l’ONF, le Département, le Parc national et la Daaf, la possibilité d’un règlement à l’amiable, par le biais de la signature d’une convention d’occupation temporaire, semble être envisagée. Même si le Parc national, échaudé, requiert de solides garanties, notamment en matière de lutte contre les espèces exotiques invasives.