Revenir à la rubrique : Faits divers

Thierry Robert condamné à 5 ans d’interdiction de gérer

Le politique mais aussi chef d’entreprise a été reconnu responsable des fautes de gestion et de comptabilité de la SARL Construction et Location de l’océan Indien.

Ecrit par PB – le mardi 05 octobre 2021 à 17H49

Thierry Robert et son père sont désormais fixés sur leur sort. Les « éléments sont suffisamment graves pour justifier, alors qu’ils sont tous deux des mandataires sociaux avertis, à la tête de nombreuses autres sociétés, dont certaines ont déjà fait l’objet de liquidations judiciaires, de les évincer de manière durable du monde des affaires en prononçant à leur encontre une mesure de faillite personnelle d’une durée de cinq ans », a finalement prononcé la juridiction commerciale ce mardi. 

La société Construction et location de l’océan Indien avait été placée en liquidation judiciaire le 17 avril 2018. Des défauts de tenue de comptabilité, de poursuite abusive d’une exploitation déficitaire et des fautes de gestion ayant contribué à l’insuffisance d’actifs de la société avaient été relevées par le mandataire judiciaire. 

Pour Thierry Robert, la demande de faillite personnelle avait pour seule motivation de l’écarter de la vie politique. 

Le jugement du tribunal mixte de commerce de Saint-Pierre ce mardi implique également une interdiction de gérer durant 5 ans. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

4 voies du Tampon : Une voiture sur le toit

Un accident vient de se produire sur la quatre voies du Tampon. Un véhicule se trouve sur le toit au milieu de la voie descendante voiture sur le toit. De gros ralentissement sont en cours dans le secteur.

St-Louis : Redressé fiscalement, le commerçant devient trafiquant de drogue

Trois Mauriciens sont soupçonnés d’un trafic d’oiseaux et de stupéfiants inter-îles et sont derrière les barreaux depuis 10 mois en attendant leur jugement. Suite à une avarie moteur, leur speed boat qui devait rallier l’île soeur était resté en rade à Sainte-Rose en avril 2023. L’occasion de mettre la main sur leur contact réunionnais qui serait l’intermédiaire entre les cultivateurs de zamal péi et les trafiquants. Ce boutiquier de Saint-Louis avait pourtant fait fortune…