Revenir à la rubrique : Société

Succès pour la Marche blanche…

Plusieurs centaines de personnes, pour l’essentiel des femmes, habillées en blanc, ont défilé cet après-midi entre le Jardin de l’Etat et le Barachois, pour protester contre les violences faites aux femmes. Toutes les femmes présentes n’avaient pas nécessairement été victimes elles mêmes de violences conjugales, mais elles ont tenu à se déplacer pour manifester leur […]

Ecrit par Pierrot Dupuy – le samedi 22 novembre 2008 à 17H30

Plusieurs centaines de personnes, pour l’essentiel des femmes, habillées en blanc, ont défilé cet après-midi entre le Jardin de l’Etat et le Barachois, pour protester contre les violences faites aux femmes.
Toutes les femmes présentes n’avaient pas nécessairement été victimes elles mêmes de violences conjugales, mais elles ont tenu à se déplacer pour manifester leur solidarité.
C’est tous les jours que l’on découvre dans les pages faits-divers des journaux des articles relatant des faits de violences, morales ou physiques, sur les femmes.
Le défilé était ouvert par Nassimah Dindar, présidente du Département, et Thérèse Baillif, présidente de l’AMAFAR et du CEVIF, à l’origine de la manifestation.
Le défilé s’est un moment arrêté devant l’ancien Hôtel de Ville, tout habillé de blanc pour l’occasion. Gilbert Annette a pris la parole pour dire toute l’importance qu’il attache à ce sujet. Par exemple, il a promis de veiller avec une extrême vigilance à ce que la mairie n’utilise pas des photos avilissantes pour les femmes dans sa communication.La manifestation s’est achevée sur le Barachois avec un spectacle.

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Au Royaume-Uni, la semaine de 4 jours séduit salariés et patrons

Un an après le terme d’une expérience grandeur nature, de nombreuses entreprises britanniques ont choisi de maintenir la semaine de 4 jours à 32 heures de travail. L’efficacité du dispositif semble aussi bien convaincre les employeurs que les salariés.

Atteint du syndrome Ravine, Maël appelle à la solidarité pour enfin sortir de chez lui

Le Saint-Joséphois de 23 ans connaît une dégradation de son état de santé depuis 18 mois, ce qui a nécessité un changement de fauteuil roulant, passant d’un manuel à un électrique. Le problème, c’est que ce nouveau siège n’est pas adapté à la voiture pour laquelle ses parents se sont déjà sacrifiés. En conséquence, Maël est contraint de rester chez lui ou de sortir sans aucune capacité d’autonomie. Ses parents ont donc lancé une cagnotte afin de financer un nouveau véhicule.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial