Revenir à la rubrique : Communiqué

St-André : « Les droits syndicaux de 4 listes de candidats évincés en 2022 ont pu être rétablis »

Dans un communiqué, la section du syndicat Sud annonce l'annulation par le tribunal administratif des élections syndicales de 2022. Les prochaines auront lieu en avril de cette année.

Ecrit par N.P – le jeudi 14 mars 2024 à 15H21

Le communiqué :

La Représentante de la section SUD de la commune de Saint-André, Madame Ingrid TEYSSEDRE, juriste territoriale et attachée principale titulaire, souhaite communiquer que grâce à son action, elle a participé activement à faire annuler les élections syndicales de décembre 2022, en raison des droits élémentaires et syndicaux du personnel qui ont été honteusement bafoués par la collectivité. Le Maire avait déclaré en octobre 2022 pas moins de quatre listes syndicales irrecevables, en totale violation de la loi, dont la liste de son compagnon dans la vie Monsieur Dominique PITCHÉ. Il s‘agissait d’une entrave à la liberté syndicale. Le Tribunal administratif a estimé que la décision d’irrecevabilité du Maire de Saint-André était illégale car avait eu une influence sur ce scrutin. Grâce à ce combat juridique (auquel la Représentante du Syndicat SUD a contribué) destiné à simplement faire reconnaître l’illégalité de la décision du Maire, les droits syndicaux de quatre listes entières de candidats évincés en 2022 ont pu être rétablis. Aujourd’hui 9 listes et 9 syndicats sont présents pour le scrutin du 10 avril 2024, ce qui est très positif, selon elle, en termes de pluralisme syndical.

Aujourd’hui, l’ambition, la volonté farouche de son syndicat est d’apporter un vent nouveau, un syndicalisme rénové, courageux dans sa collectivité, en dénonçant notamment :

La souffrance au travail et la recrudescence des arrêts maladie à la Mairie
La politique Ressources « Humaines » autoritaire de la collectivité
Le harcèlement au travail, qui prend de nombreuses formes en interne : déplacements arbitraires, mises au placard, directives multiples déstabilisantes, absence de note d’affectation depuis de très nombreux mois dans le cadre de la réorganisation des services
La suppression des jours de RTT en décembre 2021 (sans objection des syndicats présents jusque-là !) qu’elle veut remettre sur la table de négociation.
Une mise en place très contestable et inégalitaire de la badgeuse à Noël 2023, qu’elle souhaite remettre en cause dès le 10 avril.
La privatisation du service public (SUD est contre l’externalisation de la Petite Enfance que projette la Mairie)

SUD est un syndicat très revendicatif, dans lequel Ingrid TEYSSEDRE se reconnaît parfaitement (ce sont les valeurs de SUD qui l’ont incitée à demander sa désignation à ce syndicat !), car c’est un syndicat qui se bat principalement pour les conditions de travail des agents. SUD est déjà connu dans la collectivité (même si son arrivée est récente, octobre 2023) pour dire tout haut, ce que les agents disent tout bas. SUD affirme être le seul syndicat communal, aujourd’hui, qui dénoncent les dysfonctionnements et les injustices. Les syndicats existants sont inactifs et n’aident pas de façon effective le personnel en difficulté.
SUD propose un accompagnement individuel, une assistance juridique au quotidien en la personne de sa Représentante, Ingrid TEYSSEDRE, dont les compétences sont reconnues en matière juridique et dans le domaine des Ressources Humaines. Elle a exercé des fonctions à fortes responsabilités (DRH, DGA, Responsable des affaires juridiques) dans trois collectivités depuis 22 ans.

En toute sincérité, la Représentante de SUD souhaite dire qu’à titre personnel et dans son parcours professionnel, elle a subi depuis 2020 une mise à l’écart progressive et humiliante, elle n’a jamais pu être reçue individuellement par le Maire malgré ses demandes (qui est pourtant son oncle maternel et avec qui elle a grandi dans son enfance entre ses 2 ans et 12 ans, le Maire actuel habitait chez sa sœur, la mère d’Ingrid TEYSSEDRE, à cette période). Pourtant, sa vie professionnelle était très importante pour elle. Cette mise au placard et son déplacement l’ont permise de prendre du recul et de réfléchir avec humilité à sa mission de vie et à son utilité dans la collectivité. Après plusieurs mois de dépression nerveuse, c’est sur ses compétences juridiques et professionnelles (juridiques et RH principalement) qu’elle s’est appuyée pour relever la tête et se diriger, avec enthousiasme et positivisme, vers l’action syndicale et solliciter du Syndicat SUD sa désignation en octobre 2023 en tant que Représentante du syndicat SUD au sein de sa commune. Ce qui ne tue pas rend plus fort, a-t-elle coutume de dire.

Ingrid TEYSSEDRE souhaite mettre à profit de ses collègues de la Mairie, du CCAS (SSIAD et EHPAD compris) ses appétences afin que ceux-ci ne subissent plus de traitement « RH » inhumain, injustifié et dégradant. Elle s’amuse à dire que pour défendre le personnel, elle entre par la porte du bureau du Maire, si possible, si non, elle passe par la fenêtre ou le balcon, s’il le faut, car elle connaît le droit et la force que peut avoir une action syndicale et représentative efficace.

Son cheval de bataille est le Respect, la Dignité, la Reconnaissance et l’Humanité auxquels chaque agent a droit.

Son arme est le Droit, rien que le Droit.

Ses atouts indéniables sont le courage de dire, la détermination, ses qualités relationnelles, son empathie et ses connaissances juridiques.

Son état d’esprit c’est son altruisme et son souhait d’apporter de l’aide à ses collègues, pour qu’ils soient mieux traités, plus respectés et que leurs droits soient reconnus par tout moyen.

Les moyens qu’elle utilisera seront l’écoute, l’assistance juridique, la négociation, la formulation de courriers circonstanciés, les recours gracieux ou contentieux, les actions de revendication comme les débrayages ou la grève.

La Représentante de SUD tient à remercier très chaleureusement, son équipe, les 32 colistiers très courageux qui sont candidats à ses côtés sur la liste SUD, malgré les pressions subies en interne.
Elle lance un large appel aux agents de la commune de Saint-André, à ceux du CCAS et de la Caisse des Ecoles pour voter majoritairement le 10 avril 2024 pour le syndicat SUD, le tout nouveau syndicat qui arrive dans la collectivité et qui a la ferme intention de faire avancer la cause du personnel communal. SUD est un syndicat qui tient absolument à sauvegarder sa liberté de parole et son indépendance totale par rapport au pouvoir politique en défendant bec et ongles les intérêts du personnel communal. C’est sa conception du syndicalisme. Elle formule le vœu que le personnel communal (CCAS et Caisse des écoles compris), qui représente pour elle la force vive, la richesse de la commune se retrouve autour des couleurs de SUD afin que SUD soit un syndicat qui compte dès le 10 avril 2024. Elle promet à ses collègues qu’en donnant leurs voix à SUD, ils donnent de la force à leurs droits.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Les cardiologues du CHU de La Réunion au plus près des Réunionnais

Enjeu majeur de santé publique au niveau national, la pathologie cardio-vasculaire est la première cause de mortalité à La Réunion. Afin de sensibiliser la population à ces maladies, et parce qu’elles nous concernent tous, les cardiologues du CHU de La Réunion ont mis en place un programme d’actions de prévention au-delà des murs de l’hôpital, pour être au plus près des Réunionnais.

[Communiqué] FIFOI : Les organisateurs dressent le bilan

Le FIFOI s’est clôturé le 12 avril dernier après 5 jours de festival. Lors de la soirée de clôture, deux prix ont été remis suite à la soirée de compétition de courts métrages de fiction. Le public a voté pour son film préféré distinguant « La vérité sur Alvert, le dernier dodo » du Réunionnais Nathan Clément. Un jury Jeunes composé d’une dizaine d’élèves des lycées Jean Hinglot au Port, Memona Hintermann Affejee et Levavasseur à Saint-Denis, a honoré Jua Kali, du Kenyan Joash Omondi.