Revenir à la rubrique : Société

SNUI : ‘L’impôt doit être redistribué’

L’heure est au premier bilan pour le SNUI (Syndicat National Unifié des Impôts) concernant le paquet fiscal voté en 2007. Attractivité de La France, exonérations des heures supplémentaires, bouclier fiscal, niches fiscales, fiscalité du patrimoine…Le syndicat a passé au peigne fin les différentes mesures prises par le gouvernement affirmant qu’il était temps de corriger le projet de loi de finances 2009.

Ecrit par Melanie Roddier – le jeudi 30 octobre 2008 à 11H44

Le syndicat a tout d’abord souhaité rappeler que malgré le contexte de crise, « il n’est pas déplacé de dire que La France est attractive« .
Parmi les exemples donné par le SNUI, les coûts salariaux en France, qui sont dans la moyenne basse par rapport aux autres pays européens ou encore le nombre de jours de grève dans le secteur privé, mois importants en France qu’aux Etats-Unis, en Espagne ou encore en Italie.
Toutefois, le revers souligné par le syndicat est de dire que le bouclier fiscal, ce dispositif de plafonnement des impôts directs qui bénéficie aux particuliers, ne profite qu’à une infime partie de la population. « Près de 150 000 personnes ont bénéficié du bouclier fiscal pour un montant de 246 millions d’euros. Système injuste car 524 personnes se partagent la moitié« .
Concernant l’ISF, le syndicat insiste sur le côté symbolique et politique. « Il ne vaut pas grand chose en terme d’impôt. Le fait que l’ISF coûte cher est du pipeau« .
Gros dossier: les niches fiscales. « Il y en a trop en France. Le coût est estimé à 70 milliards d’euro. On ne dit pas qu’il faut supprimer toutes les niches fiscales demain mais il nous paraît évident qu’il faut en supprimer« .
Le syndicat préconise un plafonnement mais en évaluant le coût, le rendement et l’efficacité des niches.
Finalement, l’objectif est le même que le gouvernement concernant la défiscalisation, mais avec un raisonnement totalement différent. « On veut une refonte à des fins utiles et pas pour faire des économies« .
Après avoir balayé diverses mesures, le SNUI fait part de son inquiétude concernant le risque d’avoir de gros problèmes au niveau de la fiscalité en France. « On peut prendre ce paquet fiscal par tous les bouts, les premiers éléments montrent qu’il coûte cher et que les clivages sociaux augmentent« .
Les représentants ont souhaité rappelé que d’après l’INSEE, plus de la moitié des Réunionnais sont sous le seuil de pauvreté et La Réunion compte 100 000 illettrés. « L’impôt doit servir à la collectivité et être redistribué. On ne peut pas être d’accord avec le paquet fiscal dans sa forme actuelle« .

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Baccalauréat : Début des épreuves ce mardi

Après le passage des épreuves écrites anticipées de français le vendredi précédent, l’attention se tourne désormais vers les élèves de Terminale des filières générale et technologique, qui s’apprêtent à débuter leur marathon d’examens pour décrocher le baccalauréat général et technologique.

Une campagne de communication à l’occasion de la journée du don d’organes

Afin de marquer la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes, la greffe et la reconnaissance du donneur qui aura lieu le 22 juin, le CHU de La Réunion, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’Agence de la Biomédecine, en partenariat avec la Région Réunion, lancent une campagne de communication locale « Parlons don ! ». La Direction Générale du CHU et ses partenaires ont organisé une conférence de presse ce jour pour le lancement de cette campagne inédite.