Revenir à la rubrique : Société

Service à la personne : 1 500 emplois sur trois ans

11 000 particuliers font appel aux chèques emploi-service, à La Réunion. Ce chiffre devrait doubler d’ici trois ans, selon Paul Hibon, directeur régional de l’Agence de développement. Le nombre d’entreprises proposant du personnel aux services à la personne devrait également augmenter.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 13 octobre 2008 à 13H45

Mylène Dupuy est agent de service. Elle travaille huit heures par semaine, et a un salaire moyen de 200 à 250 euros par mois avec Odom, une société de service à la personne.
“Ce revenu me convient parce que j’ai la possibilité de gérer mon emploi du temps, et je profite aussi de la proximité”, indique Mylène Dupuy. La flexibilité et la proximité de l’emploi figurent parmi les avantages du dispositif chèque emploi-service.
Lors du recrutement du personnel, Odom met avant ces éléments. “L’entretien individuel sert à définir le profil de chaque candidat. Cela peut paraître simple de l’extérieur, mais nous ne pouvons envoyer n’importe qui chez nos clients”, explique Mylène Gigant, directrice de l’agence Odom services.
Aussi, Odom service a développé un dispositif de suivi strict, tant au niveau de son personnel qu’au niveau de sa clientèle. “Il y a les échanges téléphoniques et des visites sur le terrain”, confirme Mylène Gigant.
Nous devons fidéliser notre personnel, pour ensuite fidéliser notre clientèle”. Alain Nivet, président de Odom, tient à rassurer tout le monde. “Notre personnel est assuré. Nous avons mis en place un maximum de garantie”.
“Chez Odom, c’est satisfait ou remboursé !”, conclut Alain Nivet, président de Odom.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

ICP Roto accepte d’imprimer le JiR jusqu’à la fin de la période électorale

Jacques Tillier et le JiR ont été déboutés de leur référé déposé devant le tribunal de commerce visant à obtenir l’impression du journal par ICP Roto. L’imprimeur, Alfred Chane Pane a toutefois décidé, compte tenu de la période électorale en cours, de faire paraître le quotidien durant la campagne électorale afin de permettre l’expression des candidats aux Législatives.

Le Département appuie sur le levier de l’économie

Même si cela ne relève pas de ses compétences premières, la majorité départementale a insisté sur ses investissements dans l’économie réunionnaise, ce mercredi lors de son assemblée plénière. Grâce à un emprunt bancaire, 20 millions d’euros supplémentaires seront injectés dans la filière du BTP.

[Communiqué] La Ville de Saint-Paul et Citeo s’unissent pour lutter contre les déchets abandonnés

La Ville de Saint-Paul et Citeo ont signé une convention visant à prévenir et réduire les déchets abandonnés sur l’espace public. Dotée d’un soutien financier de 1,5 million d’euros de Citeo, cette collaboration, qui durera jusqu’à fin 2025, se concentre sur la prévention, la sensibilisation et le nettoiement des déchets, dans le cadre des objectifs fixés par la loi AGEC pour éliminer les emballages en plastique à usage unique d’ici 2040.

Tribunal de commerce : Jacques Tillier débouté, ICP Roto n’est pas sommée d’imprimer le JiR

Sous couvert de censure, mais sur fond de conflit avec Alfred Chane Pane, patron d’ICP Roto, Jacques Tillier n’hésite pas à tout tenter pour sauver son journal. Le JIR n’étant toujours pas paru ce mercredi matin, la direction du journal a décidé de déposer un référé au tribunal mixte de commerce en vue d’obliger ICP Roto à l’imprimer.
L’audience s’est tenue ce matin, le délibéré est tombé cet après-midi. Le tribunal de commerce a décidé de débouter le JiR de ses demandes et le condamne à payer la somme de 1.500 euros : « Je ne peux forcer une des parties prenantes à se lier à une autre par un contrat », a déclaré la présidente.
Les avocats du JiR et d’ICP Roto expliquent que des discussions sont en cours pour trouver un accord afin de reprendre l’impression.