Revenir à la rubrique : Société

Sensibilisation aux risques en montagne : Comment faire rimer sentier et sécurité

L'ONF, le PGHM et la DRAJES ont organisé une grande journée de sensibilisation aux dangers de la montagne ce vendredi au Volcan. L'occasion de rappeler les risques aux randonneurs et de donner les bons conseils pour sillonner les sentiers en toute sécurité.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le lundi 30 octobre 2023 à 07H54

Ils étaient nombreux ce matin à être déçus de voir la couverture nuageuse s’installer sur le sommet du Piton de la Fournaise, mais quelques touristes ont probablement eu leurs vacances sauvées grâce à cela. Certains vacanciers s’étaient encore lancé à l’assaut du Dolomieu en simple débardeur, inconscient du risque d’insolation et des coups de soleil.

C’est afin d’éviter ce genre de risque que l’Office national des forêts, le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et la Délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (DRAJES) ont organisé une grande journée de sensibilisation face aux risques en montagne.

Cet événement s’est déroulé au Pas de Bellecombe, le sentier le plus fréquenté de l’île avec 317.000 passages l’année dernière. Mais évidemment, cette prévention est valable pour l’ensemble des sentiers de l’île.

« Le but de cette journée, c’est de sensibiliser le grand public sur les risques en montagne. Que ce soit à la fois sur la préparation d’une sortie en montagne, c’est-à-dire bien étudier la météo, bien étudier le parcours, mais également la dangerosité de ce dernier. Également bien se préparer, bien préparer sa tenue qui soit en adéquation avec le parcours », explique Anthony Roulenq, chef de projet risques naturels à l’ONF.

Avec un nombre d’interventions en augmentation, plus de 800 en 2022, le PGHM était également présent pour éclairer les randonneurs sur leurs questions comme les numéros d’urgence à appeler ou les gestes à adopter en cas d’accident sur un sentier. Pour Anthony Roulenq, l’objectif de cette journée était de rendre « tous les randonneurs de l’île acteurs de leur propre sécurité ».

« Non, ce n’est pas comme en métropole »

L’agent ONF souligne que beaucoup de randonneurs sous-estiment la dangerosité de certains sentiers. « On se rend compte que de plus en plus, les gens se lancent sans savoir ne serait-ce que si le sentier est ouvert ou pas. Il est important qu’ils se renseignent également sur la météo. J’insiste sur la météo, car c’est un facteur qui peut être très changeant ».

Les chutes de pierres causées par la pluie, même 72h après l’averse, ou un épais brouillard qui désoriente les randonneurs sont parmi les problèmes que peut engendrer la météo avec des conséquences parfois dramatiques.

Un élément important est de signaler son parcours et ses heures de départ et d’arrivée pour ceux qui se rendent seuls en montagne. Pour les groupes, les conseils sont de ne pas se diviser. Si quelqu’un s’arrête, au moins une partie du groupe s’arrête avec lui. « Il y a malheureusement trop d’exemples de personne qui ont fait une petite pause et qui se sont soit perdus, soit trompés de chemin, avec des conséquences parfois dramatiques », rappelle l’agent de l’ONF.

Anthony Roulenq veut également alerter les touristes qui se disent que « c’est comme en métropole. Non, ce n’est pas comme en métropole. La Réunion a des sentiers de remparts et des spécificités qui leur sont propres. »

Pour connaître la météo, il faut évidemment de s’informer sur le site de Météo France. Pour les sentiers ouverts ou non, le site de l’ONF ou leurs réseaux sociaux sont mis à jour constamment.

Thèmes : Randonnée | Tourisme
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
polo974
3 mois il y a

« Sensibilisation aux risques en montagne : Comment faire rimer sentier et sécurité »
En les entretenant en temps et en heure, mais pour ça, il faut des moyens…

Dans la même rubrique

Eleanor va-t-elle faire le tour de La Réunion ?

La tempête Eleanor devrait réaliser une boucle entière autour des Mascareignes tout en se dissipant. Le système dépressionnaire doit d’abord transiter au Sud de La Réunion ce week-end sans apporter une dégradation « significative » de la météo, avant de remonter le long de la côte Est malgache, là où elle s’est formée.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial