Revenir à la rubrique : Faits divers

Saint-Pierre : Le DG du Casino du Sud poursuivi pour harcèlement et agressions sexuelles

Une employée du Casino du Sud a eu le courage de dénoncer les comportements de son directeur général délégué. A plusieurs reprises, l’homme a fait venir la jeune femme dans son bureau pour lui proposer des relations sexuelles allant même jusqu’à l’agresser, accuse-t-elle. La victime a finalement porté plainte. A l’issue de l’enquête, le parquet de Saint-Pierre poursuit l’agresseur présumé devant le tribunal correctionnel. Le DG devra répondre d’harcèlement et agressions sexuelles par personne ayant autorité.

Ecrit par 376508 – le jeudi 16 mars 2023 à 11H57

Les faits racontés par Louise* dans le bureau de son avocat sont d’autant plus insupportables que l’homme qui s’en est pris à elle a abusé de sa position hiérarchique pour tenter de l’anéantir. Les séquelles sont effectivement psychologiques et affectent encore la vie professionnelle et privée de la victime. 

La jeune femme travaille dans le Casino de Saint-Pierre depuis plusieurs années mais tout bascule en 2019 peu après avoir obtenu une promotion. Le directeur la fait demander à son bureau et au détour d’une discussion professionnelle sur le planning, fixe sa poitrine et se permet un : « c’est joli ». Louise se cache immédiatement les seins et le remet à sa place mais son directeur s’est déjà levé et rapproché d’elle. Louise recule, il lui aurait glissé : « je ne veux pas gâcher ton ménage, ne le dis à personne… »

Quelques mois plus tard, le DG la convoque à nouveau dans son bureau, un des seuls endroits dans le casino où il n’y a pas de caméras. « Le personnel a également interdiction d’utiliser le téléphone portable au sein de l’établissement », précise Louise. Là, il essaye d’aller plus loin en déboutonnant le polo de l’employée et en lui touchant le sein, » je veux juste regarder », aurait-il affirmé. Louise est tétanisée mais parvient juste à dire non. Par le passé, la jeune femme a déjà subi des violences qui l’empêchent de faire face à la situation, a-t-elle aujourd’hui analysé avec une aide psychologique.

« Porter un masque », « garder le sourire »

Rien n’arrête le DG, même pas la grossesse. Louise est enceinte quand il revient à la charge. Si l’homme peut laisser passer des semaines avant de l’agresser, il passe cette fois-ci la main sous sa robe, se souvient Louise. Lors de la quatrième agression, il tente de l’embrasser. L’homme en érection a voulu la faire assoir sur ses genoux mais elle s’est débattue, relate-t-elle. Louise se lève et sort rapidement du bureau. Paniquée, elle croise un de ses collègues qui s’aperçoit de son état. La jeune femme se réfugie en pleurs dans les cuisines. 

Elle se décide à porter plainte en mars 2022 avec le soutien de ses collègues mais aussi de son mari. Portant une culpabilité non fondée, traumatisée, Louise a porté durant trois ans « un masque, gardé le sourire pour ne pas faire du mal autour de moi », se confie-t-elle. A la suite de la plainte, un médecin a constaté une incapacité totale de travail de 30 jours sous réserve d’aggravation. En arrêt maladie depuis, la jeune femme est régulièrement suivie pour un syndrome anxio-dépressif. 

Le DG maintenu à son poste

Louise ne serait pas la seule femme de l’entreprise a avoir subi les comportements du DG, assure-t-elle. Une de ses collègues qui est également en arrêt maladie lui a posé la question de savoir,  juste avant sa grossesse, si elle aussi a subi des attouchements du directeur. « Je comprends tout de suite qu’elle est déjà passée par là », déplore la jeune femme. Sa collègue accepte de témoigner dans le cadre de l’enquête. D’autres n’ont pas eu la force et ont préféré démissionner sans porter plainte au fil des années. L’inspection du travail a été saisie dans cette affaire et à l’issue d’une enquête interne, le directeur a été maintenu dans ses fonctions. Dans ce climat, selon nos informations, les arrêts maladies sont nombreux au sein du Casino du Sud.

Outre la plainte portée et les poursuites engagées au pénal pour lesquelles Louise se porte partie civile, une action devant les prud’hommes a été lancée. Avec son conseil, elle demande la résiliation judiciaire de son contrat de travail aux torts exclusifs de l’employeur. « Les faits commis par le directeur sont très graves, c’est un comportement abject. Il a abusé de sa position hiérarchique pour obtenir des faveurs sexuelles et lorsqu’il s’est vu repousser à plusieurs reprises, il a continué de toucher et de harceler. Heureusement, elle a eu le courage de sortir du silence dans lequel son agresseur l’avait enfermée afin de faire cesser cette situation extrêmement grave« , souligne son avocat Me Alain Antoine. 

Si Louise a en effet accepté de sortir du silence, c’est pour ne plus vivre cette situation « comme un échec » alors que « lui en attendant continue à travailler normalement ».

*prénom d’emprunt

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.

Opération Place Nette : Trois individus interpellés pour port d’arme

Les fonctionnaires de la police nationale de La Réunion ont effectué des contrôles dans le cadre de l’opération « place nette » ce mercredi à Saint-Denis. À ce titre, cinq personnes ont été interpellées dans le quartier de Sainte-Clotilde, indique la police sur sa page Facebook.

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.