Revenir à la rubrique : Société

Sabrina Maillot, Miss Bichique, a porté chance aux pêcheurs

La lune était au rendez-vous et les bichiques également, ce week-end sur les berges de la Rivière des Roches de Bras-Panon et de Saint-Benoît. C’était une aubaine pour les pêcheurs et les organisateurs de la Fête des bichiques. Le “caviar” local s’est négocié à 35 euros.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 27 octobre 2008 à 07H08

Le Dipavali, organisé au Colosse à Saint-André, n’a pas nui à l’affluence du public à la Fête des bichiques, ce week-end. Il y a deux explications au succès populaire de cette treizième édition.
La première s’appelle Sabrina Maillot. Elle a 24 ans, elle habite à Sainte-Suzanne, et elle a été élue dès vendredi soir, Miss bichique. Sa dauphine numéro une s’appelle Soleilna Mahano, et sa deuxième Stéphanie Malbrouck. Toutes les deux ont 19 ans et résident à Bras-Panon.
La deuxième est sans conteste la présence des rois de la fête. En effet, samedi “bichique la monté” en grande quantité. Et ils ont été nombreux à se jeter à l’eau, avec “poche et soubik” pour “trape un p’tit cari”.
Le public a pu également en profiter. Sur les berges, certains ont pu négocier un ou deux kilos à 25 euros, alors que sur les lieux de vente habituels de l’Est et du Nord, le prix a varié de 30 à 40 euros le kilo.
C’était l’occasion pour certains d’acheter le cari bichique du réveillon de Noël. En attendant les letchis…

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une zone suspecte au Nord de La Réunion

Le Centre météorologique régional spécialisé évoque la possibilité d’une reprise de l’activité cyclonique en fin de semaine au Nord-Est de Madagascar.

Météo à La Réunion : Des vigilances en cours

Une moitié Est/Sud-Est de La Réunion connaît des conditions météorologiques dégradées. Une vigilance fortes pluies et orages jaune est d’ailleurs en vigueur dans ces secteurs. Les pluies devraient continuer jusque dans la nuit.

Ces maux que la danse guérit : Le rythme pour battre la dépression

Depuis une quinzaine d’années, le succès des danses dites sociales (salsa, bachata, kizomba, etc.) ne cesse de se développer. Si le succès de cette pratique artistique peut être en partie accordé à la culture de la danse dans l’île, c’est plus dans les histoires individuelles que se trouvent parfois les racines de cette passion. Qu’elle qu’en soit la raison, la danse est parfois là pour guérir de quelque chose, même si cela n’est pas toujours conscientisé avant de s’initier. Voici la première partie de notre dossier théra-piste qui raconte comment certains se sont sortis de la dépression grâce à la danse.