Revenir à la rubrique : Société

Route de Salazie : « Notre commune est prise en otage »

Les Salaziens n'en peuvent plus des éboulements et des coupures à répétition sur la RD 48, à commencer par le maire Stéphane Fouassin. Ce dernier organise depuis ce lundi des réunions publiques avec les administrés pour aborder les problématiques de circulation sur cet axe, le seul reliant le cirque au reste de l'île.

Ecrit par SI – le mardi 31 janvier 2023 à 15H19

C’est sur la question des plages horaires que les habitants du cirque de Salazie et le Département ne parviennent toujours à accorder leurs violons. La municipalité avait proposé au Département 6 heures de plage d’ouvertures quotidiennes le temps des travaux : 6h-8h, 12h30-14h et 17h-19h.

Une requête que n’a pas suivi le conseil départemental au grand désarroi du maire Stéphane Fouassin. « Nous n’avons pas eu gain de cause hier soir car le BRGM devait passer ce matin. Le centre nous a confirmé dans la matinée qu’il ne comptait pas revenir sur les horaires déjà mis en place. Pour moi c’est clair, nous n’avons pas avancé sur les négociations », regrette l’édile salazien.

Ce dernier n’a pas caché le « ras-le-bol » de la population qui subit plusieurs fois dans l’année ces coupures de circulation, lui donnant le sentiment que sa commune « est prise en otage »,  « tout ça parce que le BRGM voit deux galets suspendus en l’air ».

Stéphane Fouassin, ainsi que de nombreux habitants du cirque, sont aussi excédés par le nombre de travaux de purge effectués à l’année sur la RD 48, alors que ces derniers sont assez récurrents à chaque épisode pluvieux de grande ampleur. « Chaque jour qui passe on devrait, je dis bien « devrait », avoir une amélioration sur les risques et force est de constater que ce n’est pas le cas, c’est pénible ».

Seuls motifs de satisfaction pour Stéphane Fouassin : le recul des blocs « mal placés » mais aussi la suppression des panneaux danger de mort « qui étaient vraiment mal venus » et celui sur la quatre-voies de Sainte-Marie indiquant que la RD 48 est fermée à la circulation « alors qu’il y a des horaires d’ouverture », peste le maire de Salazie.

Ce dernier craint que ces mauvaises informations aient un impact défavorable sur la vie économique du cirque. « On comprend qu’il faille trois heures pour travailler correctement mais il faut aussi qu’ils nous laissent du temps pour nous déplacer et laisser nos enfants aller dans leurs lycées respectifs », clame-t-il.

« Nous avons également eu gain de cause concernant les deux goulots d’étranglement que sont la zone du pisse-en-l’air et celui du Pont de l’Escalier en ayant des agents mis à disposition pour réguler la circulation. Par ailleurs le Département a accédé à notre demande concernant la réfection rapide de la route impactée par le dernier éboulis », confie-t-il.

Comme hier, Stéphane Fouassin invite la population à assister à la seconde réunion publique pour exposer les dernières informations concernant les travaux en cours et remonter ses doléances auprès du conseil départemental, qu’il « espère voir » ce soir afin de se rendre compte de la galère que vivent les Salaziens.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Chambre verte dans le rouge

La Chambre d’Agriculture de La Réunion est dans une situation financière difficile. Dans son rapport rendu public ce vendredi, la Cour des Comptes pointe notamment le sureffectif et a émis quatre rappels au droit. La Chambre consulaire pourrait être placée sous tutelle renforcée si elle ne redresse pas la barre.

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.