Revenir à la rubrique : Politique

Réseau Estival : Le passage de SEM à SPL acté fin janvier 2022 lors d’une AG

Après avoir acté lors du dernier conseil d'octobre la transformation de la SEM Estival en SPL, les élus communautaires de la Cirest ont validé ce vendredi le mode de gestion qui sera attribué à cette dernière. Une assemblée générale extraordinaire se réunira en janvier pour finaliser cette mutation.

Ecrit par SI – le samedi 11 décembre 2021 à 13H08

Pour rappel, la Cirest avait délégué en 2014 la gestion de son réseau de transport urbain via une DSP avec la GME Car Est pour une durée de 8 ans. Celle-ci avait été prolongée de 3 mois le 29 octobre dernier et prendra finalement fin en avril 2022. Afin de garder une certaine continuité du service public, l’intercommunalité avait demandé une nouvelle étude concernant ce mode de gestion qui a permis d’identifier trois scénarios : une reconduction en DSP, une reprise en régie et une gestion par une SPL via une DSP, cette dernière option ayant été retenue par la présidence de la Cirest.

L’étape suivante consistera à avoir la confirmation de la participation de la Région Réunion au sein de la future entité avant d’attribuer les différents lots aux prestataires retenus dans le cadre de cette DSP.  

Comme lors des précédents conseils, Jean-Marc Péquin, élu de Saint-André (majorité), n’a pas été convaincu de la nécessité du passage en SEM en SPL. « Le rapport du délégataire de la SEM pour l’année 2020 qui nous a été présenté nous prouve que le réseau fonctionne très bien. Pourquoi alors se précipiter sur ce changement de statut ? », s’interroge le 1er adjoint de Joé Bédier, qui demande plutôt la prolongation d’une année de la DSP en cours, demandant par la même occasion à la Cirest de « travailler sur les circuits et les bus mis à disposition des usagers ».

Ce passage en SPL « n’entrainera aucune conséquence directe sur l’utilisation des transports par les usagers du réseau », assure Patrice Selly. Il permettra selon le président de la Cirest d’avoir « une gestion plus saine » mais aussi « d’avoir une concurrence plus saine » entre les différents opérateurs de transport sur le territoire. En revanche, la procédure de renouvellement de la DSP qui va intervenir doit permettre à l’EPCI d’améliorer la qualité du service public de transport urbain. « Nous allons donner plus d’importance à la qualité aux critères techniques que celui du prix sur les prochains contrats qui vont être passés avec les opérateurs », termine-t-il.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Qui prendra les rênes de la Région si Huguette Bello devient Première ministre ?

Contrairement au Conseil municipal qui doit à nouveau voter si le maire laisse son poste vacant, pour le Conseil régional, le premier vice-président est chargé d’assurer provisoirement la fonction. Si Huguette Bello est appelée à diriger le gouvernement, Patrick Lebreton deviendra donc de facto le patron de la Pyramide inversée.

Le nom d’Huguette Bello suggéré à la tête du gouvernement

Les négociations continuent dans le Nouveau Front populaire pour trouver une figure qui pourrait prendre la tête d’un gouvernement de coalition qui battrait les motions de censure attendues à la rentrée parlementaire. Les différents partis politiques qui composent l’alliance de gauche jouent des coudes pour placer leur poulain, mais aucun compromis n’a été trouvé. Le Parti communiste français aurait alors suggéré le nom d’Huguette Bello, selon Emilio Meslet, grand reporter politique de L’Humanité.

Tribune libre de Gilles Fontaine : « Les vraies raisons de l’échec de la Gauche aux élections législatives 2024 dans la 3ème circonscription »

Conseiller municipal et soutien de Nathalie Bassire lors des dernières élections législatives, Gilles Fontaine livre son analyse des résultats dans la 3e circonscription. L’ex-colistier de François-Xavier Bellamy aux Européennes souhaite en effet contredire « les mensonges et contre-vérités honteusement proférées à chaud », notamment par les « présumés responsables » de l’élection de Joseph Rivière dans cette circonscription.

Matignon : LFI avance quatre noms, le PS et EELV en embuscade

Le nom du candidat du Nouveau Front populaire pour Matignon devrait être connu « d’ici ce soir, peut-être d’ici demain matin », a indiqué jeudi soir sur franceinfo la députée NFP Sandra Regol. Cette annonce fait suite aux critiques de plusieurs figures écologistes, comme Sandrine Rousseau, dénonçant le temps pris par le NFP pour désigner un candidat. De son côté, la France insoumise a proposé le nom de quatre candidats.