Revenir à la rubrique : Politique

Région: La Nouvelle Route du Littoral, encore une fois source de tensions en assemblée plénière

Dossier important examiné en assemblée plénière à la Région ce matin, l'adoption du compte administratif 2013 de la collectivité régionale. Si pour la majorité, cette année 2013 est celle de "l'excellence", pour l'opposition c'est tout le contraire. Elle pointe du doigt les risques liés au financement de la Nouvelle Route du Littoral.

Ecrit par – le mardi 10 juin 2014 à 15H45

Ambiance tendue entre élus de l’opposition et de la majorité après la présentation du compte administratif de 2013 en assemblée plénière à la Région, ce matin. Les échanges ont été musclés autour des programmes régionaux et, bien évidemment, du projet de la Nouvelle Route du Littoral (NRL). Si d’un côté, l’opposition explique que la nouvelle route du littoral NRL va plomber les comptes de la Région, la lecture n’est pas la même du côté de la majorité.

Le résultat de l’exercice 2013 est en hausse de 1,6% par rapport à 2012, pour s’élever à 160,2 millions d’euros. « Ce compte administratif est la traduction de l’excellente situation financière de la collectivité. Il est en exacte conformité avec la réalisation des engagements pris sur les différentes thématiques comme les grands chantiers, la politique d’égalité des chances (…)« , explique le président de Région, Didier Robert.

La majorité s’appuie sur plusieurs résultats : un haut niveau de réalisation, la capacité de désendettement, la répartition entre la part investissement et la part fonctionnement ou encore une épargne brut conforme à la trajectoire d’équilibre.

 

Mais en face, l’opposition (Alliance et Socialiste) ne voit pas du même oeil le rapport de présentation du compte administratif, notamment par rapport à la construction de la Nouvelle Route du Littoral. « Nous sommes extrêmement inquiets pour la gestion immédiate de la Réunion et pour son avenir« , explique la conseillère régionale de l’Alliance, Catherine Gaud.

André Thien Ah Koon pas tendre avec Didier Robert

Se basant sur plusieurs articles parus dans la presse nationale, l’Alliance « condamne » une nouvelle fois la construction de la NRL. « Nous sommes très préoccupés sur ce dossier majeur car l’engagement va bien au-delà de votre mandature« , poursuit-elle. Camille Sudre et André Thien Ah-Koon sont plus cinglants dans leurs propos. « La Région Réunion est la plus endettée de France« , souligne Camille Sudre. Quant au maire du Tampon, il n’hésite pas à faire la relation entre la gestion de sa commune – sous la mandature de Didier Robert – et celle à venir à la Région. « Vous avez laissé 27 millions d’euros de trou dans les caisses (mairie du Tampon ndlr). Vous avez fui et laissé le bébé à Paulet Payet« , lâche-t-il, dans une ambiance glaciale. Le ton est donné.

« Sur la trajectoire d’équilibre vous mentez. Le rapport de la Chambre régionale des comptes indique qu’il ne faut pas dépasser 349 millions d’euros de dépense de fonctionnement. En 2013, les dépenses s’établissent à 372 millions d’euros, soit 23 millions d’euros de plus. Vous dépassez la trajectoire« , poursuit Camille Sudre. Les socialistes, aussi, s’inquiètent du coût et des répercussions de la Nouvelle Route du Littoral sur les finances de la Région. « Quand vous êtes arrivé, les finances étaient saines. En 2010, il y avait une capacité budgétaire importante, elle a depuis diminué. Cette Nouvelle Route du Littoral coûte plus chère que 1,6 milliard d’euros. Il est important de dégager suffisamment de marge de manoeuvre à cette collectivité« , explique Christine Soupramanyen, conseillère régionale du Parti socialiste.

La Région et son New-Deal

Sans entrer dans la polémique, le vice-président de la Région, David Lorion, préfère afficher les résultats de la politique menée par la Région. « Nous commençons à partir de 2014 à entrer dans un cycle favorable en matière d’économie et d’emploi à la Réunion. Il y a actuellement la préparation d’un New-Deal, une politique de dépense publique, de la création d’activité« , explique-t-il en rappelant que la collectivité a injecté 300 millions d’euros dans des chantiers depuis 2010, hors Nouvelle Route du Littoral.

 

Prenant la parole à la fin, le président de Région, Didier Robert, a regretté que les débats tournent une nouvelle fois autour de la NRL. « J’entends les mêmes rengaines, les mêmes interventions depuis 4 ans« , explique-t-il. Faisant la relation entre la route des Tamarins et la Nouvelle Route du Littoral, Didier Robert rappelle que la collectivité régionale a été capable d’assurer le remboursement des emprunts pour celle des Tamarins. Et de rappeler qu’en 2006 et 2008, l’opposition, alors aux manettes de la Région, avaient exprimé à l’unanimité un tracé de la NRL en mer, dans un mix digue/viaduc. « Je n’ai pas d’autres commentaires à faire« , lâche Didier Robert. 

Le président de Région préfère s’en tenir uniquement aux « éléments factuels« . « C’est un résultat exceptionnel traduisant une excellente situation financière de la collectivité malgré le contexte de crise dans lequel nous évoluons et l’attitude de l’Etat dans sa politique de diminution de ses crédits. 162 millions de résultat est un chiffre rassurant pour le travail et les engagements pris pour les années prochaines« , conclut Didier Robert.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.