Revenir à la rubrique : Société

Projet de ferme d’éoliennes en mer au large de La Réunion

Les forces vives du territoire réunionnais, portées par Akuo et BlueFloat Energy en partenariat avec le Cluster Maritime de La Réunion et celui de la Transition Energétique Temergie, ont uni leurs efforts lors d'une matinée d'informations et d'échanges dédiée à l'éolien en mer. Cet ambitieux projet vise à positionner l'île comme un acteur majeur de la transition énergétique.

Ecrit par S.I. – le jeudi 08 février 2024 à 18H16

Akuo et BlueFloat Energy, déjà partenaires dans un appel d’offres en Méditerranée, concentrent leurs expertises depuis 2 ans pour donner vie à un projet éolien flottant d’une puissance minimale de 200 MW à La Réunion. Aligné sur les ambitions locales et nationales, ce projet s’inscrit dans une perspective de production d’électricité renouvelable à faible impact environnemental.

Les deux entreprises ont présenté leurs perspectives lors de tables rondes réunissant acteurs institutionnels, associations et entreprises locales. L’éolien en mer, fort de son expérience en France hexagonale avec une production de 25,0 TWh au cours des trois premiers trimestres de 2022, s’annonce comme une réponse cruciale aux défis énergétiques réunionnais.

 

COP de La Réunion : Territorialisation de la planification écologique

 

La mise en œuvre de ce projet permettrait de générer jusqu’à deux fois moins cher en termes de coûts d’électricité, offrant une réponse décisive à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Un projet de 200 MW émettrait 210.000 tonnes de CO2 en moins par an, contribuant significativement à la réduction des émissions.

« 200 mégawatts, pour fixer l’ordre de grandeur, c’est 25% des besoins estimés de la consommation électrique de l’île », tient à rappeler Clément Mochet. La zone qui a été pré-identifiée se situe à 5 km au large de Sainte-Marie et de Sainte-Suzanne et devrait accueillir une douzaine de turbines de 15 mégawatts dont la puissance serait supérieure à ce qu’on a l’habitude de voir sur terre.

« Aujourd’hui, l’éolien en mer et l’éolien flottant en particulier connaît un essor global dans plus d’une quinzaine de géographies et parmi ces géographies, il y a en un certain nombre qui sont aussi cycloniques, notamment en Asie, comparables à ce que l’on rencontre à La Réunion. D’un point de vue technologique, ce sont des enjeux que nous savons maîtriser », poursuit Clément Mochet.

 

 

L’éolien en mer flottant se présente comme une solution adaptée aux contraintes géographiques et climatiques de La Réunion. Les profondeurs marines, la résilience face aux cyclones, et la faible empreinte sur la faune marine font de cette technologie une option viable et durable. Des exemples de réussite au Japon attestent de la capacité des éoliennes flottantes à résister à des conditions climatiques extrêmes.

Vers une concrétisation d’ici 2030/2035

Le projet reçoit un soutien fort du gouvernement et des élus locaux, alignés sur les recommandations du Comité Interministériel de la Mer (CIMer). Le Secrétaire d’État à la Mer a réaffirmé l’engagement gouvernemental lors de sa visite en novembre 2022 à La Réunion.

En annexe, des chiffres détaillés révèlent les écarts de coûts de production d’électricité à La Réunion, soulignant la nécessité de ce projet pour contenir une hausse inévitable des tarifs. Le prix cible de l’électricité serait de l’ordre de 200 €/MWh, offrant une alternative économique et durable à l’importation de biomasse.

Mais comme l’a relevé Jean-Pierre Chabriat, les défis sont encore nombreux à relever avant de voir ces éoliennes flottantes devenir une réalité à l’horizon 2030/2035. La première concerne tout d’abord l’évolution du réseau électrique. Un réseau qui devra être révisé pour faire face au changement climatique mais aussi accueillir 150.000 habitants et les 150.000 logements qui devront être construits en parallèle d’ici 2050. Le second défi concerne l’évolution du Grand Port Maritime de La Réunion. « Pour pouvoir construire ces éoliennes, il faut pouvoir synchroniser les agendas du Grand Port et agenda industriel pour réaliser le maximum d’opérations de montage des éoliennes en mer à La Réunion », tient-il à rappeler. Enfin, le défi environnemental ne devra pas être mis de côté : ces éoliennes devront aussi bien s’intégrer dans l’espace maritime environnant tout en ayant des impacts limités avec la faune marine (cétacés) et ornithologique (pétrels de Barau).

 

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
35 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pont ar veuzen
22 jours il y a

Ben voilà, le grand n importe quoi continue !

cmiin
22 jours il y a

Certainement pas! In ne vas pas gâcher le paysage pour les écolos!
Et le prux est une fausse infos,on a déjà l’électricité pas cher en terme de production en France mais à cause du marché européen Et de la politique de macrin,le prix de l’électricité augmente et ne baissera jamais.

Le râleur
22 jours il y a

Tout cela sent déjà la politique et la manipulation de chiffres, dommage

Serpentine
Répondre à  Le râleur
22 jours il y a

Vous avez oublié les détournements d’argent public, la corruption etc…

Fetch
22 jours il y a

Du blabla, on a d’abord un problème de foncier sur le territoire, pas la place pour ça, j’invite toutes ces forces vives de regarder Google maps sur la zone éoliennes de Saint Nazaire, pas possible sur La Réunion 😂 et de mieux consulter les entreprises locales, cela fait 10 ans qu’on est là et on les a pas vu venir toquer à notre porte 😂😂.

Dupondt
Répondre à  Fetch
22 jours il y a

Ce parc inauguré en grandes pompes en nov. 2022 et qui a dû être mis à l’arrêt en déc. 2023 pour un problème de conformité de puissance et de sous-station ? Mdr !

Désemparée
22 jours il y a

Toujours ces gens venus d’ailleurs qui viennent dire aux réunionnais ce qui est bien ou bon pour eux sans concertation. Toujours à imposer, interdire, mettre des restrictions et les réunionnais se laissent faire. J’ose espérer que tous les amoureux de la mer ainsi que la réserve marine et Globice vont aller vent en poupe contre ce projet qui non seulement défigurera le paysage mais mettra en danger la migration des baleines, dauphins, … Nos politiques locaux ne vont pas adhérer à ce projet, eux qui ont déjà un certain âge et qui ont vu les changements néfastes pour la Réunion ?

Lulu
Répondre à  Désemparée
21 jours il y a

….. »Nos politiques locaux ne vont pas adhérer à ce projet, eux qui ont déjà un certain âge et qui ont vu les changements néfastes pour la Réunion »…… vous oubliez de dire que nos politiques ont largement participé aux changements néfastes de l’ile et que c’est même à leur initiative un exemple la NRL….. alors les gens d’ailleurs……vous pouvez repasser ma pt’ite dame!

Désemparée
Répondre à  Lulu
21 jours il y a

Tout à fait d’accord avec vous mais je n’aurais pas assez de place pour critiquer ces clowns de la politique, tous bons à se regarder le nombril.

ha ha
Répondre à  Désemparée
21 jours il y a

en même temps l’avis d’un politique local est simple à comprendre: corruption, clientélisme et pas de vision. et moin lé créole mais i fatigue à moin band corrompus péi.

Désemparée
Répondre à  ha ha
21 jours il y a

Moins aussi lé créole et y fait longtemps que mi vois le changement de la Réunion et pas dans le bon sens. Si, dans le sens des intérêts des politiques pays. Moins lé tout à fait d’accord avec ou.

Jean-Pierre
22 jours il y a

Est-ce que M. Chabriat sait qu’il y a des cyclones à La Réunion ?

Herve
Répondre à  Jean-Pierre
21 jours il y a

M chabriat était en vacances jusqu’à mi-février quand il travaillait à l’université.
Il est toujours rentré trop tard.

Gramoune
22 jours il y a

Après la NRL qui n’est toujours pas terminée, mais les milliards d’€ sont partis à l’eau ou autre part.
Donc installer des éoliennes dans des zones cycloniques, et avec des fonds de mer à au moins 400 m
c’est non seulement une folie, mais ça montre bien que nos « scientifiques » sont dépassés, même si
ces éoliennes seront « flottantes » – la houle ou connaît pas donc ?

jeanbaiselarak
22 jours il y a

Les bobos écolos sont de sortie.

DOGUS
22 jours il y a

RE-RE-RE-BELOTE bouffeuse d’argent public pour des échecs programmés. Cela ne leur suffit pas d’avoir fait de gros bides avec Pelamis (énergie des vagues), le SWAC (eau froide en profondeur pour la clim), l’hydrogène thermo-électrique dans MAFATE…voilà maintenant que ces « savants cosinus de pacotille » nous trouvent un nouveau piège à fric en bernant une fois de plus nos élus dont l’incurie atteint désormais des sommets ! Des millions dilapidés (voir en dernier lieu les bacs poubelles marron qui pourrissent pour 3 millions d’euros à la « gloire » de la CINOR…). Mais que fait donc la cour des comptes ? Que ces malotrus soient redevables de leurs grossières erreurs et de leurs fantasmes sur leurs propres deniers !

Royal Bourbon
21 jours il y a

Au lieu de dénaturer la mer avec ces éoliennes, on peut les plonger sous l’eau, on parle alors d’hydrolienne !

Une hydrolienne est une turbine hydraulique (sous-marine ou à flot) qui utilise l’énergie cinétique des courants marins ou fluviaux, comme une éolienne. Peut-être qu’elles seraient plus résistantes en cas de cyclone !

Trop bon trop con
Répondre à  Royal Bourbon
21 jours il y a

Je ne crois pas que cela puisse résister à des houles cyclonique, rien ne résiste à un océan en furie. En surface ou sous la surface cela ne change rien .

Réflexions …..
21 jours il y a

Ces éoliennes me font penser aux avions renifleurs de giscard !
Je vous fiche mon billet que ces éoliennes sont du …. Vent !

Citoyenne
21 jours il y a

Il faut faire barrage à ce genre de projet. Ces gens se se font passer pour des défenseurs de la nature mais ce n’est que du business. Réveille à ou créole.

SPARTACUS974
21 jours il y a

La croissance verte n’a pas vocation à sauver notre planète mais a drainé de l’argent public vers des entreprises qui utilisent l’alibi climatique pour se faire du fric en donnant l’illusion d’une préoccupation écologique.Il n’est pas surprenant de voir des multinationales comme Total investir dans des projets supposés verts.Tout n’est que green washing et siphonnage d’argent public en agitant le spectre d’une catastrophique écologique .

Zilienne
21 jours il y a

La poin in pou mon kaz ? Si ou plé!

Pont ar veuzen
21 jours il y a

Encore un projet pharaonique , les éoliennes c est de la merde et ça coûteras une fortune à démonter 600 000 euros par éoliennes sans compter qu on nous demande jamais notre avis, on nous fait juste les poches parce que ils savent que le peuple dirait non à tous ça, l argent public encore une fois détourné pour allez dans les poches des multinationales, d ailleurs c est quoi cette histoire de fond de pension americain sur l électricité reunionnaise ?

Lulu
21 jours il y a

tiens j’ai vu Ratenon au premier plan les pieds dans l’eau, clair qu’à lui tout seul il nous fournirait bien plus d’énergie….!

Grande Braderie
21 jours il y a

« Mais un nouveau documentaire, “Thrown To The Wind” (Jetés au vent), du réalisateur et producteur Jonah Markowitz, dont j’ai (NDLR : l’auteur de l’article) assuré la production, prouve que les représentants du gouvernement américain ont menti.

Le film montre que les navires de l’industrie éolienne émettent des sonars étonnamment forts et à haut niveau de décibels lorsqu’ils sont mesurés à l’aide d’hydrophones de pointe. Il montre également que l’augmentation du trafic maritime de l’industrie éolienne est directement liée à la mort de certaines baleines. »
————–
Elles sont partout & incarnant le symbole de la transition écologique.

Les éoliennes c’est surtout, la pollution engendrée par la fabrication des aimants des rotors, qui sont consommateurs de terres rares, le bruit, effets stroboscopiques et autres maux qu’engendre la rotation des pales, la mortalité des oiseaux, la pollution des sols (par les importantes quantités de béton, notamment), celle engendrée par les pâles (faites de fibres), le coût de l’énergie éolienne, etc.

Les éoliennes ont envahi les campagnes et les littoraux et sont devenues dans le monde entier, par une #propagande systématique, le symbole de l’écologie et de la lutte pour le climat.

Et pourtant, derrière cette image verte… Pollution, émissions de CO2, atteintes à la santé et à la biodiversité, détournement de fonds publics, augmentation du prix de l’électricité, conflits d’intérêt, mafia. »

Eric
21 jours il y a

Vous savez ce qui m’a surpris lors de vacances en metropole .
En prenant le train de Pare a Rennes et bien plus de vaches dans les champs
mais des éoliennes
c’st très vilain
la France est défigurée tout ca a cause e cette Europe qui nous mène dans le trou

paulux
21 jours il y a

un gouffre d’argent public. On nous explique depuis quelques mois que « on » produit de l’electricité moins chère mais les factures augmentent de 10% !!!cherchez l’erreur

johndoe
21 jours il y a

Plus de la moitié des éoliennes dans les hauts de Ste Suzanne ne tournent jamais. Si c’est pour faire la même chose en mer, autant ne pas installer

maki
21 jours il y a

L’énergie est un enjeux majeur de notre société. C’est génial que de voir des projets pousser comme ceux la. On a pas de pétrole (même si on en importe), on a pas de charbon (même si on en importe), mais on a du vent et du soleil! Il faut savoir les utiliser avec raison. Dommage qu’aucun ingénieur made in 974 (à ma connaissance) n’ai pu être l’auteur de ce projet bien que certains y participent quand même.

Trop bon trop con
21 jours il y a

On marche sur la tête, vous en avez encore des projets à la con comme celui-ci ???? Une route qui ne sera jamais terminée, des éoliennes qui seront rouillées en moins de 5 ans si vous avez la compétence pour réaliser ce projet. Les concessionnaires de l’île sont déjà emmerdés par le stockage des batteries de voitures électriques usagées, par pitié, arrêtez de croire que vous avez des solutions pour contrôler dame nature.

Toto
21 jours il y a

Whaooh le nombre d’ingénieurs qu’on a à la réunion !!! Avec des raisonnements bien construits et aucune attaque personnelle. Des pros avec qui on va avancer 🤣

pn974
Répondre à  Toto
21 jours il y a

Bonjour les marchands de vent, ils sont tellement forts que les éoliennes risquent de s’envoler

jpleterrien
21 jours il y a

Dans cette connerie sans nom, la VRAIE question est : qui touche quoi ???

Zourit
21 jours il y a

Jusqu’à quand notre pays va continuer à se faire enc…..par une bande d’abrutis, lesquels, après avoir défiguré l’hexagone, et devant le refus des français de l’hexagone, de plus en plus septiques, à cette forme d’énergie, se tournent vers les populations plus dociles, j’aurais pu utiliser un autre mot !, des dom et Tom….
Quand allons-nous prendre notre avenir en mains et dire  » non  » aux éoliennes ?
Et nos politiciens, ont-ils pris notre avis ?
Je dis NON AUX ÉOLIENNES ! UN POINT C’EST TOUT !

mazan
8 jours il y a

A mon sens, il vaut mieux des éoliennes en mer que sur terre. L’avantage c’est que le vent est une ressource illimité ici. Ca permettrait au moins de produire localement (contrairement au ressources fossiles ou autres qui sont importés).

Dans la même rubrique

Le SNJ se dit « ouvert au dialogue » avec les trois candidats au rachat du Quotidien de La Réunion

Avant que les 48 salariés du Quotidien ne soient consultés sur les trois offres de rachat déposées pour leur journal, il faudra au préalable que celles-ci soient déclarées recevables. Bien qu’aucun candidat ne prévoie de conserver le moindre journaliste, mais seulement d’en recruter un certain nombre après leur licenciement, le syndicat SNJ ne ferme pas la porte aux discussions avec les repreneurs.

Le “Kar’ La Nuit’” démarre dès ce soir !

Ce nouveau service de transport à la demande a été lancé ce vendredi par le TO et la Semto. Destiné aux salariés de la restauration ou de l’hôtellerie, mais aussi aux noctambules, deux mini-bus seront mis en service une expérimentation de six mois tous les jours de 20h à 3h.

Épidémie de Leptospirose : Circulation à un niveau élevé

Santé Publique France océan Indien fait le point sur les circulations virales en cours à La Réunion. L’épidémie de Leptospirose a atteint un niveau plus élevé que les années précédentes. Une personne diagnostiquée est décédée, mais les autorités ne peuvent pas confirmer un lien entre le décès et la maladie bactérienne.