Revenir à la rubrique : Communiqué | Politique | Société

COP de La Réunion : Territorialisation de la planification écologique

La préfecture et les collectivités territoriales ont lancé la démarche de territorialisation de la planification écologique à l'image.

Ecrit par N.P. – le vendredi 08 décembre 2023 à 20H32

L’État et la région Réunion ont lancé ce vendredi 8 décembre 2023 la démarche de territorialisation de la planification écologique avec le conseil départemental, les présidents des intercommunalités, et les maires, en association avec les parlementaires et les acteurs du territoire.t

L’objectif est de définir régionalement les leviers d’actions alignés avec les objectifs nationaux de réduction des gaz à effet de serre et de préservation de la biodiversité, en intégrant de manière cohérente tous les volets de la planification écologique et notamment ceux qui ont d’ores et déjà été engagés.

 

 

Une démarche inédite à l’échelle de la région

La planification écologique donne à la France un cap en matière de réduction des gaz à effet de serre. Ce plan national fait de la France l’un des premiers pays à se doter d’une stratégie globale et concrète et permet à chaque secteur et chaque acteur d’avoir une vision du chemin à parcourir pour atteindre nos objectifs nationaux de décarbonation de -55 % en 2030 par rapport à 1990 et de préservation et conservation de la biodiversité et plus généralement des ressources.

 

 

La territorialisation de la planification : une nouvelle étape clé qui s’adapte à chaque territoire

Elle répond à plusieurs enjeux :
– l’intégration cohérente de tous les volets de la planification écologique (réduction des GES, adaptation, préservation et restauration de la biodiversité, agriculture…) ;
– l’identification des spécificités de chaque territoire régional au regard des défis de décarbonation, protection et restauration de la biodiversité, afin que l’exercice territorial et
l’exercice national se nourrissent mutuellement ;
– le partage des actions et projets des collectivités territoriales sur l’ensemble du territoire régional ;
– la mobilisation de l’État, des collectivités territoriales, des acteurs économiques et associatifs et des citoyens.

Pour atteindre ces objectifs, une accélération des efforts collectifs est nécessaire.

Atteinte des objectifs 2030 : un plan d’actions partagé par les collectivités territoriales. Chacune des COP vise à définir régionalement les leviers d’actions alignés avec les objectifs nationaux de réduction des gaz à effet de serre (GES) et de préservation de la biodiversité. Il s’agit d’intégrer de manière cohérente tous les volets de la planification écologique, notamment ceux qui ont d’ores et déjà été engagés (plan eau, rénovation des écoles, transition agricole, identification des zones d’accélération de production d’énergies renouvelables (ENR), etc.).

 

 

Une approche transversale de la transition écologique

Le secrétariat général à la planification écologique (SGPE) a identifié 43 leviers régionaux de décarbonation transverse aux défis environnementaux (climat, biodiversité, adaptation, ressources, santé) et dresse secteur par secteur (industrie, agriculture, bâtiments, énergie, mobilités…) les actions et objectifs. Ces leviers se déclinent territorialement dans deux panoramas : l’un sur les enjeux d’atténuation du climat (décarbonation), l’autre sur la préservation et restauration de la biodiversité et la gestion des ressources naturelles. Des cartes régionales sont enfin proposées sur le volet de l’adaptation au changement climatique.

Les panoramas régionaux constituent une base de discussion entre les parties prenantes dans le cadre de la COP.

Ces objectifs ont un caractère illustratif et doivent permettre, notamment à tous les élus, de visualiser une trajectoire de réduction des gaz à effet de serre et de préservation de la biodiversité à l’horizon 2030 pour leur région, cohérente avec la trajectoire nationale.

S’abonner
Notification pour
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
lapins crétins
2 mois il y a

« Je vais vous expliquer pourquoi l’utilisation de l’argent liquide n’est pas seulement une forme de liberté, mais bien plus… 

– J’ai un billet de 50 euros dans ma poche. Je vais au restaurant et je paie avec ce billet. Le restaurateur l’utilise ensuite pour payer son blanchisseur. Le propriétaire de la blanchisserie l’utilise ensuite pour payer son coiffeur. Le coiffeur l’utilise à son tour pour faire ses courses. Après d’innombrables passages dans des mains différentes, le billet de 50 euros restera toujours, dans l’économie, avec sa valeur initiale. Il continuera à valoir 50 euros.

– Si je vais au restaurant et je paie le dîner avec ma carte de débit ou de crédit, le restaurateur ne percevra pas 50€ mais bien une somme inférieure car mon argent aura été mutilé des frais de transactions et bancaires. Si nous estimons cela à 1€ pour faire simple, après seulement 30 transactions, sur les 50 euros de départ, il ne reste plus que 20 euros dans l’économie, les 30 euros manquants s’étant volatilisés dans les méandres du système bancaire. C’est ainsi qu’après 50 transactions, votre billet aura disparu de l’économie.
Pensez en ce que vous voulez, mais cette vision des choses est bel et bien réelle. Ne perdez pas de vue que vous êtes responsables des actes que vous posez et surtout DES CONSEQUENCES DE CES DERNIERS.

Détail des frais :
Jusqu’à 2% de frais par transaction

Dans le détail, on observe que les surcoûts qui touchent les paiements par carte sont l’addition de plusieurs frais bancaires. Si le commerçant et son client n’ont pas la même banque, le premier devra verser une commission d’environ 0,3 %. À celle-ci s’ajoutent les frais de réseau (jusqu’à 0,2 % par paiement), et la marge que réalise la banque (autour de 1,5 %). Au total, tous ces micro-pourcentages cumulés peuvent atteindre 2 % par transaction. »

l’argent numérique consomme plus d’Energie que l’argent liquide
et perd de sa valeur grace au bankster qui vous donnent des leçons d’ écologie…..tout en vous piquant votre pognon avec la complicité des états et des politiques corrompus.

Habitant
Répondre à  lapins crétins
2 mois il y a

C’est quoi le lien avec le sujet? Ou c’est juste pour faire l’étalage du truc que vous avez vu sur internet et qui vous a fait découvrir la lumière

Dr JEAN DOREMIEUX
Répondre à  lapins crétins
2 mois il y a

Excellent topo. Deux livres peuvent compléter votre post. EDGAR FAURE : LA BANQUEROUTE DE LAW; Et l »IMPÖT SUR LE CAPITAL ;

Association Citoyenne de Saint-Pierre-REUNION
2 mois il y a

Réunion, île de l’Eskrologie, dénaturée et championne du blabla. Des actes ?
http://citoyennedestpierre.viabloga.com/tourisme_aerien_nocif.shtml

francais
2 mois il y a

pourtant toutes les COP au niveau mondial n’ont rien amené et la COP de la Réunion va sauver le monde !!!! ridicule

Faillite
2 mois il y a

Patrimoine en danger il faut que le peuple se réveille…!!!

Danger
2 mois il y a

Foutaise environnement n’a jamais intéresser nos zelues locaux ..! Le pays déjà à la dérive.!!.

patricial
Répondre à  Danger
13 jours il y a

bravo

lapins crétins
2 mois il y a

il parait que les sauveurs de la planète veulent faire des villes de 15 minutes
pour que les moutons esclaves du mondialisme bouffeurs de burgers et de coca ne dévorent pas tout le CO2…

j’ai entendu dire que la ville de Gaza pouvait faire un excellent prototype de ville de 15 minutes…a écouter sur la Vérité brutale N°21..

Des Biles
2 mois il y a

 » Dubaï (AFP) – Le ministre saoudien de l’Énergie a fermé la porte à un accord sur l’élimination progressive des combustibles fossiles lors des négociations sur le climat de la COP28 de l’ONU, ouvrant la voie à des négociations difficiles à Dubaï.

Une tentative de « réduction/élimination » a été incluse dans un premier projet d’accord sur l’action climatique, sur lequel les délégués marchandent lors des négociations qui devraient se terminer le 12 décembre.

Mais le ministre de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, un demi-frère de facto Le prince héritier Mohammed ben Salmane, a déclaré à Bloomberg que l’Arabie saoudite, le plus grand exportateur de pétrole au monde, ne serait pas d’accord.

“Absolument pas”, a-t-il déclaré lors d’un entretien à Riyad.

“Et je vous assure que pas une seule personne – je parle des gouvernements – n’y croit.”

Environ 200 pays doivent parvenir à une décision consensuelle lors de la réunion de Dubaï, qui se tient à la fin de l’année la plus chaude jamais enregistrée.

Dans un entretien accordé à l’AFP la semaine dernière, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé à une élimination totale des combustibles fossiles, avertissant qu’un “désastre complet” attendrait l’humanité sur sa trajectoire actuelle.

Mais le prince Abdulaziz a déclaré : “Je voudrais lancer ce défi à tous ceux qui… déclarent publiquement que nous devons (réduire progressivement), je vais vous donner leur nom et leur numéro, les appeler et leur demander comment ils vont vont réussir à faire ça.
“S’ils croient que c’est le problème moral le plus important, c’est fantastique. Laissez-les faire eux-mêmes. Et nous verrons tout ce dont ils sont capables”

en France on a les corrompus asservis qui vont vous demander des efforts sachants que vous ne représentez rien , et surtout pas le volume de pollution permettant une pseudo bascule climatique…

mais il faut bien justifier l’esclavage carboné et le train de taxes leurs permettant de sucer un maximum de pognon pour qu’ils puissent vivre sur votre dos en bons parasites technocratiques désaxés.

SPARTACUS974
2 mois il y a

Comme pour la centrale électrique,nos »experts » nous font dépenser des millions pour nous offrir des « solutions » encore plus catastrophiques .Tous ces « experts » ne cherchent qu’à se faire du fric en nous vendant du vent .Le pire d’entre eux fut probablement Al Gore qui a ouvert la voie en criant à la fin du monde pour se gaver financièrement.Nous sommes dans une secte d’illuminés qui s’excitent et qui crient à la catastrophe pour se faire du fric.

Habitant
2 mois il y a

C’est pas très compliqué, une des plus grosses sources d’émission de gaz à effet de serre c’est les transports: voitures, camions, bus … et ça va pas en s’arrangeant!

C’est un gros levier mais qui osera s’y attaquer?

polo974
Répondre à  Habitant
2 mois il y a

Et le pire, c’est que pour le moment, à la Réunion, on ne sait même pas quoi faire des batteries de voitures électriques et aucun bateau ne veut embarquer une voiture elec d’occasion…
Les importateurs auraient dû être obligés dès le départ de mettre en place des unités de neutralisation des batteries au lithium.

QUI AIME ENCORE LA RÉUNION ??
2 mois il y a

comment image

Morcicant
2 mois il y a

De bonne résolutions.
Il ne reste plus qu’à créer une commission pour faire la synthèse de toutes ces résolutions,
puis une autre pour répartir les tâches de chaque étage du mille feuilles,
puis à chaque étage prévoir des sous-groupes d’études qui lanceront des enquêtes pour évaluer les possibilités d’action, après avoir recruté des spécialistes dans chaque domaine.
Ensuite, selon les conclusions, des actions pourront être entreprises à condition que du personnel qualifié puisse être recruté.

patricial
13 jours il y a

il faut bien se faire plaisir sur l’environnement, la vision risible de la transition écologique sur un climat que personne ne gère et ne peut gérer. la nature, on va la changer, les pôles, les nuages ? NON sauf chez les écologistes et la gauche qui ont cela en tête pour éviter de répondre aux besoins légitimes et basiques de la population. on va créer une politique hors du sol d’un combat écologiste, pour une population qui doit se loger, qui doit manger et lutter contre l’inflation, se déplacer. bref, les gens ici entendus nous font rire, ou en fait nous font vraiment pleurer par leur manipulation basique, coordonnée d’un sujet qu’ils ne connaissent pas. etre scientifique pour juger ne s’improvise pas, sauf pour des scientifiques qui en plus veulent désormais être influenceurs, des donneurs d’ordres, et qui entrent dans quelques ong qui font de la politique et donnent nos nouvelles conditions de vie qui sont tout sauf démocratiques. nous ne devons plus être d’accord

Dans la même rubrique

Édouard Philippe : « L’école est la priorité numéro 1 »

Pour sa deuxième journée sur l’île, Édouard Philippe s’est rendu dans le Sud pour y rencontrer les maires du Tampon et de Saint-Pierre. Dans la capitale du Sud, l’ex-Premier ministre a pu découvrir le projet Cayenne mené par l’ADAPEI et sa mission envers les jeunes porteurs de handicap.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial