Revenir à la rubrique : Gilets jaunes

[Pierrot Dupuy] Gilets jaunes: Ils ne comprennent pas ou ils le font exprès ?

Mon grand-père -paix à son âme- avec le langage fleuri cher à tous les vieux créoles, adorait cette expression: « tu es couillon ou tu fais le couillon? » Ce matin, à l’annonce le la reprise des barrages à différents carrefours stratégiques, c’est cette expression qui m’est revenue lancinante dans la tête. Pour les besoins de l’article, […]

Ecrit par – le lundi 04 mars 2019 à 09H36

Mon grand-père -paix à son âme- avec le langage fleuri cher à tous les vieux créoles, adorait cette expression: « tu es couillon ou tu fais le couillon? »

Ce matin, à l’annonce le la reprise des barrages à différents carrefours stratégiques, c’est cette expression qui m’est revenue lancinante dans la tête. Pour les besoins de l’article, et pour ne pas manquer de respect aux Gilets jaunes authentiques, ceux qui souffrent réellement et qui ne comprennent pas parfois qu’ils sont manipulés par des politiciens bien plus au fait qu’eux des dossiers, j’ai édulcoré l’expression dans mon titre.

Les [barrages mis en place par des Gilets jaunes sont donc de retour]urlblank:https://www.zinfos974.com/Barrages-filtrants-toujours-en-cours-a-Cambaie-et-a-la-Cocoteraie_a137912.html . Il suffit d’une poignée de manifestants -à Saint-Pierre, ils étaient cinq !- pour perturber gravement la circulation de dizaines de milliers de personnes qui doivent se rendre à leur travail ou à des rendez-vous encore plus graves, chez le médecin ou pour prendre un avion.

Une nouvelle fois, la vie économique va être perturbée. Avec les dégâts sur lesquels on n’a peut-être pas assez insisté en novembre et décembre: des centaines, voire peut-être des milliers de licenciements à la clé.

La raison des barrages? « La vie chère » nous dit-on, et plus particulièrement la récente augmentation du prix de l’essence.

« Lavé dit que le prix l’essence lété bloqué et la, i réaugmente« , entend-on du côté de la Cocoteraie, à Saint-André.

Une telle méconnaissance des dossiers est grave de la part de gens qui s’octroient le droit de bloquer pendant des heures de milliers de personnes.

Qu’est ce que Didier Robert a promis en novembre? Le gel des taxes sur les carburants. Et c’est ce qui a été fait. Ces taxes sont effectivement gelées depuis cette date.

Mais ces taxes, qui sont un pourcentage, s’appliquent sur un prix de base qui lui continue à évoluer en fonction de plusieurs paramètres: le prix d’achat du carburant sur les marchés mondiaux, la hausse ou la baisse de la parité euro/dollar et le coût du fret.

Et c’est le préfet qui décide du prix des carburants, en tenant compte de tous ces paramètres qui évoluent tous les mois.

Le super était à 1,56€ au 1er novembre 2018 et est passé à 1,43€ au 1er décembre, après l’annonce du blocage de la taxe par la Région.

Le 1er janvier, du fait d’une baisse conjuguée du prix du carburant et du coût du fret, le préfet annonce une baisse du prix du super à 1,33€. Bizarrement, aucun Gilet jaune ne s’est étonné à ce moment-là d’une baisse du prix, alors même, affirment-ils, que dans leur esprit, le prix aurait dû être gelé. Quand ça baisse, c’est normal…

En février, la hausse du prix du carburant et du fret est compensée par une baisse de la parité euro/dollar, ce qui permet au préfet de laisser le prix stable à 1,33€.

Arrive enfin le mois de mars, avec une hausse de 5 centimes qui oblige le préfet à porter le litre du super à 1,38€ à la suite d’une hausse conjuguée du prix du carburant à l’achat sur les marchés internationaux, à une hausse du fret et à une dégradation de la parité euro/dollar.

Et c’est cette augmentation que les Gilets jaunes ne comprennent pas, ou font mine de ne pas comprendre.

Quoi qu’il en soit, ce prix de 1,38€ au 1er mars est encore nettement inférieur à celui en vigueur au 1er décembre, au lendemain de l’annonce du gel des taxes, qui était alors de 1,43€…

Pourtant, dans leurs revendications, les Gilets jaunes de Saint-André continuent à pointer du doigt le président de la Région et exigent sa présence à une table ronde avec le préfet. Que diable irait-il faire dans cette galère puisqu’il n’est absolument pas concerné par les décisions d’augmenter ou de baisser le prix de l’essence qui sont du seul ressort du préfet?

Restent alors deux hypothèses.

Soit les Gilets jaunes ne se donnent pas la peine de se renseigner, ce qui est grave, d’autant que c’est très facile. Il suffit de se rendre sur [le site de la préfecture ]urlblank:http://www.reunion.gouv.fr/prix-de-vente-maximum-des-hydrocarbures-a-la-a4989.html où tous les renseignements sont fournis.

Soit ils disposent de ces renseignements et dans ce cas, il s’agit ni plus ni moins que d’une manipulation politique. Dans cette hypothèse, qui a ma préférence, ceux qui tirent les ficelles sont assez facilement identifiables et on devrait sans grande difficulté les retrouver du côté de la mairie de Saint-Denis, de la France insoumise et d’Huguette Bello. Ce n’est pas un hasard si Ericka Bareigts et l’ancienne maire de Saint-Paul mènent nombre de leurs actions main dans la main. Et pas un hasard non plus si les meneurs des Gilets jaunes viennent souvent de Saint-Denis et de Saint-Paul…

Les élections régionales approchent à grands pas et tous les -mauvais- coups sont bons pour tenter de diaboliser le président de Région.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique