Revenir à la rubrique : Faits divers

Perquisition à la Région : Le dispositif d’aides aux entreprises Acacias dans le viseur du PNF

Une perquisition menée par le parquet national financier est en cours actuellement à la direction de l'économie de la Région. Elle serait menée dans le cadre d'une enquête qui concernerait le dispositif Acacias, un dispositif qui a permis à des entreprises de bénéficier d'aides pendant la période du Covid. Des fonds publics régionaux qui auraient été distribués sans que les sociétés puissent prouver avoir réellement utilisé cet argent autrement que pour leur trésorerie.

Ecrit par Isabelle Serre – le mercredi 10 juillet 2024 à 11H15

Acacias est un dispositif d’aides d’urgence innovant qui a permis à des entreprises de bénéficier d’aides financières pendant la période Covid. Calqué sur un dispositif national adapté aux spécificités réunionnaises, ces aides, datant du premier semestre de 2021, comprises entre 15.000 et 50.000 euros, ont été versées à des sociétés pour leur permettre d’acheter du matériel, du conseil, de l’équipement. Mais certaines sociétés auraient touché cet argent pour faire de la trésorerie sans procéder aux achats prévus.

Selon nos informations, la nouvelle mandature aurait procédé à un audit en interne concernant la procédure d’attribution de ces aides. Un audit qui aurait débouché sur un signalement et l’ouverture d’une enquête menée par le parquet national financier (PNF). Les aides en question provenant de fonds locaux du dispositif Acacias dépasseraient le million d’euros.

Reste à savoir si l’attribution de ces aides a respecté les critères définis au niveau national et si ces aides distribuées à la Réunion ont été validées par l’Assemblée délibérante ou par un seul directeur, celui de la direction de l’économie par exemple. Les enquêteurs vont vraisemblablement chercher à savoir si les entreprises concernées ont eu à justifier l’utilisation de ces sommes dans le cadre sollicité.

 

La Région Réunion réagit sur la perquisition en cours

 

Thèmes : Région Réunion
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant retourne en prison

Amjad G. s’en était pris à un agent de la prison de Domenjod le 17 juillet dernier alors qu’il venait d’être jugé pour des faits d’exhibition sexuelle. Relâché après sa détention provisoire, il a été arrêté pour répondre cette fois des faits de violence sur l’agent pénitentiaire. Une information Zinfos974.

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant a été interpellé

Comme nous vous l’indiquions le 17 juillet dernier, les agents pénitenciers avait fait part de leur inquiétude suite à la libération d’un prévenu en détention provisoire qui avait agressé violemment un agent de la prison de Domenjod. L’homme a finalement été interpellé pour ces faits et placé en garde à vue.

Petite-Île : Prison ferme pour le ti-père incestueux

Un quinquagénaire était jugé en comparution immédiate pour avoir agressé sexuellement les filles et petites-filles de sa compagne. Pendant plusieurs, à l’insu du reste de la famille, il tentait de profiter de ses victimes qui ont toutes su le repousser à temps. C’est finalement le courage de la dernière, qui voulait éviter que sa petite-sœur subisse le même sort, qui a mis un frein à ces actes immondes. Il a été condamné à trois de prison ferme et pourrait se voir frapper de trois autres années derrière les barreaux s’il ne respecte pas les mesures d’obligation imposées.

Domenjod : Les agents inquiets après la libération d’un détenu au profil inquiétant

Un homme a été jugé le 12 juillet dernier devant le tribunal judiciaire pour des faits d’exhibition sexuelle. Il lui est reproché de s’être masturbé devant une mère et son enfant sur le sentier littoral du front de mer de Saint-Denis. L’affaire avait été renvoyée à plusieurs reprises faute d’expertise psychiatrique. Également responsable de violences lors de sa détention, sa libération a provoqué une vive réaction des agents pénitenciers.