Revenir à la rubrique : Faits divers

Nouvelle guerre judiciaire entre Colipays et Chronopost

Nouvelle bataille judiciaire entre Colipays, société réunionnaise d'envoi de produits réunionnais, et Chronopost pour contrefaçon. Colipays reproche à son ancien partenaire d'avoir commercialisé des produits Chronopéï et Chronokdo reprenant le concept de la marque. Un référé a été déposé au tribunal de grande instance de Paris, explique le Jir.

Ecrit par Julien Delarue – le samedi 09 avril 2011 à 11H27

De nouveau, Colipays et Chronopost, filiale de la Poste, vont se retrouver devant les tribunaux. La société réunionnaise reproche à son ancien partenaire d’avoir copié son concept de colis contenant des produits régionaux et d’avoir plagié ses produits avec le Chonopéï et le Chronokdo.

Un référé a été déposé au tribunal de grande instance de Paris par la société Colipays pour « contrefaçon et parasitisme économique« , souligne le Journal de l’île. Elle demande que soit cessée « la commercialisation de ces produits Chronopost » sous peine d’astreinte financière. Colipays devrait également déposer un autre recours « sur le fond » et réclame près de 23 millions d’euros à la filiale de la Poste pour « contrefaçon, parasitisme économique et rupture abusive de contrat »

15% de perte de chiffre d’affaires

Avant, les deux sociétés travaillaient ensemble depuis plus de quinze ans et ce jusqu’à 2008 où Chronopost met fin à son contrat de partenariat avec Colipays. Elle lance un an plus tard les colis « prêts-à-expédier » Chronpéï.

Pour le fondateur de Colipays, Frédéric Faby, il s’agit de concurrence déloyale de la part de Chronopost qui aurait fait perdre à sa société près de 15% de chiffre d’affaires et qui « entretient la confusion chez le client« , les avocats de la société réunionnaise appuient leur démarche sur la similitude entre les noms de marque, des produits quasiment identiques et des éléments visuels se rapprochant.

Du côté de Chronopost, « pas de commentaires » souligne le Jir, seulement le rappel que la filiale de la Poste a elle aussi déposé un référé portant sur le dépôt légal des marques Colipays et Colikado déposées en 1994 et 2002 par Chronopost.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trois ans ferme pour le gramoun qui a agressé sexuellement sa petite fille

Un sexagénaire était jugé vendredi dernier en comparution immédiate pour l’agression sexuelle de sa petite fille. Depuis deux ans, ses gestes devenaient de plus en plus insistants envers l’enfant, qui a montré une force de caractère exceptionnel. Le tribunal l’a condamné à quatre ans de prison, dont trois ans ferme.

La descente aux enfers cachait en réalité un manipulateur violent

Avec son 3e procès en 10 mois, le masque est définitivement tombé pour un trentenaire jugé de nouveau pour des menaces de mort sur la mère de son enfant. Derrière l’image de l’homme détruit par les coups de la vie, c’est surtout un homme violent et égocentré qui était jugé par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Cette fois, les magistrats ne lui ont plus accordé de chance et il est parti derrière les barreaux pour deux ans.

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.