Revenir à la rubrique : Faits divers

Mort de Dimitri Saugrin: retour sur le lieu de l’expédition punitive

Dimitri Saugrin, abattu devant le domicile de sa mère au Port en mai 2019, a-t-il fait l'objet d'une expédition punitive, ou sa mort est-elle le fruit d'une rencontre fortuite entre délinquants qui a dégénéré ? La version des protagonistes impliqués dans la mort du trentenaire est attendue ce matin, ceux-ci étant convoqués par la juge d'instruction à une reconstitution.

Ecrit par – le vendredi 11 juin 2021 à 10H19

Le 6 mai 2019, en milieu de matinée, Dimitri Saugrin, 33 ans, était abattu devant le domicile de ses parents dans la Cité Cotur au Port. 

Ce vendredi, l’assassin présumé de ce père de famille et ses trois acolytes sont de retour sur le lieu du crime.

Florent Pomeng aurait en effet tiré sur Dimitri Saugrin qu’il connaissait bien. Dettes impayées dans le cadre d’un trafic de drogue ou dettes de jeu, les raisons qui l’ont poussé à surgir d’une voiture et abattre le Portois étaient incertaines lors de sa mise en examen pour assassinat, le lendemain du drame.

À l’époque, il avait déclaré assumer pleinement son geste, un geste de défense pour protéger son cousin, John Fruteau de Laclos, qui aurait été menacé par Dimitri Saugrin avec un couteau.

Des tirs chez sa mère la veille

La veille, John Fruteau avait déjà prouvé qu’il voulait en découdre. Il était venu devant le domicile de la mère de Saugrin et avait tiré sur le portail à l’arrière du premier immeuble de la cité.

La mère du défunt était allée informer les policiers des potentielles menaces dont son fils faisait l’objet. Pendant qu’elle se trouvait au commissariat du Port, l’irréparable avait été commis.

Dimitri Saugrin avait été surpris par quatre hommes surgissant d’un véhicule alors qu’il sortait de chez sa mère par derrière. Florent Pomeng, John Fruteau, Yannick Ramin et Ivan Achem affirment jusqu’à présent avoir croisé la route de la victime par « hasard ».

Chacun a pu aujourd’hui donner sa version sur le déroulement exact de la sortie de la voiture. Dimitri Saugrin aurait donc menacé avec un couteau qui aurait été retrouvé sur les lieux, reçu une sommation et l’aurait ignorée. Face à la menace, Florent Pomeng aurait tiré, atteignant le trentenaire au niveau du thorax. Dimitri Saugrin avait succombé seul sur les lieux alors que tous s’étaient enfuis.

Un couteau sur les lieux

 John Fruteau de Laclos est soupçonné d’avoir tiré les coups de feu en guise d’intimidation la veille du crime. Il avait également été mis en examen pour complicité d’assassinat et incarcéré. « C’était une rencontre fortuite ce matin-là entre mon client et Saugrin. Il a été surpris de la tournure des faits et n’y est pour rien », assure son avocat, Me Jean-Jacques Morel.

Yannick Ramin et Yvan Achem, inquiétés pour leur éventuelle participation, avaient quant à eux été placés sous le statut de témoins assistés.

La reconstitution des faits est vraisemblablement la dernière étape avant la mise en accusation des suspects devant la cour d’assises.

La version de chacun est très attendue, la juge d’instruction devant, à l’issue, déterminer si les poursuites viseront le meurtre ou l’assassinat. Des actes punis respectivement de 30 de réclusion criminelle et de la réclusion criminelle à perpétuité.
 

 

Mort de Dimitri Saugrin: retour sur le lieu de l'expédition punitiveMort de Dimitri Saugrin: retour sur le lieu de l'expédition punitiveMort de Dimitri Saugrin: retour sur le lieu de l'expédition punitiveMort de Dimitri Saugrin: retour sur le lieu de l'expédition punitiveMort de Dimitri Saugrin: retour sur le lieu de l'expédition punitiveMort de Dimitri Saugrin: retour sur le lieu de l'expédition punitiveL’arrière de l’immeuble où les tirs d’intimidation ont eu lieu la veille :

 

Dimitri Saugrin a été abattu au coin de cet immeuble :

 

Mort de Dimitri Saugrin: retour sur le lieu de l'expédition punitive

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.