Revenir à la rubrique : Faits divers

Miss Réunion collabore avec la police pour lutter contre les violences conjugales

Laurent Fraysse, directeur départemental de la sécurité publique de La Réunion (DDSP 974), a accueilli Dana Virin au commissariat de Malartic dans le cadre de la lutte contre les violences conjugales. Il s'agit pour le DDSP 974 et Miss Réunion 2021 de nouer une collaboration durable sur le thème des violences faites aux femmes.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 23 septembre 2021 à 15H37

« Lors de la soirée de l’élection de Miss Réunion, j’ai écouté ce qu’a dit Dana dans le cadre de ses prises de paroles. Elle a parlé d’émancipation des femmes et là, je me suis dis que, moi qui cherchais des moyens d’évoquer davantage cette cause et de la relayer, il me semblait vraiment adapté d’entrer en contact avec elle pour essayer d’aller plus loin. L’idée étant de l’associer et de lui présenter ce que les services de police font sur cette thématique« , explique le directeur départemental de la sécurité publique, Laurent Fraysse.  

« C’est un domaine si sensible qu’on n’en fera jamais trop »

« Le message est double, et à mon sens c’est aussi pour cela que Dana est là. Le premier est de rappeler au grand public, aux victimes, qu’elles fassent valoir leurs droits avec les multiples moyens qui sont mis à leur disposition pour aller plus loin dans la libération de la parole. Le grenelle des violences a été déterminant mais c’est un domaine si sensible qu’on n’en fera jamais trop. Le mot d’ordre est ‘soyons innovants’, et ce premier message est d’aller plus loin dans la libération de la parole », poursuit-il. 

« Le deuxième est de considérer que les violences conjugales ne sont pas une fatalité. Quelles que soient les explications sociologiques ou culturelles qui peuvent expliquer un état de fait, en 2021, quand je vois les statistiques, je me dis qu’on ne peut pas continuer comme ça ! Il y a un volet répressif certes, mais il y a peut-être le volet éducatif à développer« , conclut le Directeur Laurent Fraysse. 

Du point de vue de Dana Virin, Miss Réunion 2021, « c’est vrai que ce n’est pas une situation commune de voir une Miss ici à la police nationale mais j’espère en tout cas qu’on le verra de plus en plus. J’ai été sollicitée par la police concernant mon engagement pour l’égalité entre les femmes et les hommes et en particulier sur la thématique des violences conjugales. Nous avons eu un rendez-vous la semaine dernière pour voir si nous pouvions collaborer, car il s’agit d’une collaboration, et voir comment, en qualité de Miss, je pouvais porter un petit plus ma voix. »

« A la Réunion, nous le savons bien, les violences conjugales restent un fléau »

Miss Réunion poursuit : « A la Réunion, nous le savons bien, les violences conjugales restent un fléau et nous avons pu le voir durant cette crise sanitaire où il y a eu un afflux des violences, notamment des violences intra-familiales. En 2021, je trouve que c’est inconcevable. Que vais-je pouvoir apporter ? Je ne travaille pas ici et ne suis pas policière, je suis simplement une personnalité publique. Je vais commencer par une formation afin de me perfectionner sur le sujet des violences afin de ne pas parler de choses que je connais pas. »

« Il y a des choses que je connais et que j’ai pu constater. Nous allons ensuite pouvoir avec la police nationale mener des actions de prévention et de sensibilisation à travers l’éducation des plus jeunes. L’éducation étant très importante, il y aura également des campagnes de sensibilisation qui seront menées dans les écoles. Je suis engagée et en fonction de mes disponibilités, je donnerai mon maximum et mon meilleur pour porter au plus haut et au plus loin cet engagement que je tiendrai aussi en tant que femme et au-delà de cette année de Miss Réunion« , conclut Dana Virin. 

Victimes ou témoins de violences intra-familiales, voici les numéros utiles : 

–  17 Police 
–  114 Urgence par SMS 
–  3919 Violence femme info
–  119 Enfance en danger 
–  116 006 Aide aux victimes 
–  115 Hébergement social d’urgence 
–  112 Numéro européen d’alerte
– [Tchat]urlblank:https://www.service-public.fr/cmi  
–  arretonslesviolences.gouv.fr
–  moncommissariat.fr

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trois ans ferme pour le gramoun qui a agressé sexuellement sa petite fille

Un sexagénaire était jugé vendredi dernier en comparution immédiate pour l’agression sexuelle de sa petite fille. Depuis deux ans, ses gestes devenaient de plus en plus insistants envers l’enfant, qui a montré une force de caractère exceptionnel. Le tribunal l’a condamné à quatre ans de prison, dont trois ans ferme.

La descente aux enfers cachait en réalité un manipulateur violent

Avec son 3e procès en 10 mois, le masque est définitivement tombé pour un trentenaire jugé de nouveau pour des menaces de mort sur la mère de son enfant. Derrière l’image de l’homme détruit par les coups de la vie, c’est surtout un homme violent et égocentré qui était jugé par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Cette fois, les magistrats ne lui ont plus accordé de chance et il est parti derrière les barreaux pour deux ans.

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.