Revenir à la rubrique : Faits divers

Meurtre à Ste-Marie: La concubine reconnait avoir porté sept coups de couteau

Dans la nuit de mardi à mercredi, Patrick Kichenin-Moutalou est retrouvé grièvement blessé à côté de son véhicule, à Sainte-Marie, dans le quartier de la Ravine des Chèvres. Des voisins alertent les secours quand ils découvrent l’homme gisant au pied de son véhicule. Conscient à l’arrivée des secours mais poignardé à plusieurs reprises, il est […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 20 juin 2013 à 17H59

Dans la nuit de mardi à mercredi, Patrick Kichenin-Moutalou est retrouvé grièvement blessé à côté de son véhicule, à Sainte-Marie, dans le quartier de la Ravine des Chèvres. Des voisins alertent les secours quand ils découvrent l’homme gisant au pied de son véhicule. Conscient à l’arrivée des secours mais poignardé à plusieurs reprises, il est transféré vers le CHU de Bellepierre. « Son pronostic vital n’était pas engagé dans un premier temps« , tient à souligner le procureur de la République, Philippe Muller.

Arrivé à l’hôpital, il décède. Un des coups de couteau a été porté au niveau du coeur. « Au moment de son évacuation il a prononcé un prénom féminin« , explique le procureur. Les gendarmes tournent leurs soupçons en direction de la concubine de Patrick Kichenin-Moutalou. Interpellée à la Plaine-des-Palmistes à 11 heures ce mercredi, et placée en garde à vue, elle a pu être auditionnée par les enquêteurs. « Elle a reconnu s’être disputée avec son compagnon. Une dispute sur fond d’alcool« , précise-t-il.

« Sa compagne est rentrée chez elle en stop »

Pendant son audition, elle va reconnaitre avoir porté sept coups de couteau à Patrick Kichenin-Moutalou. « Elle a saisi un couteau qui se trouvait dans le véhicule et a porté des coups essentiellement au niveau du ventre, dont un au niveau du coeur« , précise le procureur. Elle n’a en revanche toujours pas donné d’explications sur les raisons de ce passage à l’acte.

Sur le déroulement des faits, Philippe Muller apporte quelques précisions. Les coups de couteau auraient été portés alors que le couple se trouvait aux abords d’une station-service de la Ravine des Chèvres. Malgré ses blessures, Patrick Kichenin-Moutalou aurait trouvé la force de se diriger vers le domicile de ses parents où sa voiture a été retrouvée garée à une trentaine de mètres. « Sa compagne est rentrée chez elle en stop. L’automobiliste qui l’a prise en stop a été retrouvé et auditionné« , poursuit Philippe Muller. Quant à la présence d’un éventuel complice, aucune confirmation n’a été donnée par le procureur de la République.

La qualification des faits n’a pas été « définie » car l’audition de sa compagne est toujours en cours. Une chose est sûre, la préméditation ne sera pas retenue.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soubaya Camatchy, d’accusé à victime : son co-détenu jugé pour viol et violences répétées

Condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour tentative d’assassinat, Soubaya Camatchy n’en a pas fini avec la justice. Suite à une décision de la chambre de l’instruction ce mardi, c’est en tant que victime de viol et de violences répétées qu’il va retrouver la juridiction criminelle. Les magistrats de la chambre viennent de confirmer l’ordonnance de mise en accusation de son co-détenu, accusé de l’avoir agressé et violenté durant ses premiers jours de détention provisoire.

Un trafic international de stéroïdes démantelé

C’est une enquête de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique de La Réunion (OCLAESP) qui a permis de mettre à jour et démanteler un trafic international de stéroïdes anabolisants. Plusieurs personnes ont été interpellées à La Réunion et en métropole. Tout est parti de l’interception d’un colis par les douanes de La Réunion.