Revenir à la rubrique : International

Mer Rouge : Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont mené des frappes aériennes contre le Yémen

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont frappé cette nuit seize sites liés aux rebelles houthis au Yémen. La France ne s'est pas associée à l'attaque.

Ecrit par T.L. – le vendredi 12 janvier 2024 à 10H42
Photo compte X US Naval Forces

Le conflit entre Israël et la Palestine s’étend désormais jusqu’en mer Rouge. Au cours de la nuit de jeudi à vendredi, des avions américains et britanniques ont mené des attaques ciblées contre des intérêts houthis au Yémen, a annoncé le président Joe Biden par voie de communiqué.

« Les attaques sont une réponse directe aux attaques sans précédent des Houthis contre les navires internationaux en mer Rouge, incluant l’usage de missiles balistiques anti-navires pour la première fois de l’histoire », a déclaré le président américain, en arguant que « plus de 50 nations ont été affectées par 27 attaques de rebelles houthis contre des bateaux de commerce maritime » et que « des équipages issus de plus de vingt pays ont été menacés ou pris en otage dans des actes de piraterie ».

Ces justifications à l’attaque conjointe des États-Unis et de la Grande-Bretagne n’effacent pas la méfiance de nombreux pays censés participer à Prosperity Guardian, l’opération de sécurité maritime actuellement en mer Rouge. La France s’est ainsi tenue à l’écart de l’opération, après avoir fait part de son souhait de ne pas favoriser une escalade du conflit en mer Rouge.

Peu après celui de Joe Biden, la Maison Blanche a publié un autre communiqué dans lequel l’Australie, le Bahreïn, le Canada, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud s’associent aux attaques aériennes menées par des avions de chasse américains et anglais.

Selon l’US Navy, plus de quinze jets F/A-18 Super Hornet ont mené des frappes utilisant des missiles Tomahawk, après un décollage depuis le pont de l’USS Dwight D. Eisenhower. Au total, seize cibles houthis différentes auraient été ciblées.

Crise en mer Rouge : CMA CGM annonce une hausse de certains tarifs

« Nous affirmons qu’il n’y a absolument aucune justification pour cette agression contre le Yémen, puisqu’il n’y a aucune menace contre la navigation internationale dans les mers Rouge et Arabe, et le ciblage était et continuera d’affecter les navires israéliens ou ceux qui se dirigent vers des ports de la Palestine occupée », a réagi le porte-parole houthi Mohammed Abdulsalam sur le réseau social X.

De manière plus surprenante, l’Arabie Saoudite, qui a mené une guerre sanglante au Yémen en opérant un blocus qui affamé la population du pays, a fait part de sa crainte d’une escalade du conflit dans la zone, rapporte l’AFP,

À noter aussi que ni le président Biden, ni la Maison Blanche, ne mentionnent l’Iran dans leurs communiqués justifiant l’attaque.

Des représentants Houthis ont fait part sur X (ex Twitter) d’un bilan de 5 morts et 6 blessés dans leurs rangs, indique Le Monde ce vendredi 12 janvier.

Thèmes : Rebelles Houthis
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Cour européenne des Droits de l’Homme : Rejet de la requête contre 32 États pour « inaction climatique »

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rendu plusieurs décisions majeures ce 9 avril concernant trois affaires distinctes, portant sur la responsabilité des États en matière d’action contre le changement climatique. Ces recours, engagés par des individus âgés de 12 ans à plus de 80 ans, ont été l’occasion pour la CEDH de se prononcer pour la première fois sur ce sujet brûlant.

[Pierrot Dupuy] Contrairement à ce que vous croyez, La Réunion ne serait pas protégée par l’OTAN en cas de guerre

Depuis quelques semaines, l’actualité bruisse de rumeurs concernant le potentiel déclenchement d’une 3ème guerre mondiale. Il faut dire que les sujets d’inquiétude ne manquent pas : guerre en Ukraine aux portes de l’Europe, guerre à Gaza où les morts se compteraient selon le Hamas par dizaines de milliers, risque de conflit entre l’Iran et Israël, la Chine qui cache de moins en moins ses intentions belliqueuses vis-à-vis de Taïwan…
Dans cet océan de mauvaises nouvelles, nous nous croyons à l’abri sur notre petite île perdue au milieu de l’océan Indien.
En plus, que peut-il nous arriver, protégés que nous sommes par la France, laquelle est elle-même membre de l’OTAN ? Bien fou celui qui oserait s’en prendre à un membre de l’Alliance Nord, et donc aux États-Unis. C’est oublier un peu vite que dans Alliance Nord, il y a Nord…

Attentat de Moscou : Vladimir Poutine a lancé une attaque aérienne de riposte sur l’Ukraine

Alors que le bilan de l’attentat du Crocus City Hall à Moscou s’élève désormais à au moins 133 morts et plus de 100 blessés, le président russe Vladimir Poutine a lancé à l’aube ce dimanche matin une attaque aérienne d’envergure contre l’Ukraine. Des explosions dans la ville de Kiev ont notamment été rapportées par l’AFP. Samedi soir, une dizaine de missiles ukrainiens ont frappé la ville russe de Sebastopol, selon une source officielle rapportée par Le Monde.