Revenir à la rubrique : Mayotte | Politique

Mayotte : Les sortants favoris, le RN en embuscade

Si dans la première circonscription, la députée sortante Estelle Youssouffa (DVD) est ultra-favorite, Mansour Kamardine (LR) devra faire face à plus de difficultés, mais reste pour l'instant en tête des pronostics. Le RN, qui réalise de bons scores dans l'archipel depuis plusieurs années, a fait le choix de ne présenter qu'une seule candidate.

Ecrit par N.P – le lundi 17 juin 2024 à 14H51
Capture d'écran Google Maps - Mayotte

Avec douze candidats pour seulement deux postes de députés, ces élections législatives dans l’île aux parfums semblaient promettre une lutte de haut-vol. Mais à y regarder de plus près, les sortants peuvent souffler un peu. Des deux parlementaires, c’est surtout Estelle Youssouffa, sans étiquette, qui est dans la situation la plus confortable. Elle n’aura que trois concurrents dans cette course pour le palais Bourbon, dont son ancien suppléant, Saïd Kambi, l’un des leaders du mouvement « Forces vives ». Aurelia Maillard, pour le parti Reconquête, et Saify Michael Goulamaly, pour Lutte Ouvrière, seront aussi sur la ligne de départ. De manière intéressante, le RN a décidé de ne pas venir chasser sur les terres de la députée Youssouffa, célèbre pour son franc-parler. Malgré les bons scores réalisés par le parti à la flamme depuis plusieurs années (52,42% des voix lors des dernières élections européennes), le RN a décidé de se concentrer sur la seconde circonscription de l’île aux parfums. Un choix qui interroge d’autant plus depuis le ralliement d’Éric Ciotti au RN en vue de ces législatives.

 

Mansour Kamardine, victime collatérale de la pagaille au siège des LR ?

 

La bataille sera plus dure dans la seconde circonscription, où le sortant Mansour Kamardine fera face à sept autres candidats. Si le député a réussi à récupérer l’investiture LR, la confusion qui règne au sommet du parti commence à montrer ses conséquences. Difficile de savoir à quelle chapelle l’élu doit son investiture. Provient-elle du courant frondeur qui tente de mettre Éric Ciotti à la porte, ou provient-elle du président des LR dans le cadre des 70 circonscriptions négociées avec le RN. La semaine dernière, le JDD affirmait que le député sortant était en négociation pour rallier le RN 976 à sa cause. Des pourparlers qui ont, à l’évidence, échouées avec la candidature d’Anchya Bamana, l’ancienne maire de Sada. Une décision que le député sortant a apprise comme tout le monde via les réseaux sociaux. Pour ajouter à la confusion, la candidate RN avait même déjà déposé son dossier à la préfecture au moment où André Rougé, le monsieur Outre-mer du RN, affirmait sur X (ex-twitter) que le RN ne présenterait pas de candidat. L’extrême droite alignera aussi une autre candidate, en la personne de Manon Moreno, pour Reconquête.

La majorité présidentielle est visiblement déterminée à perdre cette élection, avec la présence de deux candidats, Madi Boinamani Madi Mari (soutenu par Renaissance) et Daniel Martial Henry, le président du Modem Mayotte. Soula Said Souffou (Mouvement pour le développement de Mayotte) et Ahumad Salime (DVD) complètent le tableau. Adacolo Bacar, Union pour la Sécurité de Mayotte, récupère l’investiture du Front Populaire et constitue le principal candidat à gauche.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.

Huguette Bello, Première ministre : Les arguments en sa faveur

L’Humanité a révélé que le Parti communiste français a proposé le nom d’Huguette Bello comme possible Première ministre venue de la coalition de gauche. Une hypothèse formulée suite aux désaccords entre les grands partis et qui prend un peu d’ampleur en cette fin de semaine alors que le Nouveau Front populaire n’arrive pas à se mettre d’accord.

Des figures dissidentes de La France insoumise lancent un nouveau mouvement politique

Plusieurs anciennes figures de La France insoumise (LFI), n’ayant pas été investies par leur parti lors des législatives anticipées, ont annoncé aujourd’hui la création de leur propre mouvement politique.
Parmi ces figures, on retrouve Clémentine Autain, Alexis Corbière, Danielle Simonnet et Raquel Garrido.
Ce nouveau groupe se nomme l’Association pour une république écologique et sociale (L’Après).

Qui prendra les rênes de la Région si Huguette Bello devient Première ministre ?

Contrairement au Conseil municipal qui doit à nouveau voter si le maire laisse son poste vacant, pour le Conseil régional, le premier vice-président est chargé d’assurer provisoirement la fonction. Si Huguette Bello est appelée à diriger le gouvernement, Patrick Lebreton deviendra donc de facto le patron de la Pyramide inversée.