Revenir à la rubrique : Politique

Marie-Luce Brasier-Clain : “Je ne serai pas une députée européenne invisible”

La candidate réunionnaise du Rassemblement national aux Européennes, Marie-Luce Brasier-Clain, est en très bonne posture pour être élue ce dimanche 9 juin. Elle revient sur une annonce peu orthodoxe de sa candidature et défend son manque d’expérience en tant qu'élue.

Ecrit par Baradi Siva – le mercredi 05 juin 2024 à 16H35

Marie-Luce Brasier-Clain figure à la 12e position de la liste du Rassemblement national aux Européennes. Au vu des sondages, la Réunionnaise devrait en toute logique être élue et siéger à Bruxelles.

Elle définit ses priorités comme la réforme de l’octroi de mer, le contrôle de l’immigration, le pouvoir d’achat et la souveraineté de la France.

Marie-Luce Brasier-Clain, engagée en politique depuis 40 ans avec le Front national devenu Rassemblement national, n’a cependant jamais occupé de tels mandats. Elle assure qu’elle ne sera pas une “députée européenne invisible” et qu’elle est “prête à 100%” mais si elle ne s’était pas portée candidate et a été surprise en avril de la décision du RN de l’inscrire sur la liste.

 

 

Une candidate surprise

 

Marie-Luce Brasier-Clain n’était pas attendue sur la liste de Jordan Bardella aux Européennes. Elle était excusée lors de la réunion de lancement de campagne en février à la Plaine-des-Palmistes durant laquelle Joseph Rivière a été désigné par Johnny Payet comme candidat réunionnais pour la liste en tête des sondages nationaux.

Mais lors de sa visite à La Réunion, Marine Le Pen a annoncé sur un plateau télévisé que la représentante réunionnaise sur la liste de Jordan Bardella serait finalement Marie-Luce Brasier-Clain. Une surprise pour tous les militants, qui attendaient l’ancienne candidate à la Présidentielle pour une réunion publique, mais aussi pour l’intéressée elle-même.

Marie-Luce Brasier-Clain n’a pas été candidate, mais aurait été choisie de par son parcours au sein du Front national devenu Rassemblement national. Les responsables indiquent qu’il s’agissait de trouver une candidate féminine afin de respecter la parité sur la liste.

Toutes les parties prenantes ont assuré qu’il n’y avait pas d’eau dans le gaz. “Johnny Payet m’aide dans la campagne”, affirme Marie-Luce Brasier-Clain, qui a même proposé à Joseph Rivière d’être son collaborateur.

 

Un programme très large

 

Marie-Luce Brasier-Clain déploie les arguments de campagne du Rassemblement national pour défendre sa candidature. Elle évoque même un sujet qui est moins abordé par les dirigeants nationaux lors de leur venue sur l’île, l’immigration.

Mon sujet sera la réforme de l’octroi de mer pour donner du pouvoir d’achat aux Réunionnais et défendre nos entreprises réunionnaises exposées à la concurrence déloyale”, déclare-t-elle avant d’ajouter que c’est en Europe que le combat sur l’octroi de mer soit mené, “Il est surtout géré par l’Europe étant donné que Younous Omarjee a fait voter la prolongation de cet octroi de mer jusqu’en 2027. Nos élus sont contre cette réforme parce qu’ils préfèrent gérer ces finances eux-mêmes plutôt que de donner du pouvoir d’achat aux Réunionnais.”

L’immigration aussi, parce que Mayotte est concernée par une immigration, un ensauvagement. Nous sommes très proches de Mayotte. L’immigration a déjà bien commencé chez nous et il suffit de peu pour que nous soyons impactés par une submersion migratoire au même titre que Mayotte suivie d’une insécurité et d’un ensauvagement”, déclare-t-elle.

 

Une députation européenne pour lancer le RN local

 

Même si Marie-Luce Brasier-Clain n’a à ce jour jamais décroché un tel mandat, elle se dit armée pour le Parlement européen. “Je suis prête à 100%. Je prendrai le train en route. Je ne serais pas une candidate larguée parce que nous serons une grosse délégation à Bruxelles. Si j’ai besoin de quoi que ce soit, mes collèges seront à l’écoute et sauront répondre à mes questions”, assure-t-elle.

Elle s’engage pour le mandat à venir : “Je prends l’engagement de ne pas devenir une députée européenne invisible à l’image de Younous Omarjee. Lorsque je devrais être présente sur Strasbourg et Bruxelles, je le serais. Entre temps, je viendrai à La Réunion pour rendre compte de mon travail.”

À La Réunion, le RN réalise des scores très importants lors des élections nationales où l’abstention est très forte, mais ne convainc pas lors des échéances locales qui intéressent beaucoup plus les électeurs réunionnais.

Cela va changer, d’après Marie-Luce Brasier, du fait de sa prochaine élection au Parlement européen. “Les grandes difficultés du RN aux échéances locales, ce sera du passé. L’avenir s’ouvre à nous grâce à ma position de députée européenne. Nous allons pouvoir nous implanter et organiser les élections prochaines et tout faire pour avoir des élus.

La candidate et figure historique du RN locale se dit d’autant plus confiante que des alliances pourraient être possibles lors des élections locales : “Nous avons d’ores et déjà des personnes avec qui travailler. Nous avons déjà commencé à préparer ces échéances.”

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Législatives : Le RN local a choisi ses candidats

Le Rassemblement national déjà en ordre de marche pour ces législatives anticipées. Le parti géré localement par Johnny Payet a reçu l’aval du bureau politique du RN pour les candidatures proposées dans les 7 circonscriptions de l’île.

Législatives anticipées : Melchior met fin aux rumeurs sur sa candidature

Alors qu’un communiqué des élus saint-paulois d’opposition appelait ce jeudi soir à « l’union de toute la droite sur la 2e circonscription de La Réunion derrière la candidature de Cyrille Melchior », le président du Département a rappelé ce vendredi, également par voie de communiqué, devoir rester concentré sur les enjeux liés à sa fonction. « Je continue à travailler pour favoriser cette dynamique d’union partout où cela est possible, tout particulièrement dans la 2e circonscription de La Réunion », a-t-il tout de même assuré.

Législatives : Huguette Bello dénonce l’accord partiel à gauche et appelle à l’union

Au lendemain de l’annonce d’un accord partiel concernant les candidatures pour les législatives anticipées à La Réunion, Huguette Bello, présidente de la Région Réunion, accompagnée de cinq députés et du secrétaire général de PLR, Emmanuel Séraphin, a lancé un appel pressant à l’union de la gauche, sous la bannière du « Nouveau Front Populaire ».