Revenir à la rubrique : Mayotte | Politique

Mansour Kamardine : « À Mayotte, c’est Crépol toutes les semaines ! »

"Mayotte bascule, sans frein, vers la guerre civile". Les mots sont forts de la part de Mansour Kamardine, qui demande aux autorités d'être "sans pitié" envers les bandes de jeunes qui "plongent les habitants de Mayotte dans la terreur". Le député mahorais (LR) demande également "à l'aile gauche de la minorité présidentielle" à cesser de "protéger les barbares qui nous terrorisent".

Ecrit par N.P. – le dimanche 17 décembre 2023 à 08H56

« Deux jeunes ont été assassinés ces derniers jours, l’un à l’arme blanche, l’autre à l’arme de poing, des dizaines d’autres ont été blessés, souvent à coups de machette. A Mayotte, c’est « Crépol » toutes les semaines !

 

Après 6 mois d’accalmie entraînée par la réalisation partielle de l’opération Wuambushu qui a été mise en échec par la mobilisation des « droitdelhommistes immigrationnistes », dont des magistrats partiaux et politisés, Mayotte bascule, sans frein, vers la guerre civile.

 

Depuis 4 semaines, les rixes, les descentes en ville et dans les villages de bandes de jeunes criminelles, toujours composées de dizaines de personnes, parfois composées par des centaines de voyous, prêts à tout pour détruire et tuer, plongent les habitants de Mayotte dans la terreur.

 

Les citoyens eux-mêmes doivent intervenir, de plus en plus souvent, face à la faiblesse du dispositif des forces de l’ordre dont je salue l’abnégation et l’engagement courageux.

 

Compte-tenu de la situation, j’appelle les autorités à traiter avec rigueur la situation à Mayotte en renonçant à la pitié pour les criminels par pitié pour les honnêtes gens et à déployer de nouveaux effectifs pour faire face à la dégradation de la situation avant que le territoire ne bascule totalement dans la guerre civile.

 

J’appelle, également, l’aile gauche de la minorité présidentielle à cesser de protéger les barbares qui nous terrorisent en s’arc-boutant sur le maintien de protections pour les délinquants et la mise en place de droit massif à la régularisation et à l’accès à la nationalité des personnes étrangères.

 

A Mayotte, 1/3 de la population est française, 1/3 étrangère en situation régulière et 1/3 étrangère irrégulière. Personne ne peut nier que la déstabilisation du territoire et de la concorde sociale est directement liée à l’immigration clandestine massive qui a accéléré à partir de l’arrivée de François Hollande en 2012 à l’Elysée.

 

Je lance donc un appel à traiter les causes de la situation à Mayotte. Des mesures législatives tenant compte de la réalité et des spécificités de Mayotte doivent être incluses dans le texte « immigration » qui sera discuté en CMP lundi soir. L’aile gauche de la minorité présidentielle portera une immense responsabilité en cas d’échec. »

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello reçoit le président de la Commission de surveillance de la Caisse des Dépôts

La présidente de Région a exposé les enjeux stratégiques du développement de La Réunion au président de la Commission de surveillance de la Caisse des Dépôts, mais aussi au directeur de la Banque des Territoires, ainsi qu’au directeur régional de la Caisse des Dépôts/Banque des territoires et au directeur régional adjoint de la Caisse des Dépôts/Banque des territoires.