Revenir à la rubrique : Politique

Loi immigration : Le Conseil constitutionnel censure 40% du texte

Le Conseil constitutionnel a tranché. Adopté à la majorité absolue le 20 décembre dernier par le Parlement, le projet de loi immigration devait encore obtenir l'aval du Conseil constitutionnel, saisi par le Président de la République, la présidente de l'Assemblée et de parlementaires de gauche. Les Sages ont finalement décidé de censurer une grande partie du texte voté par les parlementaires. L'article qui durcissait l'accès des immigrés à certaines prestations sociales a notamment été rejeté.

Ecrit par N.P. – le jeudi 25 janvier 2024 à 19H54

Pour rappel, certains points de la loi avaient été durcis par rapport au projet de loi initial comme l’allongement du délai pour toucher les prestations sociales, la mise en place de quotas migratoires, la suppression du droit du sol automatisé ou encore le durcissement du regroupement familial. 349 députés, dont ceux issus des rangs des Républicains et du Rassemblement national, s’étaient joints à leurs collègues de la majorité présidentielle pour faire adopter cette loi sur l’immigration.

Le Conseil constitutionnel a décidé de censurer 40% du texte. Gérald Darmanin indique lui que l’intégralité du texte proposé par le gouvernement a été validé et que le Conseil des sages a rejeté les propositions des parlementaires.

Loi immigration : Qu’ont voté les sénateurs de La Réunion ?

L’adoption de ce texte avait créé des remous au sein même des députés issus de la majorité présidentielle, puisque 59 voix du camp macroniste manquaient à l’appel. Ce dernier avait dû compter sur le ralliement in-extremis des députés du Rassemblement national et des Républicains pour faire passer le texte dans une version jugée dure, avec certaines dispositions très à droite voire même contraires à la Constitution de l’aveu même du camp présidentiel.

Une petite trentaine de ces articles ont été considérés comme des cavaliers législatifs, à savoir des « dispositions contenues dans un projet ou une proposition de loi qui, en vertu des règles constitutionnelles ou organiques régissant la procédure législative, n’ont pas leur place dans le texte dans lequel le législateur a prétendu les faire figurer », selon la définition faite par le Conseil constitutionnel.

Lors des vœux du Conseil constitutionnel, son président Laurent Fabius ne s’était pas gêné le 8 janvier dernier à adresser quelques remarques à Emmanuel Macron, assurant que l’institution n’était « pas une chambre d’appel des choix du Parlement » mais « le juge de la constitutionnalité des lois ».

Les mesures qui ne sont pas retenues dans la loi immigration

« Ce sont 40% de la loi qui sont censurés par la décision et 60% de la loi pourraient être promulgués par le président de la République« , déclare le Conseil constitutionnel dans sa décision jeudi.

Avec l’avis rendu ce jeudi par les Sages de la rue de Montpensier, le projet de loi immigration pourra être prochainement promulgué par le président de la République.

Cependant, le texte sera bien différent de celui voté à l’Assemblée nationale : Le durcissement des conditions d’accès au regroupement familial et des conditions de délivrance de séjour étudiants est retoqué. La mise en place de frais d’inscription des étudiants étrangers est retirée. L’article qui durcissait l’accès à certaines prestations sociales a notamment été censuré.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
33 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

LFI suspend les discussions avec les autres partis de gauche

La France Insoumise (LFI) a annoncé ce lundi 15 juillet la suspension des discussions avec les autres partis de gauche pour la formation d’un gouvernement, en réaction au refus des socialistes de soutenir Huguette Bello au poste de Premier ministre. Ce refus a été perçu par LFI comme une volonté du PS « de mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front populaire, dans le seul but d’imposer la sienne », conduisant la gauche dans une « impasse ». En conséquence, le parti de Jean-Luc Mélenchon annonce suspendre les négociations, dans l’attente de la désignation d’une candidature unique à la présidence de l’Assemblée nationale.

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?