Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Les requins marteaux, victimes collatérales du Centre Sécurité Requin

Les affirmations parues dans la presse suite à l’épisode récent du requin marteau – une femelle gestante – tué par le filet de baignade de la plage des Roches Noires, appellent de notre part certaines précisions.   On peut déplorer tout d’abord que pour des raisons de commodité (ne pas avoir à enlever les filets […]

Ecrit par Didier Dérand – le vendredi 26 février 2021 à 10H10

Les affirmations parues dans la presse suite à l’épisode récent du requin marteau – une femelle gestante – tué par le filet de baignade de la plage des Roches Noires, appellent de notre part certaines précisions.
 
On peut déplorer tout d’abord que pour des raisons de commodité (ne pas avoir à enlever les filets le soir pour les reposer le lendemain), la commune de Saint-Paul prenne sciemment le risque de tuer des espèces animales, qui plus est protégées par l’UICN et la CITES, et ce en pleine réserve marine.

L’adjointe à la mairie de Saint-Paul, déléguée à la sécurisation des plages, assure que c’est un problème de maille : « On va passer comme à celui de Boucan Canot, à des mailles plus petites, de 30 sur 30 au lieu de 40 sur 40 » (Zinfos, 22/02/21). Espérons qu’il ne s’agisse que de cela et que les déclarations seront rapidement suivies d’effets……
 
Pour le reste on peut lire dans le JIR du 22/02/21, à propos des captures de requins marteaux réalisées par le Centre Sécurité Requin (CSR) : « Selon les rapports des observateurs indépendants, publiés chaque trimestre, deux spécimens ont été capturés et relâchés en bon état de santé, l’an dernier, entre les mois de janvier et août ».

Une affirmation qui semble minimiser ce type de capture. Or il n’en est rien !
 
Déjà, les observateurs « indépendants » sont payés par le CSR lui-même. On peut donc légitimement se poser la question de leur prétendue indépendance…..

Ensuite, si les observations embarquées (observateur présent à bord) ont représenté 15% de l’effort de pêche pour le 1er trimestre des campagnes de pêche du CSR (rapport du 20/07/18), elles se sont étalées ensuite entre 2.9% et 8.3% de l’effort de pêche.
En clair les sorties avec observateur embarqué représentent l’exception ! Alors où se situe la fameuse transparence dont se targue le CSR ?
 
En se basant maintenant sur les synthèses des opérations de pêche publiées par le CSR (site info-requin.re), on constate que le CSR a pêché entre le 29 mars 2018 et le 31 décembre 2020, 44 requins bouledogues, 177 requins tigres et…..432 prises accessoires.
Parmi ces prises accessoires, ont été capturés :

–       5 requins marteaux communs, dont 2 sont morts et 2 ont été relâchés « fatigués »,
–       51 requins marteaux halicornes, dont 14 sont morts et 5 furent relâchés « fatigués » !

Au total, ce sont au minimum 16 requins marteaux qui ont été tués dans les pêcheries du CSR.
 
Si le taux de mortalité des captures accessoires est globalement de 18%, il n’en est pas de même pour toutes les espèces, loin s’en faut. Il atteint par exemple 27% pour le marteau halicorne et 40% pour le marteau commun (ce dernier pourcentage à prendre avec un peu plus de  circonspection vu la petite taille de l’échantillon) ; respectivement 37% et 80% si on y ajoute les individus relâchés « fatigués ». Ces derniers ont en effet peu de chances de survie à court terme, du fait des conséquences de la capture. Le manque d’oxygénation lié à l’immobilisation forcée, et l’acide lactique produit par le poisson qui épuise ses réserves d’énergie à force de tirer sur la ligne, finissent par provoquer la paralysie des muscles. L’issue est généralement fatale, mais pas immédiatement. S’ils ne sont pas tout simplement dévorés par d’autres prédateurs…..

Comme le précise le CSR à propos du requin marteau halicorne (synthèse n° 13), « cette espèce est une des plus fragiles parmi les requins car elle se paralyse vite en cas de capture ». Le guide des bonnes pratiques édité par le CSR en septembre 2020 ajoute même, pour les requins marteaux en général : « Intervention rapide car animal très fragile, peut mourir en quelques minutes ! ».
 
Le CSR se vante de l’efficacité de son programme de pêche et de son innocuité sur l’environnement marin. Pourtant il a capturé plus de requins marteaux – espèces notoirement inoffensives – que de requins bouledogues (responsables de la quasi-totalité des accidents) !

Or le marteau halicorne a un statut UICN « mondialement en danger critique d’extinction », tandis que le marteau commun est classé « vulnérable ».

Alors jusqu’à quand les requins marteaux vont-ils faire les frais de la politique de pêche à outrance du Centre Sécurité Requin dans les eaux de la Réunion ??
 
 
Collectif d’associations :
Sea Shepherd Conservation Society – Longitude 181
One Voice – Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)
Sauvegarde des Requins – Requins Intégration
Tendua – Vivre Activement pour Garder Un Environnement Sain (VAGUES)

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires