Revenir à la rubrique : Société

Les marins du patrouilleur polaire L’Astrolabe mènent un exercice de survie en Antarctique

Les 6 et 7 janvier derniers, le patrouilleur polaire L’Astrolabe de la Marine nationale a conduit un exercice de survie en milieu polaire, à proximité de la station française Dumont-d’Urville (DDU) en terre Adélie.

Ecrit par 1654 – le mercredi 18 janvier 2023 à 16H11

L’Astrolabe a navigué dans la zone pour contribuer à la mission de soutien à la logistique antarctique au profit de l’institut polaire français et des collectivités des terres australes et antarctiques (TAAF). C’était une première pour la Marine nationale.

Le scénario simulait une avarie importante survenant à bord du bâtiment français, à une centaine de nautique de la station Dumont-d’Urville. L’équipage a dû évacuer le navire et aménager un camp de fortune pour attendre les secours.

Cet entraînement a permis de tester le matériel embarqué et d’exposer l’équipage à des conditions extrêmes lors de l’exercice de survie. Il a permis également d’améliorer la coordination de la chaîne de secours.

Un expert du groupe militaire de haute montagne a partagé ses connaissances en matière de survie en milieu polaire aux marins. Les retours d’expérience permettront aux armées françaises d’améliorer le matériel dédié à la survie en milieu polaire et de disposer des capacités nécessaires pour mettre en œuvre des moyens de secours dans ce milieu isolé et extrême.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Un conseil municipal toujours hanté par l’ardoise de l’époque Robert

La situation économique de Saint-Leu ne cesse de s’améliorer, clame Bruno Domen, pourtant le conseil municipal de ce jeudi soir a été une occasion de plus de rappeler les conséquences de l’état des finances de la ville à l’arrivée de la majorité en 2017. Que ce soit sur les orientations budgétaires pour 2024 ou les conséquences de l’arrêté préfectoral de carence sur la construction de logements sociaux, le grand méchant est tout trouvé : Thierry Robert.