Revenir à la rubrique : Société

Les Chroniques de Tonton Jules #131

Tout ce que j’ai trouvé de réconfortant, ce coup-ci, c’est l’année du Lapin d’eau de nos amis les Chinois. Pour le reste, vous le verrez, si ça prête à rire, il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir.

Ecrit par 1735024 – le lundi 30 janvier 2023 à 11H26

« Miss Bornie » : la tentation dictatoriale

« Rien n’est négociable ». Elle a osé le dire. Elle ? La 1ère ministre Borne, parlant du monstrueux projet des retraites. Un projet qui tend à rabaisser un peu plus les travailleurs et surtout les travailleuses au profit du grand capital, lequel sera le seul à bénéficier de cet arrangement entre multinationales, banques, grosses sociétés, mutuelles ; projet qui prouve une fois encore que son Jupiter de Macro(n) n’est que le Dupont-Moretti du grand capital.
Question : pourquoi faire semblant de discuter si « rien n’est négociable » ?
Miss Bornie, qui se prend pour la Dame de Fer, veut-elle donner des gages à… à qui ?
Elle se la joue main d’acier dans un gant de titane et quand les travailleurs redescendront dans la rue par millions, elle enverra ses exocets comme aux Malouines ?

Dalila Hammou de Frenchbee : Une langue de bois plus grosse que celle d’un zébu !

La DRH de la compagnie aérienne, venue recruter du personnel navigant, a été catégorique : les revendications du personnel, leur grève, leurs idées, ben c’est de la merde ! A toutes les questions posées par les journalistes de RFO, ce fut « Niet ! » Ils touchent moins que le SMIC ? Fariboles ! Les primes inexistantes ? Fichaises ! Les heures supp galopantes ? Contes pharamineux ! Les métiers de PNC (personnel navigant commercial, stewards, hôtesses, accueil au sol) sont des métiers de rêve ; les sujets soulevés par la grève ne sont que broutilles vite éliminées.
Oserais-je dire que c’est une langue de bois sauce piquante ?

Plus de carte Vitale ?

Je tiens à ma carte Vitale comme à mon café matinal ; elle est la seule pièce qui me relie encore au monde qui disparaît. Grâce à elle, je ne paie pas mon toubib, mon ophtalmo, mon pharmacien, chose que j’aurais du mal à faire d’ailleurs. Va falloir désormais sous peu, séance tenante, toutes affaires cessantes et sans tarder, la remplacer par un QRCode que je capturerai avec mon SmartPhone. Le problème est que mon téléphone est un oeuf de dinosaure sur lequel il n’est pas d’Internet, ni de Bluetooth ni rien de ces merdes modernes ! Il me convient très bien !
Je suis pour le progrès quand il améliore réellement l’existence ; pas quand il ne sert qu’à engraisser des fonctionnaires paresseux.
Et que vont devenir ces gramounes  qui n’ont pas de tél ? Et ceux qui ne savent pas lire ?

Le PS existe-t-il encore ?

Oups ! ‘mande pardon. Question stupide. Je connais encore un encarté du parti à la rose dans le Sud. Il pleure mais se raccroche encore à ses illusions perdues. Quelle gratitude !
Jaurès doit se retourner dans sa tombe quand il voit ce que ses successeurs ont réussi comme désastre.

« Fumer tue »

La France doit bien être le seul pays du monde à se garnir de ridicule avec des photos que personne ne regarde et qui jamais, de toute façon, ne persuaderont un fumeur invétéré d’arrêter.
C’est comme leur formule serinée à longueur d’antenne : « avec modération », à propos d’alcool. J’ai aucun pote qui s’appelle comme ça donc je ne risque pas de turturrer avec lui.

« La NUPES ne cherche qu’à bordéliser le pays ! »

Non, ce n’est pas un chansonnier qui a proféré cette grossièreté, c’est le Ministre lui-même. Même lorsque le sens de la phrase est outrancier, on s’attend à ce que son auteur soit plus coulant dans les formes qu’il y met. Ben là, non ! Emporté par sa passion amoureuse (amour de son Macro(n), (voyons) et sa vulgarité chronique, autant que par son mépris évident de la population française, le Sinistre a été incapable de retenir son ire et sa haine de ceux qui ne pensent pas comme Jupiter.
Il risque d’obtenir exactement le contraire de l’effet recherché, ce crétin de bas étage : son mépris ciblant risque de pousser beaucoup dans les pattes peu reluisantes, elles aussi, d’un Mélenchon bas de plafond.

Colliers électriques ou à griffes

Les coeurs tendres et autres angéliques de Prisunic, qui n’ont, semble-t-il, que ça à foutre, veulent interdire les colliers pour chiens dangereux, amstaffs, bull-terriers et autres molosses d’attaque. Comment alors empêcher ces monstres d’égorger qui ils veulent dans la rue ? Car cela s’est déjà produit mille fois et se produira encore plus souvent si on ne peut plus leur intimer l’ordre de rentrer leurs crocs mortels !
« Pauvres toutous maltraités ! » vous répondent-ils et je suis d’accord : on ne maltraite pas un animal. Seule solution, stériliser les femelles de ces monstres !

Berlin-Mexique, les murs de la honte

C’était bien la peine de détruire le Mur de Berlin, une honte dressée par la démocratique URSS, pour édifier un autre, aux States, afin de barrer la route aux Mexicains. Vous comprenez, on n’a plus besoin d’eux, on les a exploités jusqu’au trognon, mais il y a suffisamment de chômeurs comme ça chez nous. Autant les faire bosser à la place d’une sous-humanité qui, après, ne veut plus rentrer dans son pays, l’un des plus dangereux au monde !
C’est du moins le raisonnement d’une classe dirigeante nord-américaine adepte des idées du fou à la banane blonde.

Nouvel An chinois

Salut, de grand coeur, salut à nos frères les Chinois. On ne peut que les remercier d’être ici : sans eux et leur carnet, les campagnes réunionnaises, frappées par le colonat partiaire, la misère noire, la mortalité infantile, la faim, le froid, le paludisme et une sous-scolarisation chronique dans les années 50/60, se seraient dépeuplées par milliers.
Mille mercis à eux et Bonne année du lapin d’eau.

Signé : un Rat d’eau (Julot… pas une jingade)

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« La Réunion à la carte » du Salon de l’Agriculture

Alors que le Salon de l’Agriculture doit ouvrir ses portes samedi 24 février, la délégation réunionnaise s’est retrouvée à Paris pour une dernière répétition générale avant de présenter les produits péi aux visiteurs hexagonaux.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial